Nos Mains

Forum de discussion entre amis portant sur l'actualité, la politique, la société et tous les sujets que nous prendrons en Main ensemble.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion












Partagez | 
 

 Propagande antirusse : la saison 2 est lancée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Briard
Admin
avatar

Messages : 5949
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Propagande antirusse : la saison 2 est lancée   30/5/2015, 13:01



Qu’il s’agisse des guerres ou de toute autre crise, Spin Doctors et médias réutilisent les mêmes procédés, ressassent les mêmes « informations », dès lors que les événements se prolongent. C’est ce qu’on appelle dans la presse un marronnier.

Vous avez aimé vous faire peur l’été dernier, quand toute la presse occidentale annonçait la ruée des blindés russes sur l’Ukraine, assurait que Vladimir Poutine était prêt à « prendre Kiev en deux semaines » ? Vous adorerez la nouvelle série de l’été, la menace nucléaire en Europe. Pour les acteurs pas de surprise, le casting reste le même. Dans le rôle de l’innocente victime, l’Ukraine. Dans celui des ignobles renégats, les séparatistes du Donbass. Le côté obscur de la force conserve son siège au Kremlin. Comme dans tout bon western le justicier ne peut être qu’Américain. France et Allemagne tiennent leur rôle de figurant. Enfin l’Union Européenne se charge du chœur, commentant une tragédie à laquelle elle n’a pas même les moyens de prendre part.

Bien entendu il faut pour cette « saison 2 » maintenir le spectateur en haleine.

Celui-ci a constaté que la grande charge annoncée de l’Armée rouge, que l’on disait ressuscitée, n’a finalement pas eu lieu.

S’il est un tant soit peu averti, il ne lui aura sans doute pas échappé qu’un général français, patron de la Direction du Renseignement Militaire, a vendu la mèche sur le scénario de l’an dernier, révélant ce que tous les esprits un tant soit peu indépendants savaient, ou subodoraient, à savoir que les services de renseignement américains avaient une fois encore monté une grossière opération d’intoxication et que le risque d’attaque russe en Ukraine n’avait jamais été avéré.

Il faut donc faire plus fort pour que « l’occidental » moyen s’inquiète, s’indigne. En deux mots, y croie.

En conséquence nous assistons depuis plusieurs jours à une montée en puissance des rumeurs alarmistes.

Parce qu’il faut bien reprendre un peu des ingrédients précédents, l’agence Reuters a annoncé hier que l’un de ses envoyés spéciaux dans l’Oblast de Rostov a aperçu des trains transportant des blindés et des lance-roquettes multiples. Une forte concentration de troupes aurait été constatée à une cinquantaine de kilomètres à l’est de la frontière russo-ukrainienne.

Peu importe à Reuters que Rostov-sur-le-Don soit le quartier général de la région militaire « Sud » de la Russie, où de très nombreuses forces sont stationnées compte tenu de l’instabilité du Caucase. Il va de soi pour l’agence anglo-canadienne que ces unités ne peuvent être destinées qu’à une chose : participer aux combats du Donbass si ceux-ci devaient reprendre.

Avant-hier le quotidien The Moscow Times, dont on connaît « l’impartialité » vis-à-vis des autorités russes, rapportait que la marine lettone avait constaté qu’un sous-marin russe était passé à 9 kilomètres de ses eaux territoriales, tandis qu’un Antonov-22, pour les béotiens un vieil avion de transport quadrimoteurs non armé, avait volé à proximité de la Lettonie, mais au-dessus des eaux internationales, mardi.

Peu importe au Moscow Times que le trafic naval et aérien entre les principales bases de la marine russe en Baltique, Saint-Pétersbourg et Baltiïsk, s’effectue nécessairement en longeant les côtes lettones. Peu importe qu’aucune violation des eaux territoriales ou de l’espace aérien n’ait eu lieu. Il s’agit bien entendu d’une tentative d’intimidation ou d’espionnage.

Ultime ingrédient du scénario catastrophe, le Secrétaire général de l’OTAN, le Norvégien Jens Stoltenberg, a dénoncé mardi la « rhétorique nucléaire » russe, condamnant le possible déploiement de missiles Iskander dans l’oblast de Kaliningrad, et jugeant que « les bruits de botte russes sont injustifiés, déstabilisants et dangereux ». Barack Obama et son vice-président, Joe Biden, ont immédiatement surenchéri sur le même thème. Une atmosphère qui a permis au très atlantiste webzine franco-américain Slate de surfer sur la vague en annonçant mercredi que « pour un officiel de l’OTAN une guerre éclatera cet été (et que) si on a de la chance, elle ne sera pas nucléaire ».

Peu importe à Slate que sa source, John Schindler, soit un ancien analyste de la NSA, dont on connaît la fiabilité, et qu’il enseigne à l’École navale américaine. Peu importe que M. Schindler rapporte les propos anonymes d’un membre de l’OTAN, organisation dont chacun sait qu’elle ne crie jamais au loup pour rien. Nous sommes, à n’en pas douter, au bord de l’holocauste thermonucléaire.

Nul n’est en mesure de dire combien de temps encore la tragédie ukrainienne se prolongera. Longtemps sans doute tant les haines sont désormais durablement installées et les facteurs susceptibles d’aggraver innombrables.

Ce qui est certain c’est que la guerre de propagande engagée dans les médias des différentes parties en présence va sans doute aller, elle, s’intensifiant, avec, à la clé, des affirmations de plus en plus péremptoires, un ton de plus en plus effrayant, bref tous les ingrédients du bourrage de crâne.


E&R

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Propagande-antirusse-la-saison-2-est-lancee-33183.html

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
 http://www.tvlibertes.com/
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5949
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Le triste sire Colombani   30/5/2015, 13:06

Le ci-devant Colombani n’aime vraiment pas les russes. Il en a donné un nouvel exemple dans la tribune qu’il écrit pour le quotidien gratuit Direct Matin, tribune reprise sur internet dans Slate.fr où le ci-devant, qui en est aussi le directeur de publication, officie aussi [1]. C’est un exemple frappant et instructif du racisme antirusse, qui inspire ces élites auxquelles le ci-devant appartient, qu’il nous délivre à cette occasion.


Le bonheur ne s’achète pas.

Le ci-devant Colombani découvre donc qu’il y a des russes heureux. Et en plus, leur pourcentage progresse. Voilà qui semble beaucoup le chagriner. Il écrit donc « Selon un sondage publié fin février par VCIOM, institut russe d’études d’opinion publique, la part des personnes heureuses en Russie est en hausse : 52% contre 44% en décembre 2014. Malgré les sanctions contre le pays et la récente dévaluation du rouble, tout irait donc bien pour les Russes. Pour l’économiste Siméon Djankov, cette joie de vivre est difficilement conciliable avec certains faits qu’il rappelle sur le blog du Peterson Institute for International Economics ».

Cette progression de gens se déclarant heureux l’effraie. Elle lui semble incompatible avec les effets des « sanctions » occidentales. Ces dernières sont réputées avoir plongé l’économie dans le chaos…Ou peut-être pas. Car il y a des observateurs, plus perspicaces que le ci-devant qui ont émis de sérieux doutes quant à cette vision catastrophiste de l’impact des sanctions.

C’est en réalité une chose très facilement compréhensible. Le ci-devant ne conçoit pas le bonheur en dehors des choses matérielles. Pour lui, ce n’est qu’une valeur comptable. Que, dans la notion du bonheur il puisse y avoir celle de la fierté nationale, de la dignité retrouvée, lui est à tout plein incompréhensible. Que le bonheur individuel participe d’émotions collectives, comme celles qu’ont éprouvées les russes à l’occasion du rattachement de la Crimée à la Russie lui est inconcevable. Il est bien ce produit de la bourgeoisie dont Marx et Engels disait, dans le Manifeste du Parti communiste, qu’elle « …a fait de la dignité personnelle une simple valeur d’échange ». Voilà pourquoi il ne peut concevoir que, dans un pays où il y a des difficultés économiques, les gens puissent se sentir plus heureux. Non, il n’y a là aucune « dissonance cognitive ».

Car, le ci-devant Colombani n’est pas à court d’une explication. Il ne la formule pas lui-même. Le ci-devant à des pudeurs de jeune fille d’un autre temps. Il préfère laisser la parole à d’autres, se réfugier derrière ce qu’il considère comme un « avis autorisé », celui de Siméon Djankov auquel il fait dire : « Je ne peux penser qu’à deux explications possibles de cette apparente dissonance cognitive. Premièrement, la majorité des Russes aiment souffrir : quand les temps deviennent durs, ils se sentent plus gais. Deuxièmement, les personnes interrogées ont peur de donner la véritable réponse puisque la paranoïa à l’égard de l’Etat omniprésent a rapidement augmenté. »

Ah, que ces pratiques sont belles de la part d’un journaliste si éminent. Il ne dit pas ce qu’il pense vraiment : les russes aiment souffrir et sont tenus par la peur. Non, il le suggère par le biais d’une citation d’autrui. Mais, on se rend bien compte que ceci ne fait que traduire ce que le ci-devant Colombani pense. Et cette pensée est tout simplement raciste.

Le racisme antirusse en action.

On se souvient de ce discours du XIXème siècle qu’avaient repris une partie de l’élite blanche sud-africaine : les noirs ont une gaine qui entoure leurs nerfs et qui fait qu’ils ressentent moins la douleur. D’où cette conclusion : on peut fouetter ces noirs, car ils ne sentent rien ou si peu…Et bien nous avons ici une autre forme de ce même racisme : « les russes aiment souffrir ». Donc, il n’est pas étonnant que plus nous (les occidentaux) nous leur faisons « mal » avec les sanctions, et plus ils soient heureux. On ne sait trop si, devant tant de stupidité, il faut rire ou bien pleurer.

Le stéréotype s’affiche dans sa bêtise crasse. S’il était un journaliste honnête, il aurait pu –et il aurait dû – regarder d’autres sondages, interroger d’autres personnes connaissant la Russie, bref trouver d’autres sources que quelques idéologues américains. Mais, cela fait des années, et les anciens lecteurs du Monde ne le savent que trop, que le ci-devant Colombani a abdiqué toute prétention et au journalisme et à l’honnêteté intellectuelle. Il n’est plus qu’un idéologue comme un autre. Il reprend à leur sources tous ces préjugés qui existent depuis maintenant près de deux siècles quant aux russes, il les recycle pour leur donner une forme plus acceptable, mais le fond est toujours le même : les russes sont des barbares, des êtres primitifs qui « aiment souffrir » quand ils ne sont pas terrorisés par le pouvoir.

Pourtant, la Russie a donné quelques leçons depuis deux siècles qu’elle a produit une civilisation, certes différente, mais comparable à celle de l’Europe occidentale. Que ce soit dans les arts ou dans les techniques, on ne compte plus les apports de la Russie. Pourtant, tout ceci est systématiquement nié, et l’image de la Russie qui est véhiculée par ces idéologues à gages est toujours celle d’un monde primitif et brutal. Il y a donc beaucoup de racisme dans cela, mais il y a aussi une idéologie meurtrière, comme un appel à la guerre. Rappelons-nous ce que les nazis disaient des slaves : des untermensch, des sous-hommes. On ne sait que trop où ceci conduisit, et les horreurs sans nom de la guerre d’extermination que les nazis (et leurs alliés) conduisirent contre les peuples de l’URSS. Mais on oublie parfois de rappeler où tout ceci s’arrêta : les dits sous-hommes infligèrent aux nazis des défaites sanglantes et prirent Berlin. Le ci-devant Colombani devrait s’en souvenir, ou alors il s’expose à finir comme d’autres ci-devants…
Confusion et méconnaissances

Mais il est vrai que la Russie a connu des problèmes économiques, et qu’elle en connaîtra encore en 2015. L’année 2014 a été marquée par une très forte dépréciation du taux de change, qui a eu des conséquences importantes sur la hausse des prix et sur le système financier. On sait que la situation actuelle se caractérise à la fois par une forte baisse des prix du pétrole, qui devrait durer jusqu’au mois de juin 2015, et par un affrontement entre les pays occidentaux et la Russie au sujet de l’Ukraine. Les sanctions financière qui ont résulté du conflit en Ukraine ont eu un impact sur la Russie qui a été surtout important dans la sphère financière. Ceci a contribué à déstabiliser encore plus le taux de change. Les prévisions pour 2015, comme celles du Ministre des finances, M. Siluanov, sont mauvaises et l’on annonce une récession de -4% du PIB. Il est possible que l’on pêche par excès de pessimisme, car d’autres éléments indiquent que l’économie russe résiste bien aux sanctions et pourrait rebondir dans le cours du 2ème semestre.

Mais, nouveau modèle de croissance s’impose désormais. C’est ce qu’a reconnu d’ailleurs le Président Poutine lors de son adresse du 4 décembre. L’importance du débat sur ce sujet ne date d’ailleurs pas de ces derniers jours[2]. La mise en place d’un modèle de financement (et bancaire) de développement « autocentré » (comme on peut le constater avec la mise en place du « système national de paiements ») met en lumière la dimension stratégique du taux d’intérêt, mais aussi celle d’un système bancaire performant[3]. En effet, tant que l’on considère que le rouble doit être stabilisé par des instruments de marché, ces taux resteront nécessairement élevés. Or, ils freinent, voire empêchent, l’économie russe de se diversifier et de profiter de la dépréciation du rouble qui rend les producteurs russes plus que compétitifs que ce soit à l’exportation ou sur le marché intérieur.

En fait, on constate que la politique de la Banque Centrale n’est pas cohérente que ce soit avec ses propres principes ou avec la situation que l’économie russe connaît. Pour lutter contre les effets de la déstabilisation du taux de change elle a fortement monté ses taux. Or, les taux d’intérêts pratiqués détruisent en effet les éléments de substitution à l’import qui existaient depuis cet automne et qui se développaient. La Banque centrale risque d’être désignée comme la principale responsable des difficultés économique qui s’annoncent. Les taux sur les prêts à l’agriculture pratiqués par les banques commerciales, en référence aux taux de la BCR, sont au minimum de 25% et plus proches de 35%. Les sociétés de leasing, y compris parapubliques comme la Rosselkhoz, sont en train de rapatrier massivement le matériel agricole au moindre défaut de paiement. Il en résulte que les producteurs agricoles ne peuvent acheter les semences et entretenir leur matériel. Beaucoup sont en défaut depuis l’an dernier. Une réaction de la part du gouvernement s’annonce et devrait prendre la forme de diverses mesures et peut-être de changements dans le gouvernement lui-même.



Il est donc clair qu’il y a de nombreux problèmes en Russie. Nul ne le nie. Mais, ces problèmes sont connus et reconnus comme tels. Peut-être que le sentiment de « bonheur » exprimé par 52% des russes traduit-il simplement le fait qu’existe la conscience que l’on sait où l’on va et que l’on a confiance, peut-être moins en certaines personnes du gouvernement que dans le système général de gouvernement, pour résoudre les difficultés qui ont surgi et qui surgiront. Dans le « Chant des Partisans », s’exprime justement cette idée d’une communauté de lutte et de projet où chacun sait ce qu’il a à faire.

« Ici chacun sait ce qu’il veut, ce qu’il fait quand il passe.


Ami, si tu tombes un ami sort de l’ombre à ta place.


Demain du sang noir sèchera au grand soleil sur les routes.


Chantez, compagnons, dans la nuit la Liberté nous écoute… »

Cette idée correspond à une certaine définition du bonheur, non pas du bonheur hédoniste mais de celui qui se construit dans une lutte collective. C’est cela que, visiblement, le ci-devant Colombani ne peut et ne veut comprendre. Tout comme il ne peut comprendre que l’on veuille vivre dans un pays, la France ou la Russie, libre et souverain.

Il est vrai qu’il a choisi son camp, et que ce dernier n’est pas celui de la résistance.



Notes

[1] Colombani J-M, « Heureux qui, comme un russe », publié dans Direct Matin, n° 1653, 12 mars 2015.

[2] Ivanter V.V. Nekipelov A.D. et Glazyev S.Yu (2013), « Problemy Dolgosrotchnogo Sotsial’nogo-Yekonomitcheskogo Razvitija », Yekonomitcheskie i Sotsial’nye Peremeny n°30 (6/2013), p.14-25. Disponible aussi sur http://www.ras.ru/news/shownews.aspx?id=4f0a07fe-8853-4eda-9428-574f5fcf0654

[3] Ivanter V.V., Uzyakov M.N, Ksenofontof ,M. Yu., Shirov A.A., Panfilov B.S., Govtvan’ O. Dzh., Kuvalin D.B., Porfiriev B.N., « Novaya Yekonomika Politika – Politika Yekonomitcheskogo Rosta », (2013), in Problemy Prognozirovaniya, n°6 (141), pp. 3-16.

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
 http://www.tvlibertes.com/
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11606
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Propagande antirusse : la saison 2 est lancée   3/6/2015, 15:30

La Russie bonne a jeter aux orties quand elle était soviétique (avec la même population devenue d'une seul coup "culturelle") deviendrait donc un modèle pour l'Europe.
Bien là c'est l'avis des même c'est à dire de ceux qui dorénavant condamnent les USA ultra libérales mais qui ont enfanté un président noir, au profit des ultra libéraux russes qui ont mis de  la place un mafieux blanc! Cela fait toute la différence !! rir2: rir2:

Pour les observateurs neutres il y a de quoi se marrer !!
Il est vrai que la France est experte en coup de rouge!rir2:

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Propagande antirusse : la saison 2 est lancée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Propagande antirusse : la saison 2 est lancée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Formule 1 : saison 2010
» CPHD SAISON 2007/2008
» Masque de saison à la fraise : effet coup de fouet pour peau terne
» Gâteau de crêpes (c'est de saison, non ???)
» La saison 2008 de pêche aux moules

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Mains :: CONTEMPORAIN :: LE PRESENT (et l'humour)-
Sauter vers: