Nos Mains

Forum de discussion entre amis portant sur l'actualité, la politique, la société et tous les sujets que nous prendrons en Main ensemble.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion












Partagez | 
 

 Quand le sucre est une drogue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Briard
Admin
avatar

Messages : 5944
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 60
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Quand le sucre est une drogue   27/2/2015, 22:09

"Projet 91"


Quand le sucre est une drogue


Je suis de plus en plus convaincu qu'il existe une mafia de la malbouffe.

Un secteur entier de notre économie qui joue à un jeu très dangereux : rendre les gens « accros » à des aliments malsains, en jouant sur les mécanismes de notre cerveau.

Et pour comprendre comment on en est arrivé là, il faut savoir comment fonctionne l'industrie agro-alimentaire.

Bien plus puissante que l'industrie pharmaceutique

On parle souvent du lobby pharmaceutique mais on oublie de dire que l'industrie agro-alimentaire est bien plus puissante encore.

Dans tous les pays, l'industrie agro-alimentaire emploie une part importante de la population active.

En France, c'est 400 000 personnes, 10 000 entreprises, avec un chiffre d'affaires supérieur à 140 milliards d'euros [1]. L'industrie pharmaceutique, qui est pourtant très développée en France, pâlit en comparaison. Elle n'emploie « que » 103 900 personnes, soit 4 fois moins [2].

Les intérêts économiques en jeu sont si énormes qu'aucun homme politique, aucun leader d'opinion, mais surtout aucun média, ne peut se permettre de se mettre à dos l'industrie agro-alimentaire.

En effet, la publicité pour les médicaments est limitée dans les médias, pour des questions réglementaires.

En revanche, que deviendraient TF1, France 2, France 3, Canal+ et les autres s'ils ne recevaient pas des milliards d'euros chaque année de l'industrie agro-alimentaire pour faire la publicité permanente de tous les yaourts, céréales, fromages, snacks et autres pizzas et lasagnes ?

À chaque pays, son mastodonte

La marge de manœuvre pour contrer l'industrie agro-alimentaire est d'autant plus réduite que chaque grand pays occidental a son « champion » à protéger. Il sait que si ce champion faiblit, ce sont les autres qui viendront le remplacer, détruisant des milliers d'emploi sur le territoire national.

Le plus grand groupe agro-alimentaire mondial est le Suisse Nestlé (Kit-Kat, Smarties, Nesquik, Maggi…), avec 330 000 employés et 92 milliards de chiffre d'affaires. Les rives du lac Léman, de Lausanne à Montreux, seraient pratiquement désertes sans Nestlé, installé entre les deux à Vevey (les banques suisses sont à Genève et à Zurich). Les autorités politiques suisses sont littéralement tenues à la gorge par Nestlé, qui pourrait faire s'écrouler toute une région s'il décidait de délocaliser. C'est donc une véritable vache sacrée, à laquelle personne n'ose toucher.

En France, le même phénomène existe avec Danone. Danone emploie directement plus de 100 000 personnes et réalise 21 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Toute notre industrie laitière, ce qui concerne des éleveurs dans le moindre village du pays, est largement dépendante de Danone.

Aux Etats-Unis, c'est le groupe PepsiCo, qui réalise 66,4 milliards de dollars : Benenuts, Pepsi-Cola, chips Lay's, etc. Là, on parle carrément de la présence américaine aux 4 coins de la planète, assurée par les filiales internationales du groupe.

Mentionnons aussi le groupe d'origine hollandaise Unilever, Cadbury Schweppes au Royaume-Uni ou le groupe Ferrero en Italie, célébrissime fabricant du Nutella, des Kinder Surprise, et des Ferrero Rochers.

Une concurrence à couteaux tirés

Tous ces groupes se livrent une concurrence à couteaux tirés.

Pour que leurs marques survivent, pour ne pas se faire dépasser et absorber par les autres, ils doivent absolument sortir des produits alimentaires aussi « bons » que possible. « Bons » au goût s'entend. Car c'est ainsi qu'ils peuvent gagner et fidéliser la masse des consommateurs.

Ils doivent donc créer des nourritures qui nous procurent un maximum de plaisir, qui provoquent dans notre cerveau un pic de dopamine dans le centre du plaisir, le Nucleus Accumbens dont je vous parlerai dans une prochaine lettre.

C'est de cette manière qu'ils « fidélisent » leurs clients, lesquels reviennent acheter leurs produits. Ils ont gagné quand leur produit devient un besoin quotidien pour le client, qui ne peut plus s'en passer, et qui revient, encore et encore, racheter son pot de Nutella, ses Pringles, ses fraises Tagada.

Ingénieur du goût

Dans ces industries, des bataillons d'ingénieurs consacrent toute leur énergie et leur intelligence à travailler sur la transformation, la cuisson, les arômes, les colorants, les textures, et les emballages pour maximiser « l'acte d'achat » et, surtout, provoquer un phénomène d'accoutumance chez le consommateur.

Une société suisse dont personne ne connaît le nom, Givaudan, fait pourtant partie des plus grands groupes du pays. Il emploie à lui seul 8 800 salariés et réalise près de 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires uniquement en parfums et arômes pour l'industrie [4].

Dans un documentaire passé à la télévision américaine, ses ingénieurs se vantent d'être capables de prélever n'importe quel arôme, sur une mandarine, une framboise, ou un poulet rôti, puis de le reproduire en laboratoire à partir de produits chimiques. Vous trouverez la vidéo sur Youtube dans les références ci-dessous (en anglais) [5].

Et c'est ce qu'ils font ! Ces arômes sont ensuite fabriqués à la tonne et ajoutés dans des usines aux plats préparés, soupes, sauces, glaces, biscuits d'apéritifs, bonbons, boissons, etc. Ils expliquent même avoir réussi à créer un goût « poulet rôti » spécial pour végétariens, qui ne contient pas la moindre molécule de poulet, ni d'aucun autre animal !

Certains y verront un progrès. Mais le fait est que cette évolution est aussi dangereuse pour nos organismes.

Perdus dans notre propre cuisine !

Nos mécanismes naturels de reconnaissance des aliments, qui nous permettent de distinguer « encore » et « assez », sont égarés. Nos sens, qui nous permettent de nous repérer dans notre environnement, sont trompés par des pièges qu'ils ne peuvent plus déjouer.

Et même si nous n'en avons pas conscience, nous sommes pratiquement tous perdus dans notre propre cuisine. Nos placards sont pleins de ces produits que nous consommons quotidiennement, mais dont notre organisme n'est plus capable de reconnaître s'il a besoin d'en manger, ou s'il n'en a déjà que trop.

Sans surprise, des dérèglements hormonaux, d'appétit, des problèmes d'obésité, de diabète, de maladies cardiaque, de dépression et de cancer s'ensuivent, à l'échelle industrielle là aussi.

Le nouveau goût : umami

Il existe un nouveau mot, d'origine japonaise, pour désigner ce goût étonnant qui crée une addiction : umami.

Le terme umami a officiellement été reconnu comme le terme scientifique pour décrire le goût des glutamates et des nucléotides. Il n'a pas de traduction mais c'est un goût « plaisant avec une sensation durable, appétissante et recouvrant toute la langue » [6].

Vous ne pouvez pas lutter contre le goût umami. Si vous le sentez, vous aurez envie de vous resservir.

Les ingénieurs du goût en sont conscients et l'utilisent aujourd'hui massivement dans les plats préparés.

Ne vous étonnez donc pas d'avoir toujours envie d'en reprendre, bien au-delà de votre appétit normal !

Protégez nos enfants !

Prenez le Coca-Cola, les Snickers, les chips Lays au Paprika… des ressources considérables ont été consacrées à les rendre aussi addictifs que possible pour le consommateur.

Ils activent notre système de récompense qui n'a pas de mal à prendre le pas sur notre raison, notre logique, et même notre éducation, qui nous avait pourtant appris à ne pas nous goinfrer, à ne prendre qu'un bonbon (enfin, « je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… »).

Et le pire, c'est que les entreprises agro-alimentaires visent en priorité les enfants, avec des emballages, des personnages, et des publicités particulièrement étudiés pour les attirer, sans parler bien sûr des alliances faites avec les producteurs de films (Walt Disney, Pixar) qui font figurer leurs héros dans les boîtes et les spots publicitaires.

Cela est particulièrement grave car, évidemment, les enfants « adorent » les bonbons. Ils sont catastrophiques pour leur santé et peuvent dérégler leur organisme avant même qu'ils aient conscience d’avoir une santé à préserver.

Pire encore, nous avons pris l'habitude de donner des bonbons à nos enfants pour les récompenser d'une bonne action, d'une bonne note à l'école, ou pour leur anniversaire. Ils apprennent donc à associer sucrerie avec « mérite », « action positive ».

Cela pouvait être justifié autrefois quand le sucre, le chocolat étaient rares et chers. Les enfants recevaient du pain d'épice pour la fête de Saint-Nicolas (6 décembre) et des œufs en chocolat à Pâques. Plus un paquet de bonbons à distribuer le jour de leur anniversaire.

Appel à la résistance

Nous sommes pratiquement tous touchés.

Les résistants (il y en a) sont obligés d'adopter un mode de vie parallèle, consacrant un temps et un argent démesurés à se rendre dans des boutiques spécialisées pour obtenir de simples produits alimentaire non transformés et sans produits chimiques, bios, et à préparer leur propre nourriture. Ce qui leur vaut d'être considérés comme farfelus par leur entourage.

Pourtant, il existe des réflexes simples, de petites habitudes qui, l'une après l'autre, finissent par porter BEAUCOUP de fruits et surtout plus encore de plaisir : le plaisir de préparer nous-mêmes une cuisine saine et délicieuse, d'avoir appris à choisir nos ingrédients, cueilli nos herbes... Certes, il en faut du courage pour commencer à laver, éplucher ses légumes, se faire sa propre vinaigrette, son entrée, son dessert, sans jamais recourir à la facilité du plat surgelé, de la boîte de conserve, ou du paquet de chips.

Il faut du courage, oui… mais le jeu en vaut la chandelle.

Comme je vous le disais au début de cette lettre nous travaillons depuis 9 mois à un projet dont l'ambition n'est pas moins que prévenir et guérir 91 maladies majeures... Entre nous, nous l'appelons le "projet 91" et je voudrais vous demander votre avis, ainsi qu’à un petit groupe de lecteurs.

C’est très simple. Nous sommes parti du constat que 91 maladies majeures étaient directement liées à notre alimentation et à la nutrition moderne. Alors que faire ?

Car n'en doutons pas : tôt ou tard, ce système absurde va s'écrouler. Tôt ou tard, les hommes devront revenir à un mode naturel de production et de préparation de leur nourriture.

Je ne vais faire aucune prédiction sur la date… mais j'ai mon idée. Et à ce moment-là, les résistants qui auront de saines habitudes alimentaires et auront conservé une robuste santé, naturellement, se diront « merci ».

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
 http://www.tvlibertes.com/
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5944
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 60
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Quand le sucre est une drogue   28/2/2015, 08:51

N'essayez surtout pas de maigrir


a mode en ce moment est de dénoncer les régimes, en racontant que les régimes ne marchent jamais, qu'ils sont mauvais pour la santé, qu'ils rendent malade, que ce sont tous des arnaques marketing, que vous devenez encore plus gros ensuite, etc.

C'est très exagéré.

Mon avis au contraire est que pratiquement tous les régimes sont efficaces.

Choisissez celui que vous voulez : régime sans graisse, régime fractionné, régime sans protéines, régime sans sucre, régime sans viande, végétarien, régime paléo, régime Atkins ou Dukan, je suis pratiquement certain que vous allez maigrir si vous suivez leurs conseils.

Certains régimes sont ridicules, comme le « régime banane » qui ferait soi-disant fureur au Japon [1], ou le régime cacahuète, prétendument recommandé par Harvard [2].

Mais dans la plupart des cas, ils font perdre du poids. Et en dehors de ces quelques exemples extrêmes, ils ne sont pas dangereux pour la santé [3].

Au contraire, l'obésité entraîne tant de problèmes de santé que vous rapprocher de votre poids optimal ne peut en aucun cas être mauvais pour vous. L'obésité ne cause pas seulement diabète et maladies cardiaques. Elle augmente aussi le risque d'arthrose à cause du poids sur les articulations, et de cancer.

Le problème, c'est que les régimes ne marchent que si on les respecte, au moins en partie.

Or, respecter un régime fait partie des défis les plus grands pour l'être humain. L'expérience montre même que nous sommes à peu près tous incapables de le faire.

C'est trop difficile. C'est au-delà de notre volonté (je vais expliquer pourquoi).

Ce n'est donc pas le régime qui échoue : c'est nous qui échouons à suivre le régime.

Mais ce n'est pas de notre faute : quel que soit notre désir de maigrir, notre cerveau n'est jamais assez fort pour nous dissuader pendant des semaines ou des mois de manger les choses qui nous font plaisir.

Pourquoi faire un régime est si difficile

Pour comprendre pourquoi faire un régime est si difficile, il faut saisir un mécanisme de base dans le fonctionnement du cerveau.

Lorsque vous faites certaines choses qui sont en principe bonnes pour la survie de l'espèce, comme le sexe ou manger des aliments très caloriques, votre cerveau produit de la dopamine, le neurotransmetteur du plaisir. La dopamine inonde une partie de votre cerveau appelée Nucleus Accumbens, provoquant un intense sentiment de plaisir et de satisfaction.

Dès le plus jeune âge, nous apprenons à répéter les expériences qui ont produit cette décharge de dopamine sur notre Nucleus Accumbens, afin de renouveler cette sensation de plaisir. C'est notre système interne de « récompense » (reward system, en anglais).

C'est ainsi que nous sommes construits. Cette capacité a été déterminante dans la survie de notre espèce.

Les choses que nous trouvons dans la nature et qui nous procurent cette récompense (afflux de dopamine) sont en général celles qui augmentent nos chances de survie et de transmettre nos gènes à la génération suivante.

Nous avons été construits comme cela par l'évolution.

Le problème aujourd'hui est que l'homme a été capable de créer et de produire à grande échelle des choses qui nous apportent un sentiment extrêmement puissant de récompense. Bien plus puissant que tout ce qu'on trouve dans la nature.

Dans le domaine alimentaire en particulier, les industriels se livrent une concurrence acharnée à fabriquer le bonbon, le biscuit, le gâteau, le goût et la texture de chips qui provoquera le plus fort afflux de dopamine.

De notre côté, quand nous y avons goûté, nous sommes pour ainsi dire incapables de résister à la tentation de recommencer.

Et tenez-vous bien, ce mécanisme est exactement le même que pour celui des drogues.

Prenez le cas de la cocaïne. Une personne qui sniffe de la cocaïne pour la première fois ressent une sensation extrême de plaisir. La cocaïne est un « super-stimulus ». Elle stimule tellement la production de dopamine, donne une telle sensation de plaisir, que les personnes qui essayent la cocaïne une fois ont une envie presque irrésistible de recommencer.

C'est pourquoi ce produit est si dangereux, et pourquoi il est si important d'expliquer aux enfants de ne jamais essayer, même « une fois pour voir ».

Toutefois, l'afflux massif de dopamine « use » les récepteurs de dopamine dans le Nucleus Accumbens. C'est ce qu'on appelle la « tolérance », et c'est la raison pour laquelle les drogués ont besoin de doses sans cesse plus importantes pour obtenir le même effet.

Lorsqu'un drogué est en manque, le manque de dopamine dans son cerveau provoque un sentiment profond de dépression, de souffrance. De même lorsque le cerveau a pris l'habitude de « tenir le coup » grâce à des afflux massifs ou permanents (grignotage de cochonneries) de glucose.

En effet, chips, bonbons, sodas, gâteaux, sucreries chocolatées passent à grande vitesse dans le sang sous forme de glucose, et provoquent un afflux de dopamine sur notre Nucleus Accumbens.

C'est ainsi que l'on devient « accro » aux choses. Le glucose, la nicotine, l'alcool, la cocaïne, l'ecstasy et l'héroïne fonctionnent de la même façon. La vie paraît morne ou même insupportable aux personnes qui sont privées de leur substance addictive.

Pour les personnes qui ont une tendance à rechercher ce type de satisfaction (les psychologues parlent aujourd'hui de « personnalités addictives »), cette dépendance physique devient obsessionnelle.

L'effet du glucose n'est évidemment pas aussi puissant que celui de l'héroïne, mais il est tout de même très fort.

Tellement fort que, sans même vous en apercevoir, vous finissez ce paquet de M&M's, de Pringles, ces glaces ou ces bonbons alors que, quand vous aviez ouvert le paquet, vous vous étiez juré que vous n'en mangeriez qu'un seul.

La solution

La solution, pour les personnes qui ont un problème avec la nourriture, c'est de se considérer elles-mêmes comme si elles étaient droguées, fumeuses, alcooliques.

Je force bien sûr le trait. Mais au fond, c'est cela.

Et tout comme un drogué, un fumeur, un alcoolique, il faut comprendre que la seule façon d'aller mieux est d'arrêter complètement.

Votre but n'est absolument pas, dans un premier temps, d'essayer de maigrir.

Oubliez les calories. Oubliez la balance. Je ne vais pas dire « oubliez votre silhouette et vos bourrelets » car c'est utopique mais, dans l'idéal, il faudrait même ne plus y penser.

Votre but n'est pas de maigrir, mais de manger uniquement des produits sains, pour perdre votre « addiction » aux cochonneries, ce que les Anglais appellent « junk food » (nourriture poubelle).

Mettez toute votre énergie, votre temps, votre argent, à faire vos courses au marché, au supermarché, dans les petits commerces alimentaires, les boutiques bio, à la ferme et sur Internet pour bourrer vos étagères de produits sains, de bonne qualité, non transformés.

Bannissez de chez vous toute sucrerie, biscuits d'apéritif, aliments industriels à base de farine blanche (pain de mie, pâtes, brioches, viennoiseries).

Encore une fois : n'essayez surtout pas de maigrir, au moins dans un premier temps. Remplissez-vous le ventre d'aliments sains, les plus frais possible, les moins cuisinés possible, ajoutez des épices, des fines herbes, de l'ail, du sel et du poivre, de l'huile d'olive et du citron, tout ce que vous voulez pour que ce soit bon.

Mangez autant que vous voulez. Mangez jusqu'à ce que vous n'ayez plus faim.

Mais plus de « junk food ». Plus aucune cochonnerie ne doit entrer dans votre bouche.

Le simple fait de manger les bons aliments, ceux qui sont naturels à votre organisme, devrait déjà vous permettre de perdre des kilos.

Si vous avez un gros problème de poids, vous pourrez dans un second temps (en général après 3 mois) envisager aussi de diminuer la quantité de nourriture que vous absorbez, afin de faire en sorte que votre estomac retrouve une taille normale, et que votre mécanisme naturel de régulation de l'appétit se rétablisse, via les hormones de la faim (cycle leptine, ghréline, insuline).

La régulation naturelle de votre appétit reviendra progressivement, toute seule. Et sans même vous en rendre compte, vous recommencerez à manger selon vos besoins physiologiques et, naturellement, vous vous rapprocherez de votre poids idéal.

Mais cette seconde étape ne sera possible et ne portera ses fruits durablement que si vous avez d'abord abandonné votre « addiction » à la « junk food » (nourriture poubelle).

Pas de tentations inutiles

Votre ennemi ne doit plus être les kilos en trop, la cellulite, que sais-je, mais les tentations inutiles.

N'achetez jamais de sucreries. Ne les regardez pas dans les rayons. Si par accident vous en trouvez un paquet à proximité, ne vous dites pas : « Tiens, je vais juste en goûter une ».

Il est beaucoup plus facile de renoncer à manger le premier que d'arrêter une fois qu'on a commencé.

Pensez toujours au drogué. S'il décide d'arrêter, ce n'est pas pour se droguer moins souvent, juste le samedi soir, juste à Noël ou le jour de son anniversaire, juste quand il est avec des amis ou juste pour fêter les bonnes nouvelles.

Non. Il doit arrêter, et ne jamais recommencer. Plus de glaces. Plus de chips. Plus de bonbons. Plus de sodas. Plus de chocolat au lait bourré de sucre. Plus de sucre dans l'armoire.

Ne prévoyez aucune exception.

La douloureuse question du grignotage

C'est exactement la même chose pour le grignotage.

Surtout, n'essayez pas d'arrêter de grignoter !

Cela ne fera que renforcer votre envie.

Grignoter n'est pas simplement un plaisir : les petits plaisirs du grignotage sont un besoin vital pour nous aider à affronter la dureté de la vie, les déceptions, les trahisons, les coups du dur, les échecs.

C'est un moyen de nous apporter le petit bonheur dont nous avons besoin pour tenir.

La règle n'est donc pas : arrêtez de grignoter.

La règle est : arrêtez de grignoter des sucreries, des biscuits d'apéritif, des gâteaux et des tartines de confiture.

Mangez des noix, mangez un œuf dur, mangez même du chocolat noir (à plus de 70 % de cacao), mangez un avocat, mangez une sardine à l'huile, croquez une carotte, du céleri, du concombre, une pomme, de la salade avec de l'huile d'olive et du citron ou du vinaigre, sel, poivre, ail, une cuisse de poulet, tout ce qu'il faut pour que ce soit bon !

Mais de grâce, pas de chips, pas de Mars, pas de boissons sucrées, pas de saletés.

Le vrai plaisir de la vie retrouvé

Il faut bien réaliser que, comme pour la drogue, le « plaisir » que nous apporte le glucose est un plaisir artificiel. Ce n'est pas un vrai plaisir, durable, qui rend heureux sur le long terme.

Sur le coup, lorsque vous avalez votre plaquette de chocolat au lait, cela fait plaisir, mais si vous vous observez attentivement, vous vous apercevrez que, après coup, vous vous sentez comme une crêpe, quand vous n’êtes pas carrément habité par un terrible sentiment d'échec et de culpabilité.

Là encore, il y a des raisons physiologiques : les sucreries font monter d'un coup votre taux de sucre sanguin, entraînant une hausse de votre niveau d'insuline. L'insuline évacue le sucre en excès dans le sang, en le stockant dans les cellules sous forme de graisses.

Cela fait baisser fortement votre taux de sucre sanguin, et votre niveau d'insuline et de dopamine baisse. Vous vous sentez mou, fatigué, démoralisé.

De plus, les sucreries provoquent une sensation bien connue d'écœurement. Cela veut dire que, si l'on vous met ensuite devant un bon repas, vous n'avez plus vraiment envie de manger, ou du moins, le plaisir de manger sera fortement diminué.

Quitter son addiction au glucose n'est donc absolument pas une punition.

Le fait que cela entraîne une perte de poids n'est que le premier d'une longue liste d'avantages.

Vous réduisez bien sûr aussi votre risque de la plupart des maladies.

Mais surtout, vous redécouvrez le bonheur, réel et durable, de manger de bons aliments, dans les goûts les plus variés, selon toute la gamme des saveurs, les mélanges et les accords les plus subtils et les plus plaisants, sans culpabilité.

Les « plaisirs de la table » étant parmi les plus variés et riches inventés par l'être humain, à travers toutes les cultures, c'est aussi la promesse d'un voyage passionnant. Et qui se renouvelle tous les jours, trois fois par jour !



À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
 http://www.tvlibertes.com/
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5944
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 60
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Quand le sucre est une drogue   1/3/2015, 09:46

12 produits sains à fuir comme la peste



Les spécialistes du marketing ont repéré depuis des années que le créneau « bio », « santé naturelle », fait vendre. Une amie qui travaille en agence de communication m'a confié que tous ses clients lui demandent de paraître plus écologiques, plus proches de la nature, pour augmenter leurs ventes (et leurs prix). Aux Etats-Unis, il existe même une expression pour cela : le « greenwashing ». C'est un jeu de mot à partir du terme « green », qui veut dire « vert », et « brainwashing », lavage de cerveau. Vous prenez une marque qui fabrique n'importe quoi (des aspirateurs, des insecticides, des pneus, des ballons de rugby…). Vous faites des petits changements, les moins coûteux possible, dans le processus de fabrication. Puis vous annoncez triomphalement sur les emballages et dans vos publicités que votre « nouveau » produit « réduit les émissions de CO2 », « préserve les ressources naturelles », « favorise le développement durable », etc. C'est devenu une industrie . Mais c'est dans le secteur alimentaire qu'on trouve les plus grosses énormités. Alors voici 17 produits prétendument « bons pour la santé » qui sont à fuir comme la peste.

1. Barres de céréales Les commerçants savent que les gens se méfient des Mars, Snickers et autres barres chocolatées bourrées de sucre et de sirop de glucose. Pour donner bonne conscience au consommateur, ils proposent donc des barres de céréales, dans des emballages savamment étudiés pour qu’elles paraissent naturelles. Elles sont même mises en avant dans les boutiques bio peu scrupuleuses. Car les céréales jouissent toujours dans l'opinion publique d'une réputation d'être bonnes pour la santé, sans doute parce qu'elles sont difficiles à mâcher. En réalité, les barres de céréales sont pleines de sucre et n'ont rien d'un aliment santé. Elles sont composées de céréales grillées, soufflées, souvent liées avec du sucre ou du sirop, qui se transforment en glucose à la vitesse grand V, dès qu'elles entrent en contact avec votre salive. Pour les fabricants, c'est « tout bénef » : les céréales, au kilogramme, coûtent encore moins cher que les matières premières des Mars et des Snickers ! Mon conseil : en cas de fringale irrésistible, mangez des noix, des amandes, une pomme ou même un œuf dur.

2. Mélanges de noix La plupart des mélanges de noix vendus dans le commerce ne sont pas bons pour la santé. Premier problème : les noix, amandes, noix de cajou… sont vendues sous film plastique transparent. Lorsque vous les ouvrez, elles sont déjà oxydées, ramollies et parfois rances. Comme le goût est fade ou carrément mauvais, les fabricants ajoutent souvent au mélange des raisins secs bas de gamme, des airelles séchées, ou des chips de bananes. Ces fruits secs sont bourrés de sucre, très caloriques, ont un très haut index glycémique. La plupart des fabricants n'hésitent pas à ajouter dans leur mélange des cacahuètes, en jouant sur la confusion qui existe dans l'esprit de beaucoup de consommateurs peu éduqués : en réalité, la cacahuète n'a rien à voir avec les noix, elle appartient à la famille des lentilles ou des haricots rouges. Elle pousse sous terre, comme les pommes de terre, et contient une quantité faramineuse de graisse inflammatoire. Vous vous retrouvez donc à manger une bombe calorique, aussi riche en sucre qu'en graisses, et avec très peu d'intérêt nutritionnel. Mon conseil : Achetez de vraies noix, que vous casserez avec un casse-noix. La coque protectrice est très efficace pour préserver leurs qualités nutritionnelles pendant des mois. Le goût sera bien meilleur, la texture craquante et fondante. Achetez vos fruits secs déjà écossés, comme les noisettes, les amandes et les noix de cajou, en petite quantité, au fur et à mesure de votre consommation, pour éviter qu'ils ne se dégradent dans votre placard. Achetez-les dans des paquets opaques, ou en vrac si vous pouvez contrôler la fraîcheur. Evitez de les acheter grillés, salés, blanchis, et plus encore enrobés de caramel, chocolat ou autre.

3. Les salades préparées Lorsque vous commandez une salade au restaurant, plutôt qu'une entrecôte sauce béarnaise, vous avez l'impression de faire un petit sacrifice qui fera du bien à votre corps. Le problème est que, bien souvent, on vous sert un mélange de bouts de salade bas de gamme, très aqueux (chargé d'eau) et dont le goût et la texture seraient presque immangeables si on ne vous y ajoutait pas… quantité de croûtons, lardons et, surtout, vinaigrette en bouteille. Ces vinaigrettes, en plus d'avoir mauvais goût (à mon avis), sont déplorables pour la santé : elles sont pleines de mauvaises graisses, d'émulsifiants, d’arômes artificiels et de sucres ajoutés pour leur donner du goût. Mon conseil : les légumes, et surtout les légumes frais, non cuits, donc les salades, sont très bons pour la santé et doivent idéalement accompagner tous vos repas. N’hésitez pas à demander au restaurateur de l'huile vierge d'olive ou de colza, du jus de citron, du vinaigre, des fines herbes, de l'ail et de l'échalote, ajoutez des graines, du sel et du poivre, du piment frais, ce que vous voulez… mais pas de vinaigrette en bouteille.

4. Les jus de fruit : du sucre liquide Bien des gens croient que les jus de fruits sont bons pour la santé. C'est forcément le cas, puisqu'ils sont faits avec des fruits, n'est-ce pas ? Mais beaucoup de jus de fruits au supermarché ne sont pas vraiment des jus de fruit. Il s'agit d'eau sucrée, dans laquelle un concentré de fruit et un colorant ont été rajoutés pour donner le goût du fruit et la couleur (par exemple, du paprika pour donner sa couleur orange à l'Oasis goût tropical [1]). Cela dit, même si vous buvez du jus de fruit constitué à 100 % de fruits frais, ce n'est toujours pas idéal. En effet, les jus de fruits sont comme les fruits, sauf que vous en avez retiré les fibres. Le sucre est disponible immédiatement, et il entre beaucoup plus vite dans votre sang. C'est donc mauvais pour le diabète et pour les maladies cardiaques. Au cas où vous ne le sauriez pas, les jus de fruit, même bio etc., contiennent exactement autant de sucre que les boissons sucrées type Coca-Cola, Sprite et autre, selon une étude publiée dans la revue médicale de référence The Lancet [2].

5. Galettes de riz soufflé Produit phare des boutiques bio et des placards de cuisine des personnes qui se préoccupent de diététique, les galettes de riz soufflé n'ont pourtant aucun intérêt pour la santé ; c’est au contraire l’aliment idéal pour développer un diabète à vitesse « grand V » ou pour prendre de la masse grasse au niveau du ventre. En effet, comme toutes les céréales soufflées, le riz soufflé a un index glycémique très élevé de 85. Elles sont donc mauvaises pour le diabète et les artères. Très pauvres en nutriments essentiels, elles n'ont pas d'intérêt nutritionnel. Mon conseil : si vous en aimez le goût, ce n'est toutefois pas une catastrophe si vous en mangez. Un paquet moyen pèse 130 grammes, il contient 17 galettes soit 7,6 g par galette… Même avec un index glycémique de 85, cela ne représente que le poids de deux sucres, donc l'apport calorique reste très inférieur à une tartine de pain complet, si vous souhaitez maigrir. Attention toutefois : cet aliment coupe très peu la faim et peut même stimuler l'appétit, si bien qu’il est souvent difficile de s'arrêter après n'en avoir mangé qu'une ou deux !

6. Yaourts allégés Les produits allégés, et en particulier les produits laitiers allégés, ont colonisé les rayons de supermarché et de nombreuses personnes sont persuadées qu'elles se font du bien en mangeant des produits à faible teneur en matière grasse, voire à 0 % de matière grasse. C'est pourtant l’une des pires erreurs de l'histoire de la nutrition : à doses normales, les graisses saturées ne sont pas mauvaises pour la santé. Le sucre par contre, en excès, est très mauvais. Or, dans les produits allégés, la matière grasse est remplacée par de l'amidon, des farines, et du sucre ou des édulcorants afin de donner du goût. La plupart des yaourts allégés en graisse contiennent des sucres ajoutés (y compris de la fécule ou amidon) pour la bonne raison que, sans cela, ils seraient immangeables. Mon conseil : mangez des produits aussi proches que possible de leur forme naturelle. Si vous mangez des produits laitiers, préférez un yaourt au lait cru entier, ce sera plus nourrissant et incomparablement meilleur au goût. Vous diminuerez ainsi votre risque de frustration, et donc de céder à la tentation du grignotage.

7. Céréales du petit-déjeuner Les céréales du petit-déjeuner sont présentées par les fabricants, Kellogg's en particulier, comme l'aliment santé par excellence. Elles seraient bonnes pour le travail scolaire ; bonnes pour les étudiants en examen ; bonnes pour les sportifs à l'entraînement. La plupart sont enrichies en vitamines. Mais cela ne pèse pas grand chose à côté du fait que les céréales sont bourrées de sucres. La plupart sont pleines de sucre ajouté (Smacks, Frosties, Choco Pops…). Mais les Corn Flakes, Rice Krispies et Special K, et Weetabix elles-mêmes, qui ont une image plus « naturelle », voire « amincissante », sont des céréales grillées ou soufflées, donc à très haut index glycémique. Même le muesli, qui bénéficie d'une image de produit diététique, n'est pas forcément meilleur. Les marques vendues dans le commerce contiennent de grandes quantités de sucre ajouté , en particulier le célèbre « Country Store » de Kellogs. Enfin, elles coûtent cher et génèrent un gaspillage considérable d'emballages. Mon conseil : Si vous tenez malgré tout à manger du muesli au petit-déjeuner, fabriquez-le vous-même avec des flocons d'avoine, des graines de lin broyées, des graines de tournesol, quelques noix et fruits secs, des fruits frais et du yaourt. Mieux encore : découvrez les plaisirs du petit-déjeuner salé, comme il est pratiqué dans la plupart des pays, en dehors de la France : œuf à la coque, jambon, bacon, fromage, avocat, porridge (flocons d'avoine), fruits, noix, accompagné d'un thé ou d'un café sans sucre. Pas de jus de fruit, un minimum de confiture.

8. Boissons énergétiques Encore des produits associés au sport, au fitness, et donc à la santé, voire aux régimes amincissants ! Et pourtant, les boissons énergétiques, ou sport drinks, sont à peine meilleures que les boissons gazeuses sucrées. Elles contiennent des minéraux et des vitamines mais aussi, comme d'habitude, beaucoup de sucre, de colorants. Les sels ajoutés ne sont utiles que pour les athlètes en action intensive. La plupart d'entre nous n'en ont pas besoin. Mon conseil : buvez de l'eau ! De l'eau fraîche, de l'eau pure, de l'eau minérale si vous voulez ! C'est le seul liquide dont votre corps a besoin. Pour reconstituer vos stocks de minéraux et d'énergie, oubliez les boissons énergétiques, mangez des légumes, de bons poissons, et des viandes d'élevage bio.

9.Le sirop d'agave J'ai déjà beaucoup écrit sur l'arnaque du sirop d'agave. C'est un produit qui paraît naturel, qui coûte cher, et qui est en boutique bio et dans les rayons de nourriture diététique. Bien des personnes se font prendre au piège. Elles croient qu'il s'agit d'un sucre meilleur pour la santé que le sucre de table (saccharose). Mais c'est une tromperie . Le sirop d'agave n'est pas meilleur que le sucre. En fait, il est pire : il est très riche en fructose qui, consommé en excès, peut provoquer de graves problèmes métaboliques [3]. Alors que le sucre de table (saccharose) ne contient que 50 % de fructose, le sirop d'agave en contient 70 à 90 %. Il est extrait d'un cactus mexicain, celui qui sert à faire la téquila, et ensuite concentré en usine. Le présenter comme un produit naturel est donc très discutable. Mon conseil : si vous avez besoin d'un produit ressemblant à du sucre, pour vos pâtisseries par exemple, utilisez du xylitol. Pour sucrer une boisson, un yaourt, si vous ne pouvez pas vous passer du goût sucré, mettez une goutte de stévia.

10. Les pains multicéréales Manger des céréales complètes est préférable aux farines raffinées, transformées, blanchies, qui ont perdu leurs vitamines et minéraux. Mais bien souvent, les fabricants de pain industriels entretiennent la confusion entre pains complets et pains « multicéréales ». Le terme « multicéréales » n'implique absolument pas que ces céréales soient complètes ou meilleures pour la santé. Ce sont des mélanges de farines, incluant souvent de la farine de maïs, et recouverts de graines grillées (sésame, pavot, courge) pour accroître l'illusion d'un produit plus authentique. Pour accroître la tromperie, les industriels rajoutent aussi souvent des fibres, a posteriori. Mais ces pains ne sont absolument pas meilleurs pour la santé que le simple pain blanc de froment, s'ils sont faits eux aussi à partir de farines raffinées. Mon conseil : pour savoir ce que vous achetez, vous n'avez pas d'autre choix que de lire la liste des ingrédients. Blé complet, avoine complète, seigle complet doivent être les ingrédients principaux. Les termes comme « cuit sur sole », « sept céréales », « multicéréales », « son », n'offrent aucune garantie particulière d'un produit naturel. En revanche, cela permet de varier les goûts.

11. Les smoothies Faire ses smoothies à la maison en mélangeant légumes et fruits est une formidable activité. Vous savez ce que vous mettez dedans, vous pouvez ajouter des épices, du citron, du gingembre, et vous n'êtes pas obligé d'y mettre du sucre. Mais les smoothies que vous trouvez dans le commerce, ce n'est pas pareil . Les légumes et fruits mixés sont très instables et vulnérables à l'oxydation. Pour les fabriquer à grande échelle dans des usines, les transporter dans des camions, les stocker sur des rayons dans les magasins, les fabricants sont obligés de les modifier. Ils doivent, ne serait-ce que pour des raisons légales, les pasteuriser, ajouter des conservateurs, des stabilisants. Et ils doivent créer des emballages, payer la publicité, la distribution, des taxes et impôts, et répercuter les coûts sur vous. Comme pour les jus de fruits, le smoothie de base que vous trouvez dans les supermarchés est à peine meilleur pour la santé que des boissons sucrées. De plus, boire des smoothies vous incite à absorber bien plus de calories que manger des fruits entiers. Mon conseil : mangez des fruits biologiques, de saison, entiers, et ne buvez que les smoothies que vous faites vous-même ou qui sont faits sous vos yeux.

12. Le sucre roux ou brun On affirmait autrefois que le sucre roux ou brun était meilleur pour la santé que le sucre blanc, parce que moins transformé industriellement. En fait, ces produits sont extrêmement proches, et le sucre roux ou brun n'est que du sucre blanc (saccharose) avec plus ou moins de mélasse. Le sucre roux contient 3,5 % de mélasse, le brun 6,5 %. Il est vrai que la mélasse contient des minéraux (potassium et magnésium surtout) mais cela ne change rien, fondamentalement, aux effets néfastes du sucre sur l'organisme. D’autant que les quantités de mélasse sont trop faibles pour apporter de manière significative des minéraux ou des vitamines à votre organisme. Vous faites tout autant de tort à votre pancréas, à vos artères, et à vos cellules graisseuses quand vous mangez du sucre roux ou brun, même bio (et même emballé dans un papier kraft qui fait naturel) que quand vous mangez du sucre blanc. Mon conseil : comme au point N°9, préférez le xylitol et la stévia, selon les usages. *****

13. Et vous, quels sont les aliments prétendument sain que vous évitez ? C'était un rapide tour d'horizon. Les étals des supermarchés contiennent encore de très nombreuses embûches... .

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
 http://www.tvlibertes.com/
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5944
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 60
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Quand le sucre est une drogue   1/3/2015, 19:49

Les meilleures et les pires noix pour la santé


Quand j'étais petit, des noix, c'était des noix.

Aujourd'hui, avec l'apparition de la noix de cajou, de la noix du Brésil, de la noix de pécan et de la noix de macadamia, il faut préciser « noix de Grenoble » pour être sûr qu'on parle bien de la noix française traditionnelle.

Pourtant, « noix de Grenoble » n'est pas le vrai nom de la noix.

« Noix de Grenoble » est une appellation d'origine contrôlée, AOC, comme pour les vins.

Cette AOC ne peut-être revendiquée que par les noix de certaines espèces cultivées [1] dans certaines communes de l'Isère, la Drôme et la Savoie [2].

Or, la noix pousse depuis l'homme de Cro-magnon dans bien d'autres régions, en particulier le Périgord et la Dordogne [3].

Toutefois, par mesure de simplicité, nous appellerons quand même ici « noix de Grenoble » ce fruit à coque bien connu de nos campagnes.

C’est la noix qui pousse sur le noyer. Celle qui se présente sous forme de coquille brune et ronde en deux parties. Cette coque qui se termine par une petite pointe dure et raide, et qui contient un fruit composé de deux cerneaux qui font penser au cerveau humain.

La noix, quoi.

Nous allons la comparer aux autres types de noix, y compris celles citées ci-dessus, mais aussi les amandes, les noisettes, les pistaches, bref, tous les petits fruits qui poussent avec une coque autour.

La meilleure noix

La meilleure noix est la noix de Grenoble, justement.

Et ça tombe bien parce que, personnellement, j’en suis fou : cette texture qui craque sous la dent puis se change en une pâte douce et délicieusement parfumée, chaude avec une pointe d’amertume…

Quand il y en a un plateau devant moi, je sais quand je commence, mais je ne sais jamais quand je vais m’arrêter…

Elle s’accommode avec tout : chocolat, miel, fromage, avec une salade, sur une tarte ou broyée dans un gâteau.

Elle est bourrée d'antioxydants, contient toutes les vitamines répertoriées à l'exception de la vitamine B12, elle est très riche en magnésium, en manganèse et en zinc et, surtout, elle contient une quantité impressionnante d'acides gras oméga-3.

Elle est par ailleurs pauvre en glucides, plutôt riche en protéines, et contient beaucoup de fibres.

On ne sera pas étonné qu'elle soit recommandée contre les maladies cardiovasculaires : manger 4 noix par jour augmente le taux sanguin d'acide alpha-linolénique (un oméga-3), ce qui diminue le risque de décès cardiaque de 50 % [4].

Mais manger beaucoup de noix réduirait également de 30 à 40 % le risque de cancer de la prostate, et de 50 % le risque de cancer du sein, mais ce sont des résultats d'études sur des animaux qui n'ont pas encore été testés chez l'être humain [5].

Un conseil : essayez autant que possible de manger les noix avec leur peau. La peau peut être amère, surtout sur les noix fraîches, mais c'est elle qui contient 90 % des antioxydants.

Méfiez-vous enfin des noix vendues en cerneaux, dans des emballages transparents de mauvaise qualité : elles sont souvent rances, ce qui veut dire que les graisses polyinsaturées oméga-3 non seulement ont perdu leur intérêt pour la santé, mais sont même devenues des composés toxiques.

Les cerneaux de noix doivent idéalement être conservés sous vide, au frigo ou même au congélateur. Sans cela, ils ne se conservent que 7 jours.

La pire des « noix » : la cacahuète

La cacahuète est le vilain petit canard de la famille des « noix ».

Mais c’est pire que ça : c’est un passager clandestin, un imposteur même.

Car la cacahuète n'est pas une noix.

Elle pousse comme les pommes de terre, sous terre, attachée à la racine d'une plante.

C'est donc un tubercule. Et sur le plan végétal, elle appartient à la famille des haricots et des poix chiches !

La cacahuète est extrêmement calorique, mais sans intérêt sur le plan nutritif : elle est surtout riche en acides gras oméga-6, ceux que vous trouvez déjà en excès dans l'alimentation occidentale, et qui favorisent l'inflammation.

Enfin, elle est presque toujours servie grillée, salée, enrobée de pâte ou même de caramel.

Dans tous les cas, c’est une catastrophe pour la ligne, et manger des cacahuètes ne contribuera à vous éviter aucune maladie.

Son avantage est qu’elle est bon marché. Elle permet de faire face aux disettes, aux famines.

Durant la Grande Dépression, aux Etats-Unis, le gouvernement américain faisait distribuer des tartines de beurre de cacahuète (peanut butter) dans les écoles contre la malnutrition. Le beurre de cacahuète est riche en protéines, en graisses, et n’a pas besoin d’être mâché pour s’avaler. Il avait été inventé à la fin du XIXe siècle pour servir dans les sanatoriums [6].

Des nouvelles venues délicieuses

J’aime beaucoup les noix de Grenoble mais presque autant les noix de pécan et les noix de macadamia.

Leur goût est un peu plus prononcé. Parmi toutes les noix, ce sont elles qui sont les plus riches en graisses de bonne qualité, et les plus pauvres en glucides.

Le principal acide gras dans la noix de macadamia est l’acide oléique mono-insaturé (60 %), comme dans les olives.

Vous pouvez donc aussi en manger une poignée tous les jours, sans aucune crainte.

Amandes : très bon choix aussi

Les amandes sont également excellentes pour la santé.

Elles sont très riches en acides gras mono-insaturés et en vitamine E.

Elles contiennent beaucoup de magnésium, potassium, sélénium et manganèse.

C’est une très bonne source de fibres et de protéines végétales.

Comme pour les noix, la partie la plus riche en antioxydant est la peau de l’amande.

Veillez donc à acheter des amandes entières, non blanchies. La peau contient des phénols, des flavonoïdes et des acides phénoliques. Une poignée d’amande apporte autant de polyphénols qu’une portion de brocolis vapeur.

Autres noix

La noix du Brésil est connue pour être l’aliment le plus riche au monde en sélénium, un minéral trace qui a des vertus de prévention du cancer de la prostate. Elle contient aussi du béta-sitostérol, un composé stéroïde qui pourrait soulager de l’hyperplasie bénigne de la prostate.

Sur le plan culinaire, elle a un léger goût de noix de coco, agréable, mais je la trouve un peu sèche, bien que croquante.

La noix de cajou est devenue la reine des apéritifs. Elle est très importante dans le régime des végétariens car elle est riche en protéines. Elle est riche en magnésium, ce qui est bon pour les muscles et bon pour la mémoire.

Les noisettes sont une bonne source de folate et d’acides gras monoinsaturés (comme l’huile d’olive). Les pistaches, enfin, ont un bon mélange de protéines et de fibres, mais il est très rare d’en trouver fraîches chez nous. Elles sont presque toujours grillées et salées, ce qui leur fait perdre leur intérêt.

Toutes les noix peuvent être consommées sans arrière-pensée

Mais de toutes façons, en dehors de la cacahuète, toutes les noix sont bonnes pour la santé.

Tant que vous les mangez non-salées, non grillées, et non caramélisées, elles font partie des meilleurs aliments que vous puissiez consommer.

Elles ont un fort pouvoir de satiété, c'est-à-dire qu'elles coupent l'appétit facilement.

Certaines personnes s’inquiètent encore de leur richesse en graisse, mais les noix contiennent de bonnes graisses qui ne rendent pas malade. Les amandes servent même dans certains régimes amaigrissants, avec apparemment de bons résultats.

C'est donc un excellent snack, à manger à 10 heures ou à 4 heures, plutôt que des chips ou des sucreries.

On peut aussi en manger à la fin du repas, quand on a encore un peu faim.

Bien entendu, s’il est bon d’en manger une poignée dans le cadre d’une vie active, cela ne veut pas dire pour autant que vous avez carte blanche pour vous gaver de noix en tout genre devant votre télévision.

Pour cela, je ne connais aucun aliment qui soit recommandé…

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis


Sources :

[1] La franquette, la mayette, la parisienne.

[2] Wikipedia : Noix de Grenoble

[3] Wikipedia : Noix

[4] Alpha-linolenic acid

[5] Walnuts May Fight Breast Cancer

[6] A chunky history of peanut butter

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
 http://www.tvlibertes.com/
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Quand le sucre est une drogue   2/3/2015, 10:31

Merci cher Briard pour tes recherches!


_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11593
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Quand le sucre est une drogue   3/3/2015, 04:02

Merci cher Briard pour ces articles

Dans la ma vie j'ai fait plus de 20 régimes avec des résultats plus ou moins sensibles ...mais aucun ne fut durable

Je suis diabétique 2, donc je me méfie du sucre

Je mange que des produits naturels cuisinés par Laine. Je ne bois pas d'alcool!

Malgré tout cela je ne perds pas un gramme 

Alors aujourd'hui ...je me suis fait une raison à la place d'un régime!
GIBET

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5944
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 60
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Quand le sucre est une drogue   4/3/2015, 08:38


Projet 91 :

cuisiner et manger sain


Vous me demandez comment manger sain, renoncer aux « cochonneries », puisque c’est ça au fond qui est important.

C’est le but de ce fameux « Projet 91 », dont je vous parle depuis plusieurs jours.

Plus de neuf mois de travail ont été nécessaires pour en arriver là.

C’est un programme complet de vidéos qui vous apprennent à vous régaler, mais sans lait et sans gluten - donc sans "junk food" (cochonneries).

En général, les gens cherchent à manger sans lait et sans gluten pour cause d’allergies ou de problèmes de santé.

Et il est vrai que cette alimentation peut soulager 91 maladies majeures [1], dont les maladies auto-immunes (psoriasis, sclérose en plaques, polyarthrite, thyroïdite de Hashimoto), les allergies, l'asthme, l'arthrose, les maux de tête, les dépressions, les insomnies et, bien sûr, les troubles gastriques et intestinaux.

Mais l’approche de notre « Projet 91 » est différente.

Une majorité de personnes, même si elles ne sont pas malades, connaissent un étonnant regain d'énergie et de moral en mangeant sans lait et sans gluten pendant quelques semaines.

Elles redécouvrent le bonheur de dormir profondément. Elles se sentent légères, apaisées, et prêtes à relever des défis auxquels elles avaient renoncé depuis longtemps.

Leurs cheveux reprennent de la vigueur, leurs boutons disparaissent, leurs douleurs et la fatigue s’envolent. C'est parfois l'impression de naître une seconde fois !

Enfin, elles retrouvent naturellement leur poids idéal. Ce n’est pas le but premier (le but premier étant la santé et l’énergie). Mais c’est une conséquence du régime sans lait et sans gluten, qui se produit sans même que vous n’ayez besoin d’y penser.

Ceux qui essayent considèrent presque toujours que toute personne devrait faire l'expérience au moins une fois dans sa vie. C’est ce qui ressort clairement des témoignages qui nous arrivent de toute part.

Et en effet, vous serez surpris des effets sur votre santé.

Dangers de la solitude

Mais attention : ne vous lancez pas seul dans la cuisine sans lait et sans gluten.

Si vous ne savez pas comment faire, vous allez déprimer. Vous aurez l'impression que tout ce qui est bon est interdit : pâtes, lasagnes, pizzas, couscous, gâteaux, tartes, viennoiseries et brioches, tous contiennent du blé, des produits laitiers, ou les deux !

Et c’est pourquoi nous avons créé ce « Projet 91 ».

Le but est de vous accompagner pour remplacer lait et céréales riches en gluten par des ingrédients non seulement plus riches en nutriments et meilleurs pour la santé, mais qui ont meilleur goût.

Ainsi, cuisiner sans lait et sans gluten ne sera pas seulement bon pour votre santé.

Vos plats gagneront en texture et en saveur. Vous ferez le plus grand bonheur de vos invités et de votre famille.

Mais pourquoi vouloir arrêter le lait et les céréales riches en gluten, comme le blé ?

Quel rapport avec la « junk food », les cochonneries qui ont envahi nos supermarchés, nos boutiques d’alimentation, nos distributeurs automatiques, et même les étalages de nos marchands de journaux ?

Voici la réponse :

Le lait et le blé sont pauvres en nutriments

Le lait a la réputation d'être un aliment santé, mais si vous l'analysez, il n'est fait que :


d'eau,


de gras,


de sucre (lactose) que l'être humain digère mal,


de protéines (caséines) d'assez mauvaise qualité qui provoquent chez beaucoup des intolérances et des allergies.


Quant au calcium laitier, on oublie très souvent d'expliquer qu'il est très mal absorbé par l'être humain, à 30% seulement. Et c'est logique car il est adapté au système digestif des veaux ! A l'inverse, les légumes, fruits et légumineuses, sont pour nous de bien meilleures sources de calcium assimilable que les produits laitiers, à plus de 60% [2] !

Concernant le blé, il s'agit d'un des aliments les plus pauvres qui soient : il n'est constitué que d'amidon (chaîne de glucose, sucre), de quelques protéines (principalement le gluten, responsable d'intolérance et d'allergies chez au moins 15 % de la population), et n'a à part ça qu'un peu de mauvaise graisse dans le germe et pratiquement pas de vitamines.

Lait et blé peuvent être dangereux pour la santé

Lait et blé, lorsqu'ils sont mal tolérés, peuvent déclencher de nombreuses maladies, à cause de l'inflammation de l'intestin. L'intestin devient poreux et laisse passer dans le sang des protéines qui vont provoquer des réactions inflammatoires et auto-immunes dans tout l'organisme.

Dans les articulations, elles peuvent provoquer la polyarthrite rhumatoïde. Dans le cerveau, la dépression et l'hyperactivité chez les enfants. Sur la peau de l'eczéma, du psoriasis. Plus une kyrielle d'autres maladies [3].

De plus, les produits à base de lait et de blé en un index glycémique très élevé. Cela veut dire que ce sont des bombes à sucre, qui font monter en flèche votre taux de glucose dans le sang. En consommer tous les jours, plusieurs fois, est la voie la plus directe vers le surpoids, le pré-diabète, et plusieurs formes de cancers !

Malheureusement, le lait, le blé, et les céréales riches en gluten font aussi parties des ingrédients les moins chers à la disposition de l’industrie agro-alimentaire.

Elle en met donc aujourd’hui absolument partout où elle le peut, des biscuits aux plats préparés, des pizzas surgelées aux gâteaux, desserts, lasagnes, et céréales du petit-déjeuner, soi disant bonnes pour la santé.

Et pourtant, il est possible, et amusant de faire une cuisine meilleure pour votre santé et meilleure au goût si vous apprenez à cuisiner sans lait et sans gluten :


Exemple : les pâtisseries

Prenons l'exemple des pâtisseries.

C'est l'exemple le plus intéressant car beaucoup d'entre elles sont faites principalement de blé et de produits laitiers.

Vos pâtes à tartes seront meilleures si, au lieu de les faire avec de la farine de blé et du beurre, vous les faites avec d'autres ingrédients.

Vous pouvez varier à l'infini : il existe de multitudes de farines autres que le blé, aux saveurs étonnantes, que vous pouvez mélanger pour obtenir toute la palette des goûts : farine de châtaigne, de riz, de tapioca, de sarrasin, d'arrow-root, de pois-chiche, de maïs ; poudres de noix, d'amande, de noisettes, de noix de cajou, de noix de coco, de millet, de teff, de souchet… Chacune a son utilisation propre suivant la recette désirée : la châtaigne par exemple se marie bien avec le chocolat alors que l'arrow-root peut vous donner de l'élasticité dans une pâte à pizza.

À la place du beurre, utilisez de la graisse de coco, du beurre de cacao, de l'huile d'olive, de l'huile de noix ou même d'avocat. L'huile de macadamia permet de réaliser une très bonne mayonnaise alors que l'huile de coco fera des merveilles dans les pâtes à tarte.

Encore faut-il savoir comment combiner ces ingrédients. Mais pas d'impatience, je vous indique la réponse dans un instant, avec notre « Projet 91 ».

À la découverte des légumes et des fruits

Bien souvent, nous nous contentons d'acheter les légumes et fruits les plus courants, ceux que nous savons cuisiner facilement.

Moyennant quoi nous laissons de côté, sans nous en apercevoir, les meilleurs d'entre eux, les plus nutritifs, et qui sont souvent les moins chers : il en existe des centaines d'espèces !

Mais qui a encore le réflexe de faire rapidement une fondue de poireaux pour accompagner une viande ou un poisson, un gratin de courge-butternut, ou une soupe de châtaignes-potimarron agrémentée de petits oignons frits ?

Qui sait encore cuisiner des légumes aussi délicieux que le panais, les choux romanesco, les blettes et les cardons ? Et quel dommage de s'en priver.

Ces recettes savoureuses qui étaient autrefois hyper courantes ont pratiquement disparu de nos foyers. Elles sont pourtant très rapides (quelques minutes), très économiques, excellentes pour la santé, et surtout délicieuses au goût.

Car le premier critère pour choisir une recette de cuisine est qu'elle soit très bonne au goût.

Il faut qu'elle puisse vous plaire. Mais aussi plaire aux gens qui mangent avec vous et qui n'ont pas forcément l'habitude d'une nourriture saine, ceux qui sont plutôt dans la « malbouffe ».

Si vous commencez du jour au lendemain à vous bourrer de tofu et de quinoa, je vous garantis que vous n'irez pas loin.

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
 http://www.tvlibertes.com/
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5944
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 60
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Quand le sucre est une drogue   10/3/2015, 08:18

Fuyez les produits zéro pour cent


Face à l'épidémie de surpoids, d'hypertension et de diabète, nous nous sommes mis à craindre les produits trop riches, trop caloriques.

Mais comme le déplorent en général les personnes qui entament un régime, le problème est que « c'est tout ce qui est bon qui est interdit » !

Les industriels de l'agroalimentaire n'ont pas tardé à entendre le message… et à repérer l'opportunité de prendre des parts de marché.

Les gens aiment les boissons sucrées, les chips, les bonbons, les gâteaux au chocolat, les pâtes à tartiner pleines d'huile et de beurre. Leurs médecins leur interdisent ces produits. Embauchons alors des ingénieurs chimistes qui inventeront des aliments ayant le goût du sucré sans contenir de sucre, et la texture du gras sans contenir de graisse !

Ce défi, qui aurait paru impensable il y a 50 ans, fut relevé en un temps record. Les produits à 0 % de matière grasse et 0 calories ont envahi les étals des supermarchés… mais ce fut le début de la catastrophe.

La pathétique saga des margarines

On ne le raconte pas aux enfants dans les écoles, ni aux étudiants en médecine.

Mais ceux d'entre nous qui ont quelques cheveux blancs se souviennent de l'affaire de la margarine, si embarrassante pour toute la profession des diététiciens.

Les débuts de la margarine remontent à Napoléon III, qui lança un concours pour la recherche d’un « corps gras semblable au beurre, mais de prix inférieur, apte à se conserver longtemps sans s'altérer en gardant sa valeur nutritive ».

C'est un pharmacien, Mège-Mouriès, qui réussit à fabriquer la première margarine en réalisant une émulsion blanche avec de la graisse de bœuf fractionnée de lait et d’eau, déposa un brevet, et lança la commercialisation à grande échelle.

Il dut affronter les protestations des gastronomes, telle Catherine de Bonnechère. Dans son ouvrage « La Cuisine du siècle », paru en 1895, elle dénonce :

   « L'oléo-margarine est un beurre artificiel produit par la graisse ou suif de bœuf broyé, puis chauffé. […] le public est absolument lésé, car on emploie des suifs vieux et de mauvaise qualité et on y ajoute des huiles dangereuses. […] Il conviendrait dans ces conditions de protéger à la fois et l'agriculteur et le consommateur en employant un colorant qui permettrait à tous de distinguer la margarine du beurre, mais les marchands en gros redoutent ce procédé qui restreindrait la fraude pratiquée sur les beurres. Le bon beurre étant indispensable à la bonne cuisine, il faut se mettre en garde autant que possible contre les falsifications. »

Un petit appareil portatif, nommé le « vérifie-beurre », fut même proposé dans le but de distinguer le vrai beurre des margarines.

Malheureusement, non seulement Catherine de Bonnechère ne fut pas entendue, mais les industriels « perfectionnèrent » encore la fabrication de la margarine (comprenez réduisirent encore les coûts) en remplaçant les graisses animales par des huiles végétales bon marché.

Ils inventèrent en effet le procédé « d'hydrogénation » des huiles.

Les avantages de ce nouveau type de margarine apparaissaient nombreux. D'abord, elle était plus pratique puisque restant molle au frigo ; vous pouviez donc l'étaler sur votre pain sans attendre. Ensuite, cette margarine était encore plus économique, puisque dérivée d'huiles végétales. Enfin, et c'était le pire, les diététiciens supposèrent que les acides gras trans artificiels étaient meilleurs pour la santé. Pas simplement équivalents : meilleurs.

Après des millions d'années de consommation de graisses animales, l'être humain s'apercevait brutalement qu'il avait fait fausse route et qu'il fallait de toute urgence se détourner de ces produits naturels et consommer des produits gras synthétiques ! La supercherie était tellement grosse… qu'elle passa comme une lettre à la poste.

Dans les années 80 encore, la majorité des ménagères croyaient protéger leur famille en remplaçant le beurre par de la margarine bourrée d'acides gras trans.

On s'est finalement aperçu, mais il a fallu un siècle entier, que les acides gras trans artificiels provoquaient en fait cancers et infarctus.

Aujourd'hui, ils sont tout simplement interdits à la vente. Et c'est depuis qu'ils sont interdits que l'on entend enfin les nutritionnistes les dénoncer !

Mais pour les remplacer, nous avons les produits à « 0 % de matière grasse ».

Les produits à zéro pour cent de matière grasse

Tous les produits contenant de la graisse sont aujourd'hui proposés dans les supermarché en version « allégée », voire « zéro pour cent ».

Le problème est que c'est la graisse qui donne une texture onctueuse. Si vous l'enlevez d'un produit, il vous reste une sorte de carton…

Mais il existe une ruse : remplacer la matière grasse par des farines ou de l'amidon (maïzena par exemple) pour servir d'épaississant.

Comme le savent les lecteurs méritants de Santé Nature Innovation qui supportent depuis des années, sans se plaindre, mes radotages, l'amidon est un sucre qui se transforme aussi vite, et même plus vite, en glucose dans votre estomac que si vous mangez des sucres en morceaux.

En effet, l'amidon, bien qu'il n'ait pas le goût sucré, n'est qu'une simple chaîne d'atomes de glucose. Il commence à être décomposé dès le contact avec la salive par une enzyme, l'amylase salivaire.

Les sucres en morceaux sont faits en saccharose, c'est-à-dire la combinaison de fructose et de glucose. Ils font donc monter le sucre sanguin (glycémie) moins vite que l'amidon.

Si vous cherchez à maigrir, il faut à tout prix éviter les aliments à haute charge glycémique, et donc tous les produits « allégés en matière grasse » mais enrichis en farine ou amidon qui sont des sucres à index glycémique élevé.

Conclusion

Bref, ne tombez pas dans l'illusion qu'on peut se remettre à manger sain en gardant les mêmes habitudes alimentaires, et en substituant simplement aux produits gras les mêmes produits « à teneur réduite en matière grasse ».

Pour maîtriser votre poids, vous avez besoin de reprendre à zéro l'ensemble de vos habitudes alimentaires et habitudes de vie.

Lisez régulièrement Santé Nature Innovation. Comme je l'explique souvent, même si vous avez l'impression de ne jamais mettre les conseils en application, ils influeront déjà positivement sur vos choix au quotidien. Une étude canadienne a montré que le simple fait de lire des informations sur la santé fait que vous opérez ensuite de meilleurs choix, sans vous en rendre compte, simplement parce que vous prenez conscience des enjeux.

Evidemment, si vous en avez les moyens, vous multiplierez par cent vos chances de réussite en vous faisant suivre par un bon « coach », qui vous accompagnera pas à pas et vous aidera à franchir les étapes difficiles.

Mais attention à en choisir un qui vous donne de bons conseils. Pour être sûr, je vous recommande de suivre l'excellent programme de Benjamin Dariouch. C'est un système de coaching en ligne fiable, ce qui lui permet de faire bénéficier un grand nombre de personnes de ses conseils. Il est déjà suivi par des centaines de mes lecteurs.

Plusieurs fois par semaine, vous recevez une vidéo sur mesure qui vous permet d'avoir un petit cours personnalisé, puis un authentique entretien avec lui. Vous pouvez même lui poser vos questions et il vous répond rapidement.

C'est bien moins cher qu'un coach personnel mais aussi efficace. Et pour lui, vous avez ma caution à 100 %.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
 http://www.tvlibertes.com/
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Quand le sucre est une drogue   12/3/2015, 10:32


Nouvelle technologie médicale pour effectuer une image interne tridimensionnelle du corps humain qui permet de faire 1000 examens avec un seul scan rapide.


_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11593
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Quand le sucre est une drogue   12/3/2015, 13:25

La mécanique de la construction de l'homme est tellement complexe que la création ne peut être le fruit que d'un horloger...ou du "hasard" de l'évolution pour permettre à l'espèce que nous sommes d'avoir les plus grandes chances de survivre!!
La réponse un...c'est la foi!
La réponse deux ...c'est la biologie!
La liberté de conscience c'est de choisir l'une des deux réponses...étant donné que le "poète rationnel" peut choisir les deux alternativement!!
GIBET

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5944
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 60
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Quand le sucre est une drogue   12/3/2015, 20:03

j'ai la foi en la biologie lhw:

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
 http://www.tvlibertes.com/
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11593
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Quand le sucre est une drogue   13/3/2015, 01:55

rir2:
rir2:

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand le sucre est une drogue   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le sucre est une drogue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand le sucre est une drogue
» Manque de sucre????
» Espagne : quand des trafiquants de drogue narguent la police.
» Faux sucre
» Yaourts au lait infantile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Mains :: CONTEMPORAIN :: L'expert santé: P... comme Plantes-
Sauter vers: