Nos Mains

Forum de discussion entre amis portant sur l'actualité, la politique, la société et tous les sujets que nous prendrons en Main ensemble.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion












Partagez | 
 

 Poésie des Légionnaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Poésie des Légionnaires   30/11/2011, 12:06

A mes hommes qui sont morts
Et particulièrement à la mémoire de Tiebald Streibler
Qui m'a donné sa vie le 3 mars 1885.
Siège de Tuyen-Quang


Mes compagnons c'est moi; mes bonnes gens de guerre,
C'est votre chef d'hier qui vient parler ici
De ce qu'on ne sait pas, ou de ce que l'on ne sait guère;
Mes morts, je vous salue et je vous dis : Merci.

Il serait temps qu'en France on se prit de vergogne
A connaître aussi mal la vieille Légion
De qui, pour l'avoir vu à sa rude besogne,
J'ai la très grande amour et la religion.

Or, écoutez ceci : "Déserteurs ! Mercenaires !
Ramassis d'Etrangers sans honneur et sans foi !"
C'est de vous qu'il s'agit, de vous Légionnaires !
Ayez-en le cœur net, et demandez pourquoi ?

Sans honneur ? Ah ! Passons ! Et sans foi ? Qu'est-ce à dire,
Que fallait-il de plus et qu'on aurait voulu ?
N'avez-vous pas tenu, tenu jusqu'au martyre,
La parole donnée et le marché conclu ?

Mercenaires ? Sans doute : il faut manger pour vivre;
Déserteurs ? Est-ce à nous de faire ce procès ?
Etrangers ? Soit. Après ? Selon quel nouveau livre
Le Maréchal de saxe était-il donc français ?

Et quand donc les français voudront-ils bien entendre
Que la guerre se fait dent pour dent, œil pour œil.
Et que ces Etrangers qui sont morts, à tout prendre,
Chaque fois, en mourant, leur épargnaient un deuil.

Aussi bien c'est assez d'inutile colère,
Vous n'avez pas besoin d'être tant défendus;
Voici le Fleuve Rouge et la Rivière Claire
Et je parle à vous seuls de vous que j'ai perdus !

Jamais Garde de Roi, d'Empereur, d'Autocrate,
De Pape ou de Sultan; jamais nul Régiment
Chamarré d'or, drapé d'azur ou d'écarlate,
N'alla d'un air plus mâle et plus superbement.

Vous aviez des bras forts et des tailles bien prises
Que faisaient mieux valoir vos hardes en lambeaux;
Et je rajeunissais à voir vos barbes grises,
Et je tressaillais d'aise à vous trouver si beaux.

Votre allure était simple et jamais théâtrale;
Mais le moment venu, ce qu'il eût fallu voir,
C'était votre façon hautaine et magistrale
D'aborder le "Céleste" ou de le recevoir.

On fait des songes fous, parfois quand on chemine,
Et je me surprenais en moi-même à penser,
Devant ce style à part et cette grande mine,
Par où nous pourrions bien ne pas pouvoir passer ?

J'étais si sûr de vous ! Et puis, s'il faut tout dire,
Nous nous étions compris : aussi de temps en temps
Quand je vous regardais vous aviez un sourire,
Et moi je souriais de vous voir contents.

Vous aimiez, troupe rude et sans pédanterie,
Les hommes de plein air et non les professeurs;
Et l'on mettait, mon Dieu, de la coquetterie
A faire de son mieux, vous sachant connaisseurs.
Mais vous disiez alors : "La chose nous regarde,
Nous nous passerons bien d'exemples superflus;
Ordonnez seulement, et prenez un peu garde,
On vous attend… et nous on ne nous attend plus !"

Et je voyais glisser sous votre front austère
Comme un clin d'œil ami doucement aiguisé,
Car vous aviez souvent épié le mystère
D'une lettre relue ou d'un portrait baisé.

N'ayant ni nom, ni foyer, ni Patrie
Rien où mettre l'orgueil de votre sang versé,
Humble renoncement, pure chevalerie,
C'était dans votre chef que vous l'aviez placé.

Anonymes héros, nonchalants d'espérance,
Vous vouliez, n'est-ce pas, qu'à l'heure du retour,
Quand il mettrait le pied sur la terre de France,
Ayant un brin de Gloire, il eût un peu d'Amour.

Quant à savoir si tout s'est passé de la sorte,
Et si vous n'êtes pas restés pour rien là-bas,
Si vous n'êtes pas morts pour une chose morte,
O mes pauvres Amis, ne le demandez pas !

Dormez dans la grandeur de votre sacrifice,
Dormez, que nul regret ne vienne vous hanter ;
Dormez dans cette paix large et libératrice
Où ma pensée en deuil ira vous visiter

Je sais où retrouver, à leur suprême étape
Tous ceux dont la grande herbe a bu le sang vermeil,
Et ceux qu'ont engloutis les pièges de la sape,
Et ceux qu'ont dévoré la fièvre et le soleil;
Et ma pitié fidèle, au souvenir unie,
Va du vieux Wunderli qui tomba le premier,
En suivant une longue et rouge litanie,
Jusqu'à toi mon Streibler qu'on tua le dernier !

D'ici je vous revois rangés à fleur de terre
Dans la fosse hâtive où je vais ai laissés,
Rigides, revêtus de vos habits de guerre
Et d'étranges linceuls fait de roseaux tressés.

Les survivants ont dit - et j'ai servi de prêtre ! -
L'adieu du camarade à votre cœur meurtri;
Certain geste fut fait bien gauchement peut-être,
Pourtant je ne crois pas que personne en ai ri !

Mais quelqu'un vous prenait dans sa gloire étoilée
Et vous montrait d'en haut ce qui priaient en bas,
Quand je disais pour vous d'une voix étranglée,
Le Pater et l'ave - que tous ne savaient pas !

Compagnons j'ai voulu vous parler de ce choses,
Et dire en quatre mots pourquoi je vous aimais :
Lorsque l'oubli se creuse au long des tombes closes,
Je veillerai du moins et n'oublierai jamais.

Si parfois, dans la jungle où le tigre vous frôle
Et que n'ébranle plus le recul du canon,
Il vous semble qu'un doigt se pose à votre épaule,
Si vous croyez entendre votre nom;

Soldats qui reposez en terre lointaine,
Et dont le sang donné me laisse des remords,
Dites-vous simplement : "C'est notre Capitaine
Qui se souvient de nous... et qui compte ses Morts."

Capitaine DE BORELLI

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   30/11/2011, 13:01

Ode à St Michel


Ô Saint MICHEL, patron des paras
Trempe nos coeurs de hardiesse

Conduis nos pas joyeux

Pour le devoir tout près de dieu

Guide nous dans les dur sentiers

Et garde nous de nos détresses

O MICHEL, patron des paras

Trempe nos coeurs de hardiesse.



O MICHEL, Ange chevalier

Lave nos coeurs dans l'onde pure

Fais nous loyaux et droits

Et valeureux en tes tournois

Pour servir fais nous être prêts

Et défends nous de tout parjure, O MICHEL, Ange chevalier

Lave nos coeurs dans l'onde pure.



O MICHEL, Ange des guerriers

Arme nos coeurs de sainte audace

Ta main vengea les cieux

Arrache nous aux camps peureux

Laisse nous résolus et fiers

Sangle nos chairs dans les cuirasses

O MICHEL, Ange des guerriers

Arme nos coeurs de sainte audace.

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   30/11/2011, 16:01

CAMERONE


On a ri bien souvent de leur esprit acerbe
Et dit du képi blanc qu'il cachait la douleur.
La Légion n'était que le visage imberbe
Où se mirait la mort, anonyme et sans pleurs.



On ignorait, alors, que l'homme en sa superbe
Gardait un sentiment au tréfonds de son cœur
Et que pour l'exprimer, il lui fallait un verbe
Dont la conjugaison s'inspirât de l'Honneur.


Chacun tint son serment, le monde en fut témoin
Et de citer les faits, je vous laisse le soin,
Du Mexique à la Chine, il reste souvenance.


Et si le trente avril Camerone est fête
C'est grâce à la Valeur et à la Fidélité
De ces " Hommes sans nom " qui meurent pour la France.


Chef de bataillon Labouche, avril 1948

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   30/11/2011, 16:13

Dans le vétuste char qui sert aux pauvres gueux,
Sous un chiffon tanné qui semble tricolore,
Par la ville déserte, à peine après l'aurore,
Lugubre, il est passé, dans son cercueil rugueux.


Un vieux prêtre, en avant, récite une prière;
Le bedeau tient la croix et s'avance, distrait;
Le cheval, efflanqué, peine à tendre ses traits
Et semble ne pouvoir gagner le cimetière.


Mais, suivent, à présent, des soldats, ses amis;
D'aucun l'ont bien connu; d'autres sont en service;
Et, ceux-là qu'on déclare être " Champion du vice"
Ont des larmes aux yeux et le corps qui frémit.


La Légion est ainsi; c'est la grande famille
Où l'on peut ignorer le nom de son voisin;
Sous un même drapeau, quand on suit le destin,
Lorsque, dans d'autres yeux, la même flamme brille,


C'est un frère qu'on a, marchant à son coté,
On sait tout oublier; sa naissance et sa race;
On l'ignore.....et l'on veille en marchant sur sa trace
On sait mourir pour lui, et l'on meurt, en beauté


Que fit-il, celui-là ? il a rempli sa tâche,
Et racheté, bien sur, la faute d'autrefois.
Les soldats de Légion restent tout à la fois:
Ivrognes et paillards, déments.....mais jamais lâches.


Sur un regard du chef, ils bravent le péril;
Ils ont signé, naguère, et tiennent leur promesse.
Des brutes, ces gens-là ? Non!....des cœurs en détresse
Qui savent, quelquefois, chanter un ciel d'avril.


C'est un officier qui mène la cohorte,
Il est pâle et défait; les hommes sont surpris;
La crainte de la mort ? .. il en a le mépris....
Non! il pleure un enfant que le sort lui emporte.


Le convoi, maintenant, a passé le chemin;
Il a tourné, là-bas, le coin de la grand'route,
Et, tandis que je sens mon esprit en déroute,
Quelque rustre a lancé, dédaigneux : " Encore un !


" on fête le soldat, dans l'horreur d'une guerre;
Mais, dans les jours de paix, on le juge encombrant,
Et le héros d'hier, dans un oubli, sombrant;
Devient exaspérant, s'il parle de naguère.


Qu'importent les honneurs ? L'homme sut, humblement
Faire tout son devoir, la Légion en est fière.
Et, je songe qu'il est au loin, une chaumière
où, ses pauvres parents l'attendront, vainement.


O, vous, dont un tourment, parfois, au cœur s'éveille
La crainte que l'enfant repose, abandonné,
Consolez-vous! un digne abri fut donné
Sa tombe est toute en fleurs.....et la Légion veille!

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   1/12/2011, 09:20

Quand on a bouffé son pognon
Ou gâché par un coup d’cochon
Toute sa carrière,
On prend ses godasses sur son dos
Et l’on file au fond d’un paquebot
Aux Légionnaires.



On y trouve des copains d’partout
Y en a d’Vienne, y en a d’Montretout
Pas ordinaires,
Des aristos et des marlous
Qui se sont donnés rendez-vous
Aux Légionnaires.



Y a des avocats, des médecins
Des juges, des marquis, des roussins
D’anciens notaires,
Mêm’ des curés qui sans façons
Baptisent le Bon Dieu d’sacrés noms
Aux Légionnaires.



On vit au pays des Bicots,
Là où c’qu’il y a qu’des bourricots
Des vieilles moukères
En France, on ferait bien trop d’pétard
Et l’bourgeois a peur du cafard
Du Légionnaire.



On vit avec d’autres passions
Que l’pioupiou qui monte la faction
D’vant l’ministère,
Mieux vaut la brousse du Tonkin
Que la caserne du biffin
Pour l’Légionnaire.



Chez nous on devient pas proprio
Faut trop traîner ses godillots
Par tout’ la terre,
Le pernod, les femmes et l’assaut
Dame, on n’est pas comme il faut
Aux Légionnaires.



Quinze ans on fait ce dur métier
A moins q’un ball’ vienn’ prend’ pitié
De not’ misère,
Alors l’chacal aiguise ses crocs,
En disant j’vas croquer les os
D’un Légionnaire.



Mais ça n’est pas admis chez nous,
Un copain dit au bord d’not’trou
Quelqu’bout d’prière,
Deux morceaux d’bois en croix, un nom,
Qu’importe si c’nom là c’est pas l’bon
C’t’un Légionnaire.

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   1/12/2011, 15:46

LES ROIS

Partis des bords du fleuve Phrat,
Où se dressait leur zigourat,
Gaspard, Balthazard, Melchior,
Portant l'encens, la myrhe et l'or, S'en allaient,
Marchant à l'Etoile.

A travers le désert de sable,
Elle les mena vers l'étable
Où ils trouvèrent, radieux
Près de sa mère l'enfant-Dieu
Dans ses pauvres langes de toile.

Ce n'était que de simples sages,
La Légende en fit des rois-mages,
Fêtons-les encore une fois,
Vivent les Rois ! Vive les Rois !

1950 A.D. "Képi bl

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   1/12/2011, 15:47

NOTRE SECRET
Ô mes compagnons Légionnaires
Dont une balle
Une volée d’éclats
Le fracas d’une mine
Ont foudroyé la progression hautaine
Un tiers de siècle
N’a rien estompé de vous
En mon affection, ni en ma mémoire.
Nous sommes à jamais frères par l’agonie.

Je vous garde en moi
L’un sans jambes, l’autre sans mains
Tel tranché d’un demi-visage
Toute
L’intensité de son expression
Toute sa chaleur
Toute
Sa gouaille
Rassemblées dans l’œil indemne.
Tu me hantes, Kurt, le torse balafré d’une rafale
De trous à l’écume sombre.
Je revois
Avec effarement
Le peu de corps qu’il restait à certains d’entre vous
Pour partir.
Je me repenche d’amour
Sur vos gosiers appliqués à grogner leur message.

Si je répétais mot pour mot
Ce que vos bouches tordues par l’urgence
M’ont grimacé
Dans un sourire de caillots et de bulles,
Si josais dévoiler
A la recherche de quelles clés
Votre ultime regard
A fouillé mon regard avant de se figer,
Si j’avouais qu’à l’un d’entre vous
Qui réclamait, crochant mon bras, le mot de passe
Je confiais avec cette attention
Qu’appelle chez l’officier, une confidence :
- Tu dis Légion !
Puisque c’était notre religion commune,
Seigneur-Dieu,
A part Vous et eux
Qui donc me croirait ?

Aussi bien quelle importance !
Eric, koob, Gino Caraï, Brémar, Klug,
Wirtz, Landefeld, Wolfschmidt, Ferrigo, Varrotsis
Et les autres
Vous aurez mon témoignage quand il le faudra.
Je ne cacherai pas
Les larmes inconvenantes
Qui me viendront aux yeux
Délayant sur plusieurs ciels tant de visages confondus.
L’histoire est injuste
Qui ne retient pas les morts humbles à ses cribles
Quelle que soit leur étoffe.
Elle est – c’est connu – moins faite des sacrifices
Que des commentaires élevés qu’ils inspirent.

Ô mes compagnons Légionnaires
Dont une balle
Une volée d’éclats
Le fracas d’une mine
Ont foudroyé la progression hautaine
J’ai, grâce à vous,l’honneur
De savoir
Qu’une mort souriante est affaire de prince.



Jean-Marie SELOSSE
Marseille 1979

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   1/12/2011, 15:50

LA TOMBE DU LÉGIONNAIRE

Légionnaire de tous temps et de toutes épopées
Depuis Camerone, Tuyen-Quang et Dong-Khé
C'est toujours ta gloire qui rayonne
Quand la mitraille et le canon résonnent.

Tes ennemis te connaissent et craignent ta bravoure
C'est chaque fois la guerre qui t'arrache à l'amour
Pour combattre et rejoindre parfois l'éternité
C'est ta devise, légionnaire : Honneur, Fidélité !

Et lorsque sous la terre tu reposes avec ou sans nom
Chacun ici-bas pour tes fautes expiées t'accorde le pardon
Les fleurs sur ta tombe peuvent bien flétrir et périr
Mais dans nos mémoires à jamais brillera ton sourire.

Ancien légionnaire Eric Dezitter

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   1/12/2011, 15:52

PETITE FLEUR BLANC

Légionnaire KURT

Tué au combat peu après avoir écrit ce poème
Paru dans Képi blanc en 1953.
En 1961, à Sidi-Bel-Abbès, la légende voulait que Sidney Bechet ait joué son célèbre morceau " petite fleur " après avoir lu ce poème ; Etait-ce une légende ?

Petit fleur qui fait blanc sur le bord du chemin,
Petit fleur qui t'en fout que partout c'est la guerre
Petit fleur, ton maman c'est Madame la Terre ;
Ton Maman, petit fleur, il te tient par la main.

Mon maman, il est loin…aujourd'hui et demain
Je marchais en avant car moi c'est militaire.
Mon papa il est mort…et moi, seul, légionnaire
Képi blanc, godillots, fusil et quart de vin.

Petit fleur tu parler pour moi maman la Terre
Tu parler que moi, Kurt, toujours c'est fait la guerre
Que peut-être bientôt , c'est fini ma saison…

Petit fleur, moi soldat même chose mon frère
Moi aussi c'est fait blanc…képi blanc légionnaire
Et bientôt habiter chez toi dans ton maison.

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   1/12/2011, 15:54

IL ÉTAIT MULTITUDE

Seul, il allait, de son pas lent, vers ce lieu Seul
Où dormaient à jamais dans leurs mornes cercueils
Ceux qui sont tombés au mutan de la guerre
Et qu'on baptise héros quand on les met en terre.

Il était seul, pourtant il était multitude
Riant tout bas de ceux qui dans sa solitude
Le croyaient enfermé !
Car ils étaient tous là
Les amis de toujours, ses amis de Combat
Qui l'attendaient au rendez vous du Souvenir
Morts, Morts ! Allons donc
Lui les ferait sortir
De l'humus pourrissant par l'ardente magie
D' un coeur qui se souvient...Et redonne la vie.


Et de tombe après tombe, il s'en va, leur parlant
Tel un choeur antique, un pôle récitant :

Karl Müler, vieux copain de guerres emmélées
Croix de Guerre et de Fer, médailles en allées
Au trou de ta poitrine.
Ustini Aldéo,
Chante encore pour moi
Ton dernier Bel-Canto.

Kuksisko Andréas, de ta voix de stentor
Je t'entends engueuler cette putain de mort
Qui osait te défier mais qui t'a eu, la Garce
Car tu ne croyais pas en son ultime farce.

Bébert de Belleville, Aristo de la Butte
Tard venu parmi nous pour partager nos luttes…
Tu avais lu Dumas et te croyais Porthos !
Fine lame éclatée au fil d’une bastos…

Et toi, Mon Lieutenant, je peux te tutoyer…
Mon frère, mon ami, mon Chef, beau Chevalier
Qui ne porta jamais d’autre rubannerie
Que le sillon sanglant sur ta face meurtrie….

Et toi, Signor Gomez…et toi fier Martinez

Et toi, Van Copenol, blond flament au long nez
Et toi, et toi, Debout ! Voici la Garde…
Debout pour le Caïd qui là bas te regarde !

Il était multitude…..Et cette multitude
L’entourait, le grisant, lui donnant fortitude.
Et il criait, et il criait et il hurlait
Et il pleurait, il riait et pleurait et riait
Car il portait en lui la Vérité Première
Ardente Vérité, essentielle et fière….

Un Légionnaire Seul, Cela n’existe pas
Mort ou vif, au repos, paré pour le Combat
C’est toute la Légion, sa Clarté, son Mystère…

C’est lui
C’est toi
C’est moi
C’est nous les Légionnaires….


Achille SOEERTAERT
Ancien Aumonier de la Légion Etrangère

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   1/12/2011, 15:56

JOURS DE PÂQUES... 1954
Au médecin commandant P.H. Grauwin (+)

Comme un bateau qui revient au port,
Les images mythiques d'alors
S'avancent, sortent de l'ombre.
J'étais légionnaire à Haïphong,
On m'embarquait sur le Mékong.
Pour un franc et sept sous,
Mon métier c'était de s'en aller…

Je me souviens
De cette terre d'Indochine,
D'un monde étranger,
Dont le langage a été oublié.
De Na-San à Hoa-Binh
La cuvette s'appelait
Diên-Biên…le camp retranché.

C'était des tranchées, la boue, la mort.
Des combats âpres et violents,
Des larmes si amères,
Un regard voilé ;
Humble soldat,
Compagnon ! As-tu survécu,
Ou endormi dans l'éternité ?
Longues flammes jaunes,
Douze coups de 105
Jaillirent du canon.
Ils tirent la dernière bordée.

Dans cette vallée,
Où gisent les corps fracassés,
Où est la pitié ?
A l'antenne chirurgicale…
Abdomens… crânes…thorax…
Fractures ouvertes ;
Sur les brancards,
Blanc, jaune ou noirs,
Que de blessés graves.

Surgit
Dans le vacarme
Pataugeant dans la boue,
Le Toubib
Grauwin Bac-sy kim.
Un geste d'amitié,
Un mot d'affection.
La parole apaisante
D'une promesse...

Adieu Toubib et merci !

Légionnaire Joseph Szabo

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   1/12/2011, 16:02

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Copyright 2011 le fanion vert et rouge. Tous droits réservés. Concepteur J-Yves Morvan

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Briard le 1/12/2011, 16:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11643
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   2/12/2011, 05:13

Etonnants ! ...et superbes
GIBET

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3873
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   7/2/2013, 09:36

Frères d'armes...poème retiré par Klary.

Pas de regrets ni d'excuses, Briard, car vous avez la franchise de vos opinions!
J'ai donc retiré mon poème de votre espace et par la même occasion " le père de la Légion" le Général Rollet...que j'emporte avec moi!
Moi Claire-Klary, la fille du Légionnaire.


Dernière édition par klary le 8/2/2013, 12:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   8/2/2013, 08:52

Je suis au regret de vous dire que ce n'est pas un poème "Légionnaire" mais "militaire", et que de ce fait il n'a pas sa place dans cette rubrique exclusivement Légionnaire, mais dans la rubrique plus généraliste.
En conséquence je demande son transfert.
Avec mes plus vifs regrets et mes excuses.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   9/2/2013, 10:20

klary a écrit:
Frères d'armes...poème retiré par Klary.

Pas de regrets ni d'excuses, Briard, car vous avez la franchise de vos opinions!
J'ai donc retiré mon poème de votre espace et par la même occasion " le père de la Légion" le Général Rollet...que j'emporte avec moi!
Moi Claire-Klary, la fille du Légionnaire.

J'accueillerai avec grand plaisir venant de votre part tout poème purement Légionnaire, dans cet espace qui leurs est dédié.

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11643
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   9/2/2013, 16:59

Klary moi j'ai un espace où j'ai mis mes poèmes et je serais fier d'accueillir le tien car je ne l'ai pas eu le temps de le voir
Mon premier poème posté était d'un père à son fils
Pourquoi pas d'une fille à son père
Mon espace est là:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Pardon ...là:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   18/2/2013, 23:54

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   25/10/2013, 22:03



J'ai un Rendez-Vous avec la Mort...

J'ai un rendez-vous avec la Mort
Sur quelque barricade âprement disputée,
Quand le printemps revient avec son ombre frémissante
Et quand l'air est rempli des fleurs du pommier.

J'ai un rendez-vous avec la Mort
Quand le printemps ramène les beaux jours bleus.
Il se peut qu'elle prenne ma main
Et me conduise dans son pays ténébreux
Et ferme mes yeux et éteigne mon souffle.
Il se peut qu'elle passe encore sans m'atteindre.

J'ai un rendez-vous avec la Mort
Sur quelque pente d'une colline battue par les balles
Quand le printemps reparaît cette année
Et qu'apparaissent les premières fleurs des prairies.

Dieu sait qu'il vaudrait mieux être au profond
Des oreillers de soie et de duvet parfumé
Où l'Amour palpite dans le plus délicieux sommeil,
Pouls contre pouls et souffle contre souffle,
Où les réveils apaisés sont doux.

Mais j'ai un rendez-vous avec la Mort
A minuit, dans quelque ville en flammes,
Quand le printemps d'un pas léger revient vers le nord cette année
Et je suis fidèle à ma parole:
Je ne manquerai pas à ce rendez-vous-là.

Alan SEEGER

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   25/10/2013, 22:07

Alan SEEGER

En tant qu'étranger, il s'engage le 24 août à la Légion étrangère, au 2e régiment de marche du 2e étranger. régiment créé pour recevoir des engagés "différents" Il sert à la 1re section, bataillon C, 11e compagnie commandée par le capitaine Tschaner.

En juillet 1916, le Régiment de marche de la Légion étrangère (RMLE) est engagé dans la Somme pour soulager le front de Verdun. Le légionnaire Alan Seeger est tué devant Belloy-en-Santerre, le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine. Il est inhumé à l'ossuaire de Lihons (80)

Son service sous les armes et les rigueurs de la guerre lui ont inspiré le célèbre et prémonitoire poème J'ai un Rendez-vous avec la mort (I have a rendezvous with Death)

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3873
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   25/10/2013, 22:49


MERCI pour cet émouvant partage!            

IN MEMORIAM                                                     [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Il s'appelait ALAN SEEGER...

Pour toi , cher Briard, un extrait de "La Grande Guerre"
Klary


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   25/10/2013, 23:03

Merci à toi Klary de cet extrait que je connais tu penses bien !!

VIVE LA LEGION !!

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11643
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   26/10/2013, 03:26

Le rouge et le vert de la nature , offerts en symbole aux couleurs de la Légion...comme des milliers de taches de sang posées là où, la paix revenue grâce à l'abnégation de ces hommes, la nature a reverdi tranquillement!
GIBET

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   26/10/2013, 08:17

Sur la terre imprégnée du sang des légionnaires le soleil ne se couche jamais.

Honneur à ces hommes devenus Français, non par le sang reçu, mais par le sang versé.

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11643
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   27/10/2013, 14:51

Briard a écrit:
Sur la terre imprégnée du sang des légionnaires le soleil ne se couche jamais.

Honneur à ces hommes devenus Français, non par le sang reçu, mais par le sang versé.
C'est très beau ce que tu dis là et ça m'a évoqué:
"La bataille du champs de sang"

Elle n'a rien à voir avec notre sujet bien sûr...mais le nom est tout un symbole!

Bataille du Champ du Sang


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
source: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   27/10/2013, 16:17

Une plaque d'honneur au 2REP
Cette plaque se trouve devant la Salle d'honneur du 2ème REP. Sur cette dalle est gravée la citation suivante, en mémoire de légionnaires tombés au combat: "Sur la terre imprégnée du sang des légionnaires le soleil ne se couche jamais".

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3873
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   11/11/2013, 21:54

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11643
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   21/11/2013, 02:32

Les Francs Maçons saluent le passage à l'Orient Éternel par ces simples mots:

"GÉMISSONS , GÉMISSONS , GÉMISSONS ...ESPÉRONS"

Je les adresse aux morts du 11 novembre et plus spécialement à la Légion

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3873
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   25/1/2015, 09:33



Pour nos Anciens

Venus de tous les coins du monde,
D’orages d'acier échappés à grand peine,
Chardons roulés au long d'immenses plaines,
Descendus des maquis, enfants de villes en ruines,
Préférant tempêtes choisies à celles imposées,
L'âme déchirée, assoiffée d'amitié...
Vous êtes aujourd'hui ici, droits, le coeur plein
De souvenirs d'un autre âge, ceux de votre jeunesse
Et de vos combats jamais oubliés,
Des rizières du Tonkin aux rochers des Aurès,
Des sables du désert aux cèdres du Djurdjura,
Carcasses secouées dans les vieux Dakotas,
Brûlés par mille soleils, gelés
A l'aube de montagnes enneigées,
Quand l'odeur du café dans les quarts de métal
Précède de si peu celle des combats...
Vous êtes ici, pleins du souvenir d'amis
Dont les ombres comblent, pour ceux qui savent voir,
Les vides de vos alignements;
Vos silhouettes s'amenuisent,
Mais elles restent bien droites
Sous les rafales de l'âge qui décime vos rangs.
Les blessures du temps marquent vos visages,
Mais vos yeux gardent leur jeunesse,
Et cette clarté que donne
La tranquille conscience du devoir accompli
Et d'une vie payée par votre sang versé.
Restera-t-il, un jour, seulement trois braves
Au mur de l'hacienda de l' Histoire ?
Alors, qu'ils se redressent,
Sortent au soleil de gloire,
Sous les yeux éblouis de ceux qui ne savent pas,
Et, avec l'honneur gardé aussi bien que les armes,
Rendent leurs devoirs à ceux qui sont tombés,
Afin que le Souvenir, au moins, ne meure pas.

Marc Nicol Camérone 1998

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5963
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   17/6/2015, 21:37

Les cigales chantaient en crissantes cascades
L'opera de la nuit que personne il écrit
Celui là qui senté la mousique du cri
Toujours il aimera lé son des embouscades.

Jé voudrais rétourner con lé mé camarades
dans la jungle sonore en silence sourpris
Ecouter lé taco...lé crapaud qué croupit
Dans la vase qui noie l'aigu des sérénades.

Oublier lé destin dans l'ombre fantastique
Mélanger coeur et bruit dans émoi chromatique
Les hautbois du ciel doux et la plainte du cor.

Oh, pouvoir retrouver la nuit sa mousique
Cette nuit dé là bas...harmonie asiatique
Du silence et du bruit, lé plous parfait accord.

Caporal-Chef Mario N

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11643
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   18/6/2015, 02:05

La poésie du cœur!

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3873
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: A moi la Légion   10/7/2015, 08:12

Ce n'est pas une poésie mais un bel exemple de solidarité légionnaire![Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Grâce à ce récit, c'est avec émotion que j'ai retrouvé Aristide, un ami fidèle et très proche de notre famille, lorsque nous étions Là-bas

A MOI LA LÉGION !
Ancien officier de l'Armée Royale Roumaine, Aristide Anitéï s'engage à Vienne en Autriche dans la Légion Etrangère au mois de décembre 1947. Dix-sept ans plus tard, il rejoint la vie civile, étant adjudant, titulaire de la Médaille Militaire, de la Croix de Guerre des T.O.E. et de la Croix de la Valeur Militaire, après avoir été blessé par trois fois au combat et ayant successivement servi avec honneur et fidélité au Dépôt Commun de la Légion Etrangère (D.C.L.E.), aux 3ème R.E.I., 1er R.E.I., 3ème R.E.I., G.I.L.E./ 1er R.E. et 4ème R.E.I., en Indochine et en Algérie.
En 1964, diplômé de sciences sociales, il fait sa reconversion dans l'industrie pharmaceutique à l'issue d'un stage de six mois ; un laboratoire lui confie des responsabilités commerciales. Ses activités professionnelles lui donnent l'occasion d'avoir de nombreux contacts avec les médecins des corps de la Légion Etrangère, la maison de retraite d'Auriol, l'Institution des invalides de Puyloubier et de nombreux anciens.
L'heure de la retraite "définitive" sonne en 1990 mais non celle de la vie active ; pour l'adjudant Anitéï, l'heure du bénévolat est arrivée, en se consacrant corps et bien aux "Œuvres Hospitalières Françaises de l'Ordre de Malte" (O.H.F.O.M.) car il est en contact avec l'Ordre depuis 1974. L'O.H.F.O.M lui confie les relations avec l'industrie pharmaceutique, les hôpitaux civils et le Service de Santé des Armées. Il accompagne de nombreux convois humanitaires et se rend dans la plupart des pays victimes de famines, d'épidémies ou de conflits de toutes sortes accomplissant ses nouvelles taches à corps perdu, avec une passion sans limites. Son dévouement lui vaut de recevoir la médaille du Service de Santé des Armées et la Croix d'officier du Mérite de l'Ordre de Malte. En outre, il entretient des relations avec les différents corps de la Légion Etrangère ; le contact n'est pas rompu, c'est l'essentiel. Il raconte : Ce qui s'est passé au mois de septembre 2001 constitue un exemple unique de solidarité légionnaire qui a cimenté davantage les liens entre l'Ordre de Malte et la Légion Etrangère.
Suite à la fermeture de l'hôpital militaire Larray de Toulouse, l'Ordre de Malte reçoit en cession gratuite quatre cent mètres cubes de matériel médical et divers appareils de bloc opératoire. La direction du Service de Santé nous invite à en prendre possession avant le 30 juin 2001, le transport incombant à l'Ordre de Malte. En effet, pour les cessions de matériaux de l'Armée, une convention avait été passée avec l'Armée de l'Air pour qu'elle en assure le transport gratuit mais, elle a été annulée le 1er juin 2001 suite à la réorganisation intervenue au sein de la Défense Nationale. Cela ne permet pas l'enlèvement préfectoraux de la Haute-Garonne et des Bouches-du-Rhône, j'obtiens douze volontaires à Toulouse et neuf autres à Marseille auprès d'associations caritatives pour assurer, aux dates prévues, le chargement à Toulouse et le déchargement à Marseille. Hélas !...le 22 septembre au soir, à la veille du jour prévu pour le chargement, le responsable de l'équipe de Toulouse m'informe que tous ses hommes résident dans la zone atteinte par l'explosion de l'usine AZF, le 20 septembre, que quatre d'entre eux sont blessés, que tous sont sinistrés et qu'en conséquence aucun n'est disponible pour le chargement. Quel choc ! Je passe une nuit blanche à essayer de trouver une solution mais en vain.
Le 23 au matin, en pleine tourmente, une voix crie à mon oreille : "A moi la Légion !" Je reconnais aussitôt mon épouse qui sait bien que le 4ème R.E.I .est en garnison à Castelnaudary, à quelques kilomètres de Toulouse et que j'ai assuré les fonctions d'officier des effectifs dans ce régiment de 1961 à 1964. Une immense lueur d'espoir m'envahit aussitôt. Dès neuf heures, je suis en contact avec le lieutenant-colonel commandant en second et, après les présentations d'usage, je lui explique les raisons de mon appel et la "mission impossible" devant laquelle je me trouve sans l'aide efficace de la Légion. Sa réponse est brève : "appelez moi vers midi".
Cinq minutes avant l'heure mon angoisse et ma tourmente prennent fin : "Demain matin et après demain, vous aurez une section de légionnaires à l'hôpital Larrey pour le chargement de votre matériel. Vous savez bien que pour la Légion, il n'y a pas de mission impossible". Telle est la réponse reçue de mon interlocuteur que je remercie avec émotion et les larmes aux yeux.
Le 26 septembre, les quatre cent mètres cubes de matériels sont dans nos magasins de Marseille et de Versailles ; tout cela grâce à ce bel exemple de solidarité légionnaire accordée spontanément et généreusement à la plus ancienne des œuvres humanitaires.
"Merci la Légion !"
Aristide ANITEÏ

Merci à Kolenta pour son message!

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par klary le 10/7/2015, 09:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11643
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   10/7/2015, 08:58

Oui sans doute la plus belle arme humanitaire que seul la France possède, mais constituée du Monde. C'est grâce à de tels hommes que je crois toujours en l'humanisme. Et j'en suis fier.
GIBET

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Lysli@ne

avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 15/03/2014

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   10/7/2015, 09:38

Ce ne sont pas n'importe quels hommes aussi , tous les pays comportent des hommes formidables personne n'en a jamais douté .Mais ils sont peu c'est pour ça que moi je doute parfois de l'humanisme .
Et même j'en viens à me dire que l'Homme n'est pas la plus noble création de Dieu pour paraphraser le cheval la plus noble conquête de l'homme .

_________________
Psaume 1: verset 1 qui dit:

Heureux est l'homme, celui-là qui ne va pas au conseil des impies, ni dans la voie des égarés ne s'arrête, ni au banc des rieurs ne s'assied
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11643
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   11/7/2015, 01:23

C'est pas faux. Et parfois la religion peut même être la pire inspiration inhumaine pour certains

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Lysli@ne

avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 15/03/2014

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   11/7/2015, 08:19

La encore les religions sont ce que les hommes en font,  elles sont faites pour nous sublimer à la base ,mais nous les ramenons à ce que nous sommes des nuisibles pour tout et je ne parle pas que des religions auto proclamées tout ce qui s'y apparente aussi .

_________________
Psaume 1: verset 1 qui dit:

Heureux est l'homme, celui-là qui ne va pas au conseil des impies, ni dans la voie des égarés ne s'arrête, ni au banc des rieurs ne s'assied
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11643
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   12/7/2015, 01:43

C'est la foi qui sublime car les religions me sont que des doctrines d'églises bien loin de la foi !

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poésie des Légionnaires   

Revenir en haut Aller en bas
 
Poésie des Légionnaires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Para Vietnamien mais légionnaires.
» Qui sont ces légionnaires ?
» deux légionnaires tués 2 REG
» Le sacrifice des légionnaires
» 200 Légionnaires du 2°REP au Mali

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Mains :: ARTS ET BEAUTE :: La Main des poètes-
Sauter vers: