Nos Mains

Forum de discussion entre amis portant sur l'actualité, la politique, la société et tous les sujets que nous prendrons en Main ensemble.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion







Partagez | 
 

 Pâques Là-bas

Aller en bas 
AuteurMessage
klary
Admin
avatar

Messages : 3894
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Pâques Là-bas   6/4/2015, 11:40

La Mouna (journal Le Blidéen, 1904)

" Le lundi de Pâques, il eut été très difficile de rencontrer âme qui vive dans les rues de Blida, tous les habitants, petits et grands, jeunes et vieux, étant allés comme à l'habitude faire un repas champêe dans la campagne environnante, ou bien encore partis pour assister aux fêtes d'Alger.

La joie régnait en maîtresse, car le beau temps, dont nous étions privés depuis si longtemps, était enfin revenu et le soleil lui-même avait bien voulu se mettre de la partie.

Si la ville était triste et déserte, par contre il n'était pas un coin des environs qui ne fut occupé par une ou plusieurs familles installées sur l'herbe. On en rencontrait partout, sur les hauteurs avoisinantes, sur les routes de Dalmatie, de la Glacière, mais c'est surtout dans la vallée de l'oued-El-Kébir, à la Fontaine de la Fraîche, que les "mouneurs" s'étaient donnés rendez-vous et plus encore à Sid-Madani, au Camp des Chênes. En dehors de l'attrait qu'offrent en cette saison les Gorges de la Chiffa, les trains spéciaux organisés par la Compagnie des O-A, grâce à l'initiative de Monsieur Sauvagey, en rendaient en effet le voyage facile et accessible à toutes les bourses (600 voyageurs).

http://jean.salvano.perso.sfr.fr/Blida/mouna/barrage%20(127).jpg



Quel qu'ait été d'ailleurs le site choisi, la bonne humeur fut la note dominante de ces agapes champêtres. Ce n'était partout que rires sonores et folles chansons, rondes et danses organisées aux sons plus ou moins harmonieux des guitares et des accordéons. Et si le soir, grisées par le grand air et le soleil, autant que par l'excellent vin de l'année, les têtes étaient un peu chaudes, si la gaieté était bruyante, tapageuse même, tout se passa bien, car il n'y eut ni querelles ni rixes à déplorer.
La nuit venue, les mouneurs reprenaient à pied, en voiture, en chemin de fer, en automobile même, la route du logis. Après s'être séparés, les groupes rentraient chez eux, un peu lassés, mais satisfaits néanmoins de leur journée, en se promettant bien de se réunir à nouveau l'année prochaine, pour manger encore, suivant la vieille coutume algérienne, la traditionnelle mona, sans laquelle il ne saurait y avoir de bon lundi de Pâques ".


(Extrait du journal : Le Blidéen N°5 du jeudi 07 avril 1904
Journal républicain, organe des intérêts locaux paraissant le jeudi et le dimanche

Toujours dans son essai Claude Arrieu propose d'autres origines possibles
Claude Arrieu s'attache à retrouver la vraie provenance de la Mona à travers les traités d'histoire des religions, les voies de l'étymologie ou d'une chronologie historique plus récente. En Algérie, la colonie des Européens étant majoritairement d'origine espagnole à Oran, l'auteur a recherché la naissance de la brioche pascale catalane appelée Mona. Puis, faisant fi de toutes les légendes recueillies, il dirige sa prospection vers la province d'Alicante, seule ville d'Espagne qui depuis plus de trois cents ans façonne la Mona, à Pâques.

C'est alors qu'intervient une tradition régionale valencienne qui évoque une vieille femme surnommée « La Mouna » pétrissant un pain avec la plus blanche des farines et des œufs les plus frais afin de guérir une Reine frappée d'un mal mystérieux. Ce « sein de la sultane » brun, arrondi, lisse et luisant émut le Roi qui donna le nom de Mona à ce gâteau.

Venue d'un passé religieux probablement préjudaïque, la coutume de la Mona pascale participe d'un rituel fort ancien qui suggère les fêtes des Mondas et la célébration du culte de Cérès, déesse romaine. Forme transcendée du blé, la Mona est associée à la commémoration de ce « Passage » qu'est la Résurrection du Christ suivie de l'Ascension.

Conte du panier et du couffin

LE  CAPASSO  et LE  COUFFIN

Au fond 'un placard , le cabassette (capasso à Oran) et le couffin s'ennuyaient beaucoup, depuis qu'ils avaient quitté leur Algérie natale ils ne sortaient plus du tout, alors ils se racontaient des histoires pour tromper leur ennui, surtout celles qui parlaient de leurs anciennes et nombreuses sorties quand ils accompagnaient la famille au marché, en forêt ou au bord de la mer

Ainsi à Paques on les remplissait de ce qu'il y avait de meilleur sur terre, le cabassette disait qu'il transportait la soubressade,  la longanisse, la calentica, le boutifar,  les morcillicas, la pastéra sucrée, les piments grillés, les anchois, les dattes et les figues sèches, les délicieux cocas, les mantécaos sans oublier le fameux Mascara

Le couffin se vantait lui d'être plein de zlabias au miel, de douces oreillettes, de makrouts, de la belle mona, sans oublier les succulentes roliettes

Ils étaient tellement lourds qu'ils n'en pouvaient plus surtout qu'il fallait tenir jusqu'à la forêt d'Msila ou de Kamissis pleine de monde partout

Là au milieu des cris de joie, on commençaient à les vider pour l'apéro, les tramousses et les variantes étaient sortis en premier car avant le repas on sirotait bien sur l'anisette traditionnelle en trinquant à la bonne santé de tous dans une fraternité si belle et si réconfortante

Puis au milieu d'une joyeuse ambiance on  déballait tout et chacun se servait, tous les membres de la famille pouvaient  alors commencer à se régaler

Dans la soirée pour le retour à la maison le cabassette et le couffin maintenant si légers pensaient déjà à faire les courses dés le lendemain matin, ils continueraient ainsi à déambuler dans les allées du marché où ils seraient encore remplis de ces bonnes choses qui faisaient leur fierté

Bien longtemps après, alors qu'ils se lamentaient toujours sur leur sort, une main amie qui les avaient bien connus  leur apporta un grand réconfort et pour ne pas qu'ils tombent complètement dans l'oubli, ils furent sortis du placard pour aller aux commissions où à des fêtes, réconfortés ils purent se dire qu'on ne les avait pas laissés tomber pour enfin revivre en pensant  à  LEUR  BELLE  ALGERIE  et ses MAGNIFIQUES   JOURNEES  REMPLIES  DE  BEAUX  SOUVENIRS

MORALITE :    RECEVOIR   LE  PASSE  COMME  UN  HERITAGE  C'EST  COMBATTRE L'OUBLI,  LE  MEPRIS  ET  L'INDIFFERENCE

Robert  VOIRIN


_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda


Dernière édition par Klary le 6/4/2015, 23:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11685
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 71
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Pâques Là-bas   6/4/2015, 13:43

Chère Klary

Que la culture est belle quand elle se mélange et s'enrichit à travers les âges et les lieux géographiques!!

Ainsi l'homme d'hier donne selon une longue chaîne qui prend son origine dansle passé et file vers l'avenir...n'oubliant personne sur son passage

Quand aucune culture ne veut être la meilleure, la première ou la seule...elle est l'unique car Harmonia Mundi

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)


Dernière édition par GIBET le 6/4/2015, 19:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11685
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 71
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Pâques Là-bas   6/4/2015, 19:06

Finalement on faisait tout pareil ...dans nos villages de métropole!

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pâques Là-bas   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pâques Là-bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Méli-mélo de Pâques
» Peindre et décorer les oeufs de Pâques selon Adriano
» Charlotte de Pâques
» Activités de pâques chez luluneuneu !
» Pliage de serviettes pour Pâques.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Mains :: HIER :: LE PASSE-
Sauter vers: