Nos Mains

Forum de discussion entre amis portant sur l'actualité, la politique, la société et tous les sujets que nous prendrons en Main ensemble.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion












Partagez | 
 

 Djihad Turquie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Guide Stone

avatar

Messages : 721
Date d'inscription : 23/09/2014

MessageSujet: Djihad Turquie    31/1/2016, 10:47

Bonjour à tous,

Je suis en train de faire un sérieux travail (et Gibet sait ce que ça veut dire quand le travail est "sérieux"...) sur le Djihad .

Je serais par ailleurs content si DANS LE FORUM PRIVE on créait une structure consacrée à l'affaire ,et DANS ce sous forum, la Turquie ne serait qu'un des sujets....

J'ai déjà des centaines de pages ... mais je souhaite mettre ici les plus pertinentes,ceci à fin d'éviter d'entendre les sempiternels refrains et les sempiternelles conneries .

Pour commencer, un nouvel aspect de la Turquie ...
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

La Turquie à la poursuite de ses anciens territoires …

Il y a eu l’Empire Byzantin,
Il y a eu l’Empire Ottoman,
Il y a eu la Turquie Kémaliste,
Il y a la Turquie d’Erdogan .

En gros, c’est toujours la Turquie et toujours la même chose .
En détail, c’est sensiblement différent ….
Les frontières sont sensiblement différentes ...
Il y a des territoires perdus en Europe,en Russie,et dans tout l'orient ....

La Turquie veut récupérer par la bande ce qu’elle a perdu ,
Et la récupération passe par l’Islamisme …
Et la récupération pour des raisons pratiques doit faire « fi » des anciennes frontières ….

Et dans l'affaire,il y a de sérieux morceaux intéressants.. ; et de sérieux « ennuis »  là dedans …
• Les zones pétrolières,
• La Mecque, Médine
• L’Irak
• Des Républiques Soviétiques,
• La Crimée …



La Turquie Laïque n’existe plus .
La Turquie est maintenant islamiste .

Et ses appétits sont immenses,
et les ennuis attendus le sont tout autant …

Les anciennes républiques musulmanes de l’ex URSS.
Les anciens pays européens satellites de l’ex URSS.
Ses petites aventures dans le Maschreck .
Ses petites aventures en Israël sous le prétexte de soutien à Gaza .

L’opposition à Erdogan n’existe pratiquement plus .

L'opposition démocratique est éclatée à cause de la question des minorités.

Erdoğan a su mener une guerre souterraine visant à soumettre (généralement par des poursuites judiciaires) les pouvoirs qui pouvaient lui résister: militaire, parlementaire, judiciaire, médiatique, et même religieux.
La honte de l'Europe est  d'avoir laissé se développer son emprise tyrannique.

Erdogan a su aussi séduire les islamistes :

• la restauration du voile dans l'espace public sous prétexte de liberté de conscience,
• l'hypertaxation du raki et plus généralement de l'alcool sous prétexte de lutte contre l'alcoolisme,
• la multiplication des mosquées sous prétexte de la moralisation de la jeunesse, etc.

Prochaine étape : la révision constitutionnelle pour donner à Erdogan les pleins pouvoirs .
Les dernières élections ont vu pour la première fois des Turcs non- kurdes voter pour des candidats kurdes,ceci à fin de tenter de  barrer la route à la révision constitutionnelle .
C'est dans ce contexte qu'est survenue l'instrumentalisation des attentats attribués à Da'ech.


Quelle position la Turquie a-t-elle adopté à l'endroit de Da'ech?

Le sommet de la politique d'islamisation d'Erdoğan est le soutien implicite de la Turquie à Da'ech,
Les raisons sont multiples :
• hostilité au régime d'Assad,
• hostilité aux courants progressistes arabes,
• hostilité aux kurdes
• alliance objective sur le sunnisme fondamentaliste.


La Turquie a sérieusement aidé l’Etat Islamiste, en lui offrant le libre transport et transfert de  
• Hommes
• Argents
• Armes
• Pétrole de contre bande .

Pour quelle raison cette ambiguïté turque n'est-elle pas dénoncée par les pays qui luttent contre l'État islamique?

Parce que l'Europe impotente, sans diplomatie et sans armée a cédé au chantage d'Erdoğan sur l'endiguement supposé des réfugiés.

Comment une Turquie entrée dans une phase d'islamisation à marche forcée peut-elle encore espérer intégrer une Union européenne laïque?
Pour quelle raison l'UE, depuis 1986, continue-t-elle à fournir des fonds structurels à un État dont il est hautement improbable qu'il entre en son sein?


L'entrée de la Turquie dans l'UE semblait hier déjà peu probable ,
et le paraît encore moins aujourd'hui ;

• la Turquie deviendrait le pays à la fois le plus peuplé et le moins avancé, le plus religieux et le moins démocratique de l'Union.
• Militairement, elle en porterait les frontières sur des zones de guerre.


L'affrontement russo-turc est-il en passe de se durcir?

Erdoğan a osé défier Poutine sans en avoir les moyens
Un des vieux rêves tsaristes était de conquérir l'Empire ottoman afin de restaurer Byzance dont la Russie est issue.

Moscou est déjà l'alliée d'Assad: il ne lui resterait qu'à appuyer les Kurdes pour menacer profondément Ankara et embarrasser durablement Washington.
Erdoğan a compris trop tardivement que, eu égard à la détermination de Poutine, il avait allumé un incendie.
Revenir en haut Aller en bas
Guide Stone

avatar

Messages : 721
Date d'inscription : 23/09/2014

MessageSujet: Djihad - Turquie - Erdogan manœuvre....   31/1/2016, 11:02

Qui est Erdogan ?


Le président Turc, Recep Tayyip Erdoğan est « arrivé » par la démocratie » ,il est en train de « rester » par une sorte de dictature larvée ,basée en grande partie sur des « purges » de tout ce qui peut être considéré comme une opposition .
Il ne gouverne pas par « les flics dans la rue » ,mais par « les juges dans sa poche .
C’est aussi efficace, c’est beaucoup moins visible …

Issu d'une famille modeste originaire de la région de Trébizonde sur la mer Noire, il est proche de la confrérie des Frères musulmans et très marqué par l'héritage de la splendeur de l'Empire ottoman.
Conscient de sa valeur personnelle, il se rêve en nouvel homme providentiel, non seulement pour la Turquie, mais aussi pour le Proche-Orient et ses opposants les plus farouches le surnomment d'ailleurs le « nouveau sultan ».
Pour parvenir à ses objectifs, il ne recule devant aucun moyen, même les plus sournois.
Il s’allie avec les mouvements islamistes radicaux par opportunisme ; c’est pour lui le moyen de récupérer toutes les poussières perdues de l’Empire Ottoman ,qu’elles soient en Europe (participation au conflit des Balkans,en Russie (les républiques russes autonomes),et Syrie,et ailleurs …


De la démocratie à l'absolutisme


Erdogan contre l’armée …
Erdoğan a utilisé durant des années les services de la puissante mais discrète confrérie Gülen pour gravir les échelons de la politique turque.
Avec elle, il a écarté les généraux du pouvoir, lesquels avaient la fâcheuse tendance à effectuer un coup d'Etat quand ils estimaient que la « Patrie était en danger ».
Pour ce faire, il a monté de toutes pièces, avec la complicité de l'institution judiciaire - alors profondément pénétrée par la confrérie Gülen - des procès pour « complot »qui ont amené des centaines d'officiers, dont les plus brillants, derrière les barreaux.
L'armée turque a été littéralement émasculée, l'avancement étant désormais réservé aux officiers faisant allégeance à Erdoğan et à la confrérie Gülen.

Erdogan contre les siens …

Erdoğan s'est ensuite retourné contre ses propres amis, car ces derniers réclamaient la récompense de leurs actions,et dès lors ,ils ont commencé à représenter un risque pour la poursuite de la réalisation de ses ambitions personnelles.
La chasse aux « gülenistes » qui tenaient les ministères de la Justice et l'Intérieur a alors été ouverte, toujours sous le prétexte de sombres complots.
Des centaines de policiers (dont toute la garde rapprochée d'Erdoğan), de procureurs et d'avocats ont été ainsi incarcérés par des juges aux ordres.
Parallèlement, tout journaliste qui tentait de creuser un peu le sujet était aussi victime des foudres de la loi.

Afin de ne pas se retrouver totalement isolé, n'ayant plus que les services secrets du « MIT » à sa botte, Erdoğan a soudain libéré les officiers les plus agés ou les plus « tranquilles » qui purgeaient des peines de prison,le tout en faisant porter la responsabilité de leur emprisonement « scandaleux » aux exactions et aux complots du Gülen ...

Erdogan avec l’Europe ….

Erdoğan entreprit les démarches pour faire entrer la Turquie dans l'Union européenne, afin de montrer que la Turquie était un pays vraiment « démocratique » - ce qui calmait les généraux qui savaient qu'un éventuel putsch de plus mettrait le pays au ban des nations pour longtemps...

Erdogan avec les pauvres …
Erdoğan a tout fait pour augmenter les ressources économiques du pays et pour aider les plus démunis en multipliant les actions sociales. C'est d'ailleurs dans cette frange de la population, encadrée par une solide organisation politico-religieuse qu'il trouve ses plus indéfectibles soutiens et les électeurs du Parti de la Prospérité (AKP).

Erdogan avec les kurdes

Erdoğan, a fait preuve d'un immense pragmatisme avec les kurdes, et a obtenu ce que tous ses prédécesseurs n'avaient jamais réussi à faire : la paix des armes.
Il a utilisé pour cela le vieux leader du PKK, Abdullah Öcalan - lequel, quoique emprisonné sur l'île d'Imrali, bénéficie toujours d'un grand prestige au sein des populations kurdes indépendantistes - pour entamer des négociations avec le PKK, via le MIT.

Erdoğan a alors été confronté à une forte opposition interne réunissant l'extrême droite, des mouvements islamiques radicaux locaux et même des partis politiques nationalistes hostiles à ces négociations de paix.
Comble de l'ironie, il espérait que cette politique d'ouverture allait lui permettre d'engranger des voix kurdes lors des élections législatives du 7 juin 2015, lui permettant d'obtenir la majorité absolue au parlement. Cette dernière lui était indispensable pour changer la constitution, afin d'établir un régime présidentiel taillé à sa mesure.
En fait, c'est le Parti démocratique des peuples (HDP), pro-kurde, qui a obtenu 13,12% des suffrages exprimés, empêchant à l'AKP d'obtenir la majorité absolue.

Furieux, Erdoğan a alors enclenché un « plan B ». Il a empêché la création d'un gouvernement de coalition pour conduire à de nouvelles élections législatives qu’il compte bien gagner …

Sachant que les deux formations d'opposition classique (le Parti républicain du peuple/CHP et le Parti d'action nationaliste/MHP) ne parviendront pas à l'inquiéter en raison de leurs divisions systémiques, il lui reste à s'occuper du HDP pour que celui-ci obtienne moins de 10% des suffrages, ce qui l'empêchera alors d'être représenté à l'Assemblée nationale, ce qui par les lois mathématiques lui donnera alors toutes les chances d'obtenir la majorité absolue tant convoitée (Hitler avait procédé de la sorte…mais en « interdisant » des partis…).
Pour ce faire, Erdoğan a utilisé l'arme qui lui a permis de réduire au silence les militaires et ses anciens amis : la justice. Il a accusé les dirigeants du HDP de « liens avec un mouvement terroriste » (les mouvements Kurdes) pour les rendre inéligibles.
Et ces liens existent : ils faisaient en effet partie des négociateurs entre les Turcs et les Kurdes …(dans ce cas çi,on est un peu dans l’affaire « Toutkatchevsky » qui a permis à Staline de se débarrasser de tout son haut État Major …

Pour que le PKK redevienne vraiment « terroriste » dans l'esprit des électeurs, il fallait relancer les affrontements.
Ordre a donc été donné de bombarder les bases arrières du mouvement, installées en Irak du Nord, pour enclencher un processus de riposte.
Les Séparatistes Kurdes se sont précipités dans le piège en passant à l'action. Depuis, les attentats se multiplient sur l'ensemble du territoire turc et Erdoğan peut se présenter comme le seul garant de l'unité nationale !

Erdogan et "les printemps arabes" .

Erdoğan a suivi les « printemps arabes » avec beaucoup d'intérêt.
Il a espéré que la contagion s'étendrait depuis l'Egypte et la Libye à tout le Proche-Orient.
Il pensait en outre que le régime syrien s'effondrerait rapidement, rassuré sur ce dernier point par le fait que les Etats-Unis et l'Europe menaient une politique très hostile à l'égard du régime de Bachar el-Assad.
Erdoğan s'est donc mis à hurler avec les loups et, grâce à la longue frontière que la Turquie partage avec la Syrie, il a permis à tous les mouvements d'opposition armés de transiter par son territoire pour se rendre sur ce nouveau théâtre de guerre.

A partir de fin 2014, Il a constaté avec effarement le « lâchage » des Américains et des Européens, lesquels ont cessé de menacer directement Damas (qui de « très méchant » était devenu « juste fréquentable » devant la catastrophe militaire de Daesch et l’insoluble problème des réfugiés).

Une autre désillusion est survenue quand Erdoğan a constaté que les populations kurdes syriennes, vivant au nord du pays, ne sont pas entrées en rébellion , mais ont conclu un (discret) accord de non-agression avec le régime syrien, qui leur a abandonné le terrain pour consacrer ses forces à des zones jugées plus vitales pour lui.
C'est donc avec un certain intérêt qu'Erdogan a vu les forces islamistes s'attaquer aux bastions kurdes adossés à la frontière turque.
Le massacre allait se dérouler « en silence »,mais les médias ont monté en épingle l’affaire de Kobané …

Contraint et forcé ,Erdoğan a été obligé de laisser passer quelques centaines de peshmergas kurdes venus d'Irak du Nord pour renforcer la garnison kurde.
Par contre, il a maintenu son interdiction aux Américains d'utiliser les bases turques pour porter secours à Kobané.
A son grand déplaisir, cela n'a pas empêché ses derniers de bombarder les positions de l'Etat islamique autour de la ville assiégée, en faisant décoller les bombardiers de Jordanie.

Une fois la ville de Kobané libérée, la hantise d'Erdoğan a été que les Kurdes syriens ne parviennent à unir les trois « cantons » de Cizré, Kobané et Efrin (le Rojava) , répartis d'est en ouest de long de la frontière pour en faire une ébauche d'Etat, ce que les Turcs refusent dans leur grande majorité.

Erdogan a alors ressorti des cartons une vieille proposition de « zone tampon » de 90x40 kilomètres située à l'ouest de l'Euphrate, où le PYD est interdit de séjour.
Cette région qui serait placée sous contrôle international couperait le Rojava en deux, et permettrait d'y créer des camps de réfugiés dans lesquels « en plus » la Turquie pourrait renvoyer quelques uns des 1,1 million de personnes déplacées qu'elle accueille…

En dédommagement de cette astuce par trop visible, Erdoğan aurait ouvert les bases turques à l'aviation américaine
Mais elle pourra aussi servir de base arrière à des mouvements d'opposition armée à Bachar el Assad , particulièrement à l'Armée de la conquête (Jaish Al-Fatah), qui tente d'acquérir une légitimité bien qu'elle soit composée principalement d'activistes dépendant d'Al-Qaida « canal historique ».
Revenir en haut Aller en bas
Guide Stone

avatar

Messages : 721
Date d'inscription : 23/09/2014

MessageSujet: Djihad - Turquie - La "Zone tampon"...   31/1/2016, 11:54

La zone tampon de Cerablus …
C’est cela, c’est cela …
juillet 2015.



Dans un discours de juin 2015, Erdogan a annoncé qu’il ne laisserait pas la formation d’un état kurde avoir lieu en Syrie.
Or il existe au nord Syrie sur une profondeur de 50 km une première enclave kurde ,suivie d’une « gap » d’une centaine de km, suivie d’une deuxième enclave kurde beaucoup plus grande encore.
Pour tout dire si les kurdes s’emparent du « gap »,un nouvel état se crée : le Kurdistan avec à une extrémité la méditerranée et à l’autre extrémité la zone pétrolière kurde.

C’est cette zone (la zone de Cerablus) que la Turquie rêve de transformer en une « zone interdite ».

Pourquoi une zone interdite ?

Évidences bibliques ….:

a) Empêcher la jonction des enclaves turques
b) Empêcher aux kurdes d’avoir une route d’acheminement de leurpétrole
c) Recaser « hors de chez eux » les réfugiés actuellement en Turquie
d) Donner une zone de replis et de ravitaillement à l’Etat Islamique .

Depuis le 28 juin, plusieurs opérations militaires ont effectivement eu lieu de la part de la Turquie contre le PKK. D’abord des vols de drônes, des mitraillages, et enfin des bombardements soutenus par des tanks et des mortiers.

A terme, le but de la Turquie est d’occuper via 18.000 soldats et un appui aérien, un territoire de 100km entre la ville de Mare et la ville de Kobané, rentrant de 30km à l’intérieur de la Syrie. Zone que les médias et militaires turques ont déjà surnommé ’Ligne de Mare’.


En Europe, les « politiques » ont « rien compris » …


En France, Hollande soutient l’idée (vu son caractère « humanitaire »
Au USA, on est plus « mitigé »

La volonté d’Erdogan + de l’armée … ça fait « beaucoup » …

L’armée turque (pourtant sérieusement « encadrée » par le pouvoir, a lourdement insisté pour la création de cette zone tampon .
Il s’en est suivi du vote par du parlement turc, le 2 octobre 2015, d’une motion autorisant l’armée turque à intervenir « si nécessaire » en Syrie et en Irak pour lutter contre « les groupes terroristes ».

Les généraux ont demandé au gouvernement l’établissement rapide de zones tampons en quatre points sur le territoire syrien,- l’un d’entre eux incluant la ville kurde de Kobané -, dans le but de préserver les intérêts de sécurité turcs.
Et cela devrait être fait même si les États-Unis ne l’approuvaient pas. »


La collaboration avec l’EI va bien « au-delà » de la zone interdite

Non seulement la Turquie veut scinder la zone Kurde en Syrie, mais elle laisse passer les soutiens à l’EI et la contrebande pétrolière, mais elle s’allie aussi avec des forces islamistes anti kurdes !!!
L’alliance est passée du silence tacite ,à l’interdiction de circulation des soutiens kurdes au travers de la frontière ,puis même au tirs d’artillerie contre les positions kurdes !!!!


Erdogan est « ambigu » …

Enfin, la proposition du président Erdogan est d'établir une zone tampon pour lutter contre le "terrorisme", sans préciser de quel « terrorisme » il s’agit ; uniquement de Daesh,ou le PKK fait-il aussi partie du lot …


Erdogan sait se faire payer …

Des bruits circulent que les USA ne peuvent se servir de leurs bases d’Incirlick et de Diyarbakir de façon « offensive » qu’à la seule condition qu’ils appuient l’idée de la « zone tampon »

Accord « sordide » …

L’accord finalisé entre Washington et Ankara est fondé sur un échange sordide. Moyennant la participation d’Ankara à la guerre contre l’EI, Washington donne le feu vert aux attaques contre les organisations kurdes qui, jusqu’alors, se trouvaient en première ligne de la lutte contre l’EI et jouissaient du soutien militaire des Etats-Unis.
Revenir en haut Aller en bas
Largo Winch

avatar

Messages : 451
Date d'inscription : 11/01/2016

MessageSujet: Re: Djihad Turquie    2/2/2016, 16:46

Et dire qu'il y a des gens chez nous qui rêvent de voir la Turquie entrer dans l'UE !
Revenir en haut Aller en bas
Guide Stone

avatar

Messages : 721
Date d'inscription : 23/09/2014

MessageSujet: Libye ... comme çà, les choses sont plus claires ...   3/2/2016, 22:46

Libye : Les deux gouvernements.

Il y a ce jour (02.2016) .au moins 2 gouvernements en Libye :

• Un gouvernement usurpateur sous l'influence de Fajr Libya à Tripoli (le CGN).
• Un gouvernement officiel qui s’est réfugié dans l’Est du pays ....(le parlement de Tobrouk)


Le Parlement de Tobrouk

Le Parlement de Tobrouk est une assemblée dont l’élection en juin 2014 a été validée par la communauté internationale mais que conteste un Parlement rival, le Congrès général national (CGN), basé à Tripoli.
L’Assemblée de Tobrouk est soutenue par une coalition de libéraux, d’anti-islamistes et d’ex-kadhafistes.

Le parlement de Tobrouck est dirigé par le premier ministre Al-Thinni.

Le Premier Ministre Al-Thinni est en conflit avec :

• l’homme d’affaire Hassan Tatanaki ,richissime libyen réfugié en Egypte, présent dans l’exploitation pétrolière, l’immobilier et les médias.

• le général Khalifa Haftar, nommé chef d’état-major de l’armée du Gouvernement de Tobrouck .
Ancien proche de Kadhafi avant d’entrer en dissidence à la fin des années 1980, le général Haftar se fait le chantre d’une mobilisation contre les « terroristes ».
Il est soutenu par l’Egypte .



Le Parlement de Tripoli

Pour sa part, le GNC de Tripoli est dominé par une coalition où les islamistes exercent une influence significative voire exclusive.


L’enjeu entre les 2 gouvernements :

L’enjeu entre les 2 gouvernements est la Libyan Investment Authority (LIA), le fonds souverain libyen riche de 59,9 milliards d’euros.
Revenir en haut Aller en bas
Guide Stone

avatar

Messages : 721
Date d'inscription : 23/09/2014

MessageSujet: Re: Djihad Turquie    3/2/2016, 22:51

Avec 59.9 milliards d'euros,c'est "plus de 72 vierges" qu'on peut se taper !
Revenir en haut Aller en bas
Guide Stone

avatar

Messages : 721
Date d'inscription : 23/09/2014

MessageSujet: Re: Djihad Turquie    6/2/2016, 10:38

Du plus fort encore ...

+++++++++++++++++++++++++++





Offensive Russe en Syrie.
02.2016


Les buts de la Russie sont multiples :

• Garder Assad au Pouvoir
• Garder le port de Tartous
• Empêcher de créer un appel d’air pour les rebelles Tchétchènes qui voudraient se former en Syrie pour ensuite retourner mettre le feu en Russie .


Jeudi 4 février 2016, paniqués par le déluge de feu auquel l’aviation russe soumet la région d’Alep et par l’avancée éclair des troupes gouvernementales syrienne  au nord de cette ville, plusieurs milliers de ses habitants ont pris la route de l’exode.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Les quartiers orientaux d’Alep, aux mains des insurgés depuis juillet 2012, voient leur horizon se rétrécir encore un peu plus, les forces syriennes  loyalistes ayant coupé l’axe qui les reliait à la Turquie, par la ­frontière nord.

C’est un tournant de taille et peut-être même décisif, dans la guerre qui fait rage en Syrie ­depuis cinq ans (2011) .

En opérant la jonction, mercredi, avec les défenseurs de Zahraa et de Nubul, les deux villages chiites assiégés depuis trois ans par des brigades islamistes, dont le Front Al-Nosra (la banche syrienne d’Al-Qaida), les troupes loyalistes, arrivées de l’est, ont porté un rude coup aux rebelles du nord de la Syrie.

Cette percée, la plus probante depuis le début des frappes russes, en octobre, a été facilitée par l’enrôlement dans les rangs du régime de milliers de miliciens chiites, libanais, irakiens, afghans et iraniens,et par les frappes russes .


Des dizaines de milliers de Syriens supplémentaires convergent désormais vers les postes-frontières de Bab Al-Hawa et Bab Al-Salama, dans l’espoir que la Turquie se décide à rouvrir sa frontière, verrouillée depuis l’automne.

Le Front Al-Nosra, qui avait évacué Alep il y a un an,  s’est déjà redéployé en masse sur les pourtours de la ville.

Les Kurdes pourraient profiter de l’affaiblissement des rebelles pour s’étendre vers l’est.
Leur objectif est de s’emparer vers le sud du tronçon de frontière entre Azaz et Jarablus, de façon à rejoindre l’autre enclave kurde de Kobané.
Mais sur leur chemin se dressent les djihadistes de l’EI, qui pourraient eux aussi vouloir bénéficier de la confusion dans les rangs rebelles pour avance vers le nord , en direction de Marea, au nord d’Alep.

L’inconnue principale réside dans la réaction des deux soutiens les plus importants des rebelles, la Turquie et l’Arabie saoudite, défiées frontalement par la Russie.
Ces deux pays pourraient être tentés d’acheminer des armes en urgence vers Alep, via le passage de Bab Al-Hawa.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Alep et les villages environnants se vident des milliers d’habitants . Ils sont en compagnie des combattants d’Al-Nosra (la branche syrienne d’al-Qaida) qui ont semé la terreur durant 3 ans à Alep.
Le tout est en direction de la Turquie avec pour certains un arrêt prévu en Libye qui sera de toutes évidences le prochain terrain des combats .


Vu de l’autre côté, ça donne ceci : ce qui se passe en Syrie, avec l’armée syrienne qui reprend le dessus, ça n’arrange pas du tout la Turquie, l’Arabie saoudite et la France...
La France qui risque de se retrouver coincée dans deux conflits : la Syrie et la Libye .






Avec l’appui de l’aviation russe, le siège d’Alep peut être considéré comme terminé et la question est pour les djihadistes de pouvoir s’en sortir .
Dans ce contexte la Turquie doit « agir » ,etr « agir » c’est trouver n’importe quoi qui pourrait aider les djihadistes sans trop se compromettre ...

La première étape est déjà réalisée : les militaires turcs ont  interdit un vol d’inspection russe au-dessus de leur territoire, qui devait pourtant s’effectuer dans le cadre du traité « ciel ouvert » qui autorise ce type de vols d’inspection afin de renforcer la transparence et l’ouverture militaire entre les principaux membres de l’OTAN et la Russie.

Le commandement militaire russe a logiquement interprété cette interdiction comme une volonté de dissimuler la préparation d’une offensive militaire turque sur le terrain syrien.

La seconde étape est en cours : la Turquie et l’Arabie Saoudite poussent à la création d’une force militaire islamique de « maintien de la paix » (de la paix turque s’entend...)sur le territoire syrien.

La troisième étape,c’est plus fort encore :le Premier Ministre Turc vient de se rendre à Riyad (Arabie Saoudite) en compagnie de son chef d’état-major... Manœuvre que certains interprètent comme l’ébauche d’une force d’action (et plus simplement d’interposition) conjointe kurde et saoudienne en Syrie en vue de s’attaquer aux Kurdes

Le bloc américano-occidental en prétextant l’offensive militaire actuelle du régime syrien  a suspendu ses négociations .
Il conditionne leurs reprises à la mise en place d’un processus humanitaire, ce qui va valider « de fait » le plan turco-saoudien ,bref qui va permettre une fuite des djihadistes encerclés par l’armée régulière syrienne tout en créant une  « zones refuge » pour ces mêmes djihadistes  le long de la frontière turque.

La stratégie de guerre par procuration menée par la coalition occidentale et les Etats du Golfe dans le but de renverser Bachar-al-Assad au profit d’un protectorat islamique étant sur le point d’échouer du fait de l’entrée en guerre de la Russie, c’est maintenant au nom de l’urgence « humanitaire » que les sponsors occidentaux et régionaux des groupes djihadistes ayant semé le chaos et la mort en Syrie tentent de sauver leurs mercenaires.

Le soudain intérêt porté à la situation humanitaire des syriens masque ainsi une tentative désespérée de geler le conflit afin d’offrir une porte de sortie aux rebelles armés et soutenus par la coalition. Nul doute que la thématique « humanitaire » n’en est qu’à ses premiers développements et que le système médiatique va s’en emparer de manière massive afin de conditionner les opinions à la nouvelle dialectique du conflit syrien.


Dernière édition par Guide Stone le 6/2/2016, 11:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Largo Winch

avatar

Messages : 451
Date d'inscription : 11/01/2016

MessageSujet: Re: Djihad Turquie    6/2/2016, 10:50

Je partage tout à fait cette description du conflit. Puis-je te demander quelle est ta source ?
Revenir en haut Aller en bas
Guide Stone

avatar

Messages : 721
Date d'inscription : 23/09/2014

MessageSujet: Re: Djihad Turquie    6/2/2016, 11:02

J'ai tout plein de sources .
Je suis sur le net dès que j'ai du temps libre .
Je ne suis pas historien et je suis tout seul .
J'ai pas le temps de prendre des sources .

Par contre mon métier est un peu celui de madame "Irma"... je sais très rapidement voir si le truc est crédible ou pas .
Je vérifie toujours si c'est possible politiquement,militairement,et si ça correspond bien aux cartes .

Sinon je vais plusieurs fois par jour chez geostrategie.com.
J'ai aussi une impressionnante bibliothèque .

J'avais fait exactement la même chose pour le conflit israélo palestinien .
J'avais un site énorme .
Le serveur a fermé .
J'ai pas su tout récupérer ...
Mais je compte remettre en ligne ne fusse que les colonies et l'épisode "jusque 48" ...


Je vais mettre qq liens :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11636
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Turquie - Arabie Saoudite - Lybie - Syrie et autres   9/2/2016, 13:28

En instance de création

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Djihad Turquie    

Revenir en haut Aller en bas
 
Djihad Turquie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manifestations en Turquie
» La Turquie autorise le port du voile à l'université
» Mathilde,17 ans,a suivi son petit ami parti faire le djihad en Syrie
» Turquie : flore
» Le djihad 3.0 des Français partis en Syrie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Mains :: CONTEMPORAIN :: Religions-
Sauter vers: