Nos Mains

Forum de discussion entre amis portant sur l'actualité, la politique, la société et tous les sujets que nous prendrons en Main ensemble.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion












Partagez | 
 

 Espérance de vie en baisse : pourquoi les Français mourront plus tôt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Briard
Admin
avatar

Messages : 5962
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Espérance de vie en baisse : pourquoi les Français mourront plus tôt   20/1/2016, 18:40

En 2012, l’espérance de vie des Français baissait.  Les « grands » médias ont préféré s’abstenir d’informer sur ce phénomène historique. Il ne fait pourtant que commencer et nous affectera, à des degrés divers. Les décisions prises aujourd’hui, loin de l’enrayer, vont aggraver sérieusement le recul de la longévité française.



Elle « a marqué le pas en 2012 ». Jamais à court d’euphémismes pour réduire la portée des faits qui ne rentrent pas dans ses cases préétablies, l’Insee présente ainsi la baisse historique de l’espérance de vie française. Et encore, la figure de style ne peut être lue que dans son commentaire des résultats de l’année 2013, qui voit un léger mieux. L’institut national de la statistique et des études économiques s’était bien gardé de commenter publiquement ces chiffres quand ils ont été découverts un an plus tôt ; notre gouvernement et nos « grands » médias, de relayer l’information.


Après une hausse continue depuis qu’elle est mesurée, l’espérance de vie des hommes de 60 ans est passée cette année de 22,7 à 22,6 ans. Celle des femmes du même âge, de 27,4 à 27,2 ans. A la naissance, on leur pronostiquait 84,8 ans à vivre, contre 85 années en 2011. La différence n’est pas grande, elle peut même paraître négligeable pour le profane ; en réalité, elle marque une évolution sensible, qui tranche avec tout ce qui avait été constaté jusqu’alors.

L’espérance de vie est un calcul réalisé à partir d’une population fictive, combinée par les taux de mortalité à chaque âge recensés lors d’une année. Les statisticiens prennent donc en compte l’ensemble des décès de la population pour projeter une longévité moyenne. Mais l’espérance de vie ne vaut que si les chiffres – les taux de mortalité – restent stables, ce qui n’est évidemment pas le cas. Cet indicateur a confirmé les formidables progrès réalisés par l’Homme ; mais relayé tel quel, sans autre commentaire que ses données brutes, il donne l’idée que l’allongement de la vie est inéluctable. Rien n’est moins vrai.

La hausse de l’espérance de vie est un phénomène qui a ses propres causes, parfaitement identifiables. Prendre du recul donne les moyens de mesurer l’évolution probable de notre longévité, et surtout d’expliquer pourquoi elle stagne et risque fort de baisser dans les années et décennies à venir.

Médecine et hygiène modernes

C’est tellement évident que rares sont ceux qui prennent la peine de le rappeler : l’espérance de vie est le résultat de facteurs économiques et sociaux. Ce n’est donc pas un phénomène naturel ou génétique, mais un phénomène « culturel », structurel et propre à certaines conditions socio-économiques. Au premier rang des causes de l’allongement de la vie se trouve, sans surprise, les progrès de la médecine.



Amorcés au milieu du 19ème siècle, les progrès médicaux sont fulgurants. Le stéthoscope et l’aiguille apparaissent et transforment le travail médical. La chirurgie est inventée, avec l’anesthésie et une exigence d’hygiène soutenue. Pasteur met au point en 1885 la technique moderne de vaccination, consistant à l’inoculation volontaire des germes causant la maladie – technique résultant de la connaissance de notre système immunitaire. L’électrocardiogramme, pour mesurer avec précision le rythme cardiaque, et les photographies à rayons X sont conçus à l’aube du 20ème siècle. Puis vient l’émergence des vaccins et des antibiotiques, l’isolation de substances comme l’insuline, la découverte des molécules actives et leur synthèse sous forme de médicaments. Les diagnostics sont toujours plus précis, avec le scanner, l’échographie, l’imagerie par résonnance magnétique (IRM).

Les progrès économiques ont généré le perfectionnement du matériel médical tandis que les progrès scientifiques, les échanges d’expériences pratiques, ont amené parallèlement au perfectionnement des techniques et des spécialités. Les maladies sont, toujours, la première cause de mortalité. Mais leurs ravages sont largement contenus, grâce aux fortes exigences professionnelles – à commencer par les années d’études – et au déploiement de médecins sur le territoire français depuis cinquante ans. De 60.000 à la fin des années 1960, le nombre de docteurs en médecine est passé à 180.000 en 1992, et environ 210.000 en 2009.

La connaissance de l’anatomie humaine est également répandue au sein même de la population grâce à l’alphabétisation et l’instruction généralisées. A mesure que les médecins appréhendent les mesures d’hygiène les plus efficaces, ces dernières sont diffusées auprès de tous les Français. Pour les appliquer, il fallut néanmoins une amélioration considérable des conditions de logement. C’est également dans le second 19ème que la maîtrise de l’acier et du ciment transformèrent peu à peu les bâtiments et l’habitat. Au même moment, la distribution d’eau moderne apparut dans les grandes villes, par des réseaux à faible pression desservant les immeubles et riches demeures. C’est au 20ème siècle que tous les foyers ont progressivement été équipés de l’eau courante. Entamée dans les années 1920, l’expansion du réseau énergétique a passé un cap avec la nationalisation d’EDF et GDF, permettant un maillage complet du territoire et la desserte de la quasi-totalité des demeures françaises.

Les progrès des conditions de vie et la réduction du risque de maladies ont été appuyés, plus récemment encore, par le développement de l’équipement domestique. Le nettoyage est perfectionné par les aspirateurs et produits plus efficaces, diminuant drastiquement les moisissures porteuses de germes. Les corvées les plus pénibles sont assurées par les machines ; le lave-linge automatise le nettoyage de vêtements, effectué beaucoup plus régulièrement.



L’évolution de la médecine et de l’hygiène – par l’habitat – est une cause fondamentale de l’allongement de la vie. L’espérance de vie ne dépassait pas 40 ans jusqu’en 1850 ; elle a plus que doublé depuis. Une multitude de critères participent à des degrés divers à ce phénomène, comme la forte réduction du nombre d’accidents, l’assainissement de l’air des grandes villes depuis la fin du 19ème, l’amélioration de la qualité alimentaire – mais ils restent secondaires, et nous n’en ferons pas la somme. Il existe néanmoins un autre facteur fondamental pour expliquer la hausse de la longévité. Alors qu’il présente une importance similaire, voire supérieure aux progrès médicaux, il est le plus souvent « oublié » par ceux qui commentent les chiffres de l’espérance de vie. Il s’agit du travail.

Conquêtes ouvrières et santé publique

L’activité principale d’un individu est la condition première du nombre de printemps qu’il connaîtra. Volontairement omis, ce fait est pourtant une évidence. La qualité et la quantité du travail accompli par un homme vont déterminer sa santé et sa longévité. L’évolution de l’espérance de vie est donc intimement liée à l’évolution des conditions de travail. Autrement dit, si l’on vit plus longtemps, c’est parce qu’on travaille moins.

Le travail lui-même a connu plusieurs phases de transformation. Il s’est divisé en des métiers et des postes plus précis, a exigé un niveau d’instruction plus élevé, s’est ancré dans un processus de production plus étendu et efficace. En soi, le passage du féodalisme de l’ancien régime au capitalisme moderne n’a pas amélioré les conditions de travail, au contraire. La pénibilité, l’usure sur la santé, ne trouvent aucune amélioration sensible entre un serf du 16ème siècle qui laboure sa terre et un salarié des mines, de la sidérurgie ou du textile du 19ème. La condition du second est même certainement pire, en raison des cadences accélérées, déterminées par la grande chaîne de production où chacun n’est qu’un petit rouage, et les pressions pesant sur les employés avec la menace permanente du licenciement. Le tournant dans l’amélioration des conditions de travail est opéré avec l’apparition et le développement des syndicats, organisations par et pour la classe ouvrière elle-même, qui obtiendront satisfaction sur des points majeurs de leurs revendications.



Le travail des enfants, omniprésent, ne prend fin qu’après la loi du 2 novembre 1892 et l’interdiction stricte d’employer des garçons et des filles de moins de douze ans. Jusqu’à 18 ans, le temps de travail hebdomadaire est limité à 60 heures par le même texte législatif, qui sera appliqué sporadiquement dans ses premières années. C’est néanmoins une première victoire d’envergure pour des syndicats naissants, qui se rassemblent en 1895 sous la bannière de la Confédération générale du travail (CGT). Dès lors, les ouvriers se battent pour la journée de 8 heures, à une époque où la plupart d’entre eux effectuent douze heures de travail journalier à un rythme éreintant. De nombreuses grèves, mobilisations générales et interruptions de la production sont nécessaires pour que le grand patronat – et ses délégués politiques – accepte de céder à cette revendication, synonyme de manque à gagner important. Il faut attendre 1946 pour que la semaine de 40 heures rentre définitivement dans la loi française ; néanmoins les besoins de main d’œuvre dans la reconstruction du pays et les repères culturels font que les employés travaillent bien au-delà, avec une majoration pour leurs heures supplémentaires. Ce n’est qu’en 1963 que le temps de travail hebdomadaire décline réellement. Le temps de travail annuel, lui, avait déjà bien baissé. Revendiqués à partir de 1926 par la CGT, les congés payés sont institués par le Front populaire à l’été 1936, suite à la grève générale qui a vu les premières occupations d’usine. Deux semaines par an, les employés peuvent se reposer tout en gardant leur paye ; c’est une évolution nette pour la capacité à recouvrer ses forces, pour la santé des Français.

A la Libération, le Parti communiste français est la première force politique tandis que la CGT revendique 5 millions et demi d’adhérents, soit un salarié sur deux. Les nationalisations massives, permises par l’expropriation des grands capitalistes qui ont collaboré activement avec l’envahisseur hitlérien, permettent d’instaurer dans les grandes entreprises contrôlées publiquement un rythme de travail moins pénible, et des règles plus protectrices pour les travailleurs. Les fonctionnaires et agents publics sont embauchés massivement, réduisant de facto la charge de travail pesant sur chaque salarié. Certains groupes sont précurseurs, comme Renault qui accorde à ses salariés trois, puis quatre semaines de congés payés sous l’égide de Pierre Dreyfus, contre l’avis des pouvoirs publics, et bien avant que ces avancées ne soient inscrites dans la loi.



C’est à la même époque, au sortir de la seconde guerre mondiale, que la santé publique moderne est instaurée en France. Le gouvernement provisoire, constitué en partie de communistes, va substituer au système d’assurances sociales éclatées, un régime de sécurité sociale universel. L’assurance maladie permet à tous les salariés d’arrêter le travail, en touchant des indemnités pour absence sur le poste en cas de santé défaillante, ce qui réduit sensiblement les risques d’infection dans les entreprises. L’assurance vieillesse donne aux vieux une retraite, assurée directement par les salariés actifs, ce qui donne droit à des jours heureux à l’âge mûr – au lieu de l’épuisement fatal dû au maintien acharné en activité. Les accidents du travail sont reconnus et le patronat est tenu de les prendre en charge ; pour s’éviter ces dépenses supplémentaires, il est contraint d’améliorer la sécurité en entreprise. La consultation des médecins, même spécialistes, et l’achat de médicaments prescrits deviennent remboursés. Cette structure nouvelle, fonctionnant par la solidarité nationale, va remarquablement réduire les maladies en nombre et en gravité, et donc allonger formidablement l’espérance de vie.

Le temps de travail repart à la hausse

Depuis, les conquêtes ouvrières se sont poursuivies. Résultant toujours de longues luttes revendicatrices menées par le peuple travailleur lui-même, des mesures comme la cinquième semaine de congés payés, la retraite à 60 ans et la semaine de 35 heures ont été prises. Néanmoins, ce long processus de progrès social réalisé aux 19ème et 20ème siècles s’est fragilisé, jusqu’à devenir inopérant.

Ce reflux s’explique par des raisons structurelles : la conscience de classe s’est perdue chez les Français avec la tertiarisation, la division syndicale a rendu les luttes morcelées et peu combatives, le chômage très élevé achève les velléités de lutte salariale au sein des entreprises. Organisées par et pour la haute bourgeoisie, classe sociale des grands propriétaires de capitaux, ces conditions nouvelles lui permettent de revenir sur ce qu’elle avait cédé à la classe ouvrière sans jamais le digérer. La réduction du temps de travail, en heures dans la semaine, en semaines dans l’année ou en années dans la vie, représente un manque à gagner inacceptable pour le grand patronat. La santé publique, parce qu’elle prive un secteur économique entier de la soumission aux règles du marché et de la génération de profits, n’est pas non plus envisagée dans l’idéal de « libertés » pour lequel militent les multimilliardaires.



Le rapport de forces a largement évolué, ces quarante dernières années, en faveur de la grande bourgeoisie contre la classe ouvrière et la petite bourgeoisie – les petits patrons et praticiens libéraux. Seule la classe intermédiaire des cadres et dirigeants, qui assurent le tampon permanent dans la hiérarchie sociale, croit trouver son compte à la tournure que prend l’économie aujourd’hui. Toujours est-il que les grands propriétaires capitalistes font, de plus en plus, la pluie et le beau temps en France, imposant leurs revendications de « baisse de coût du travail », d’augmentation du temps de travail, de levée des « contraintes » dans le fonctionnement des entreprises, autant de conditions sine qua non pour entrer – selon eux – dans le 21ème siècle.

A rebours de l’évolution historique, le temps de travail augmente depuis quinze ans. Depuis le début des années 1990, des lois allongent la durée de cotisation et repoussent l’âge de la retraite. La loi sur les 35 heures a été négociée contre l’annualisation du temps de travail ; les nouveaux jours logiquement chômés (réduction du temps de travail ou RTT) sont généralement échangés contre une augmentation, pour pallier à la stagnation des salaires face à une inflation galopante. Les heures supplémentaires, en principe une exception, sont devenues la règle pour la grande majorité des employés – si bien que le temps de travail hebdomadaire moyen, pour ceux sous contrat à temps plein, est aujourd’hui supérieur à 39 heures. Les mesures de défiscalisation successives et les relations politique-patronat chaudement amicales, nourries par les gouvernements de droite comme de gauche, poussent d’autant plus les « élites économiques » à agir comme bon leur semble.

Progrès exclusifs et renoncement aux soins

La détérioration des conditions de travail est en marche et impactera lourdement la santé des Français – c’est le prix à payer pour être « compétitif », nous dira-t-on. Elle n’est néanmoins pas la seule cause de la stagnation de l’espérance de vie déjà constatée, ni de la baisse à venir.

Les progrès actuels de la médecine se concentrent exclusivement dans des « niches » qui, par nature, ne peuvent bénéficier à toute la population. Les prouesses de nos jours se situent dans le domaine des organes bioniques, tels que le cœur artificiel transplanté avec succès dans l’hexagone. Ce secteur d’excellence fait dire à certains philosophes que l’Homme est proche de battre la mort, avec la fabrication et la greffe de ces organes plus performants et persistants que leurs homologues naturels. Mais ce progrès certain ne sera toujours réservé qu’à une extrême minorité de la population, précisément la plus riche. Parallèlement, les efforts de recherche sur des problématiques qui touchent beaucoup plus largement la population française, comme la lutte contre le cancer, ont tendance à s’amenuiser sérieusement.



Outre les progrès à venir, les actes médicaux eux-mêmes s’éloignent de plus en plus de la population. L’effet de la médecine sur l’espérance de vie ne vaut qu’à condition que les soins soient accessibles ; or, la santé est considérée davantage comme un luxe à mesure que les services publics – à commencer par les hôpitaux – font face à des restrictions budgétaires lourdes. Quand les dirigeants de l’Etat décident de dépenser une somme importante pour des raisons de santé publique, c’est en réalité moins dans l’intérêt des Français que des laboratoires pharmaceutiques qui dominent sans partage le marché de la médecine. Ainsi, la psychose autour de la grippe H1N1 en 2009 a vu le gouvernement commander 94 millions de doses du vaccin, soit une facture d’un milliard d’euros. Le ministère, qu’il soit sous l’égide de Roselyne Bachelot ou de Marisol Touraine, impose des fermetures de services hospitaliers voire d’établissements entiers dans certaines spécialités.

De moins en moins remboursés, les actes et médicaments nécessitent des assurances complémentaires pour être soutenables financièrement par les ménages. Le résultat est simple : les Français se soignent moins. Le taux de renoncement augmente avec constance depuis dix ans, tandis que les exigences dans l’entreprise poussent les salariés malades à se rendre malgré tout au travail. Cela ne signifie pas que moins d’arrêt maladie sont pris – au contraire, avec l’explosion du nombre de dépressions chez les employés, en grande partie en raison de la pression au travail. Dépressions et antidépresseurs ont d’ailleurs tendance à réduire la longévité des individus, tant ils épuisent psychologiquement et physiquement. Les employés en poste y sont particulièrement sujet, avec au cours des années 2000 une augmentation nette du nombre de suicides au travail pour les cas les plus extrêmes ; mais les privés d’emploi sont, eux aussi, particulièrement affectés par ces risques.

Enfin, le nombre de médecins, après avoir augmenté sans faiblir pendant cinquante ans, baisse considérablement depuis 2010. La première raison d’un tel déficit, qui va impacter de plus en plus la raison des Français, réside dans le fait que ce métier est contrôlé par une corporation petite-bourgeoise. Des milliers de jeunes étudiants sont recalés chaque année à l’examen de fin de première année des études de santé, en raison d’un numerus clausus écrasant, que le gouvernement socialiste se refuse à remettre en cause. La médecine est réservée à une petite élite qui défend farouchement ses intérêts exclusifs, à l’encontre de l’intérêt général. La haute bourgeoisie voit dans cet ordre établi une aubaine pour baisser la voilure des services publics de santé ; tandis que ses laboratoires pharmaceutiques « achète » d’autant plus facilement les médecins en poste, par un arrosage permanent de cadeaux et privilèges.

Inégalité de classes devant la mort

Selon les rares enquêtes produites sur la question, le taux de mortalité chez les chômeurs est radicalement supérieur à la moyenne. Le phénomène n’est pas nouveau, mais il s’aggrave. D’après une étude longue publiée par l’Insee il y a quinze ans, le risque relatif de mortalité est passé de +3,5% entre 1975 et 1980 à +5,1% entre 1990 et 1995. Ce phénomène s’est depuis alourdi. Selon Pierre Meneton, chercheur à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Insem), le chômage tue « entre 10.000 et 20.000 personnes par an ». Son étude, réalisé entre 1995 et 2007 et portant sur 6.000 volontaires âgés de 35 à 64 ans, montre une « surmortalité très importante ». Etre privé d’emploi a « des effets majeurs sur la survenue d’accidents cardiovasculaires et de pathologies chroniques ». Et encore, pour l’auteur, ces résultats alarmants ne sont qu’une « sous-estimation de la réalité », qui serait bien plus fatale. Avec près de dix millions de chômeurs en France – entre les six millions d’inscrits à Pôle Emploi et ceux qui ont renoncé à l’être – soit un record historique jamais atteint, et toujours en hausse, la mortalité des Français commence à croître dangereusement.



L’Insee s’interdit de mener des études plus complètes sur le sujet, par exemple en comparant les espérances de vie par catégorie sociale. Pourtant, toutes les enquêtes montrent la prédominance de l’activité principale dans la santé des individus. Selon une enquête sur les centenaires réalisée à Göteborg, en Suède et dont les résultats ont été rendus publics en début de mois, le premier facteur déterminant une telle longévité est « le statut social à 50 ans ». Le « statut » est un euphémisme pour désigner la classe sociale. Que l’on ait été mineur de fond ou bourgeois mondain ne revient effectivement pas au même train de vie et à la même usure sur le corps. Deuxième critère : avoir été en « bonne forme physique ». Autant dire que le premier conditionne le second dans l’écrasante majorité des cas.

En France, seule la comparaison géographique permet d’entrevoir les inégalités de classe devant la mort. Les études faites par « catégories socioprofessionnelles », qui mélangent dans une même ligne tous les patrons et artisans sans prise en compte du nombre d’employés, ne permettent en aucun cas une distinction des classes sociales. Néanmoins, les données montrent chez les cadres et les « artisans, commerçants, chefs d’entreprise » (sic) le plus gros écart d’évolution, ces catégories gagnant respectivement 5,5 et 5,2 années d’espérance de vie, là où les « inactifs non retraités » déjà les moins bien lotis, ne gagnent que 2,7 ans. Ce dernier groupe avait donc une espérance de vie moyenne de 65,4 ans sur la période 2000-2008, contre 82,2 ans pour les cadres.

Selon les données recensées entre 2010 et 2012, l’espérance de vie diffère largement selon les départements. Chez les hommes, le trio de tête est Yvelines, Paris et Hauts-de-Seine, tous au-dessus de 80,3 ans. En queue de classement, le Nord et la Guyane sont autour de 75,5 ans tandis que le Pas-de-Calais pointe à 74,4 ans. Soit six ans et demi de moins, en moyenne, que les Hauts-de-Seine. La différence chez les femmes est moins flagrante mais réelle, allant de 82 ans et demi dans le Nord-Pas-de-Calais à plus de 86 ans dans la capitale française. Inutile de plier bagage pour rejoindre l’Île-de-France : ce n’est pas la qualité de l’environnement qui explique un tel écart mais bien le statut, ou plutôt la classe sociale. La région capitale voit, logiquement, une concentration de la grande bourgeoisie dont le train de vie faits de brunchs et cocktails abîme moins le corps qu’une journée de travail, fût-elle dans un magasin ou dans un bureau en open-space. Il faut encore préciser que même à Paris ou dans les Hauts-de-Seine, la haute bourgeoisie n’est qu’une infime minorité de la population, et que sa capacité à tirer en avant la moyenne de la population montre comment elle survit mieux à notre monde que la classe ouvrière contemporaine.

Le Royaume-Uni est un exemple de liberté économique pour les grands propriétaires français. Le système de sécurité sociale, quasiment inexistant, oblige selon les tenants du capitalisme à se forger un destin par soi-même, sans assistance. Ce refus de la solidarité nationale est également ravageur. C’est à Glasgow qu’a été mesurée l’espérance de vie la plus basse d’Europe, en-dessous des moyennes nationales des pays « pauvres » de l’Est. Les hommes de la capitale économique écossaise affichaient en 2008 une longévité de 70 ans, en prenant compte des quartiers d’affaires. Ceux du quartier ouvrier de Calton présentaient quant à eux une espérance de vie de 53,9 ans. Sur place, les bourgeois et leurs perroquets imbéciles répètent que les pauvres cherchent eux-mêmes à se détruire la santé par leur surconsommation d’alcool, de tabac et de fish and chips. Ils préféraient ne pas mettre l’accent sur les 30% de chômage et 38% de foyers sans revenu recensés cette même année dans le quartier.



En France, le sujet n’intéresse pas le grand patronat et ses délégués politiques, de droite ou socialistes, qui rêvent de reproduire dans l’hexagone les conditions de la croissance britannique. Ils ont de quoi se réjouir, car c’est exactement ce vers quoi nous nous orientons. Le modèle de liberté et d’efficacité économique qu’ils sont en train de nous imposer, par force réformes structurelles et coupes budgétaires, est pour le moins singulier. Cet idéal, bientôt réel, sert définitivement plus la liberté pour le gros employeur de ne pas respecter de « contraintes » de sécurité et d’hygiène trop « strictes », plutôt que la liberté pour le travailleur moyen de profiter d’une vie en bonne santé.

A contre-courant des considérations abstraites, l’espérance de vie est un phénomène socio-économique résultant de facteurs spécifiques. Ce n’est donc pas une surprise si elle a baissé en 2012, stagne depuis, et risque de connaître bientôt une diminution continue. L’augmentation du temps de travail et le renoncement aux soins vont finir par atrophier sérieusement la santé des Français, précisément ceux qui appartiennent à la classe ouvrière contemporaine – celle qui subit des pressions au travail dans les magasins, les centres d’appel, les administrations ou qui se trouve privée d’emploi. C’est le prix à payer de notre époque, dont l’idéologie dominante ne rencontre pas de résistance dans la population. Pour imposer un idéal profitable exclusivement aux plus riches, nos dirigeants sacrifient notre longévité. Avec le consentement général.

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11643
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Espérance de vie en baisse : pourquoi les Français mourront plus tôt   21/1/2016, 03:23

Excellente analyse sociologique que je partage entièrement
J'ajouterai à cet article que la fin de vie des personnes très âgées se dégrade depuis plusieurs années par les maladies dégénératives.
C'est sans doute aussi ce qui explique la recrudescence des demandes d'un véritable débat sur le droit à la fin volontaire dans la dignité

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
 
Espérance de vie en baisse : pourquoi les Français mourront plus tôt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Presse] Pourquoi l’école française est-elle si inégalitaire ?
» Curiosités de la langue française.
» général français à 1 étoile réponse
» tétine, baisse de lactation ?
» Demande de visa long séjour - conjoint français

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Mains :: CONTEMPORAIN :: Philosophie - Sciences - Littérature et Art-
Sauter vers: