Nos Mains

Forum de discussion entre amis portant sur l'actualité, la politique, la société et tous les sujets que nous prendrons en Main ensemble.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion












Partagez | 
 

 Flammèches

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16  Suivant
AuteurMessage
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   22/12/2014, 18:23

Extraordinaires ces boules en verre soufflé!...il est tellement stupéfiant qu'un sentiment serve ainsi de base à une telle réalisation¨!

TU VEUX BIEN M'AIDER à FAIRE UN BONHOMME DE NEIGE, CHER GIBET?

Clique sur le lien ci-dessous

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

N’oublie pas de cliquer :
 
>  1 - sur le timbre de l’enveloppe
>  2 - sur la plus grosse des boules de neige
>  3 - fais un bonhomme en superposant les autres boules sur la plus grosse
>  4 - puis cliquez sur le bonhomme

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   23/12/2014, 10:55

JOYEUX NOËL!...LA JOIE DE VIVRE AUTOUR DU MONDE

EN RUSSIE... Рождеством Христовым!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Klary P'tit Bonheur le 23/12/2014, 11:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   23/12/2014, 11:17

EN GRECE...Καλά Χριστούγεννα!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   23/12/2014, 16:56

IRLANDE...Nodlaig mhaith chugnat!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   23/12/2014, 17:26

INDE...Shub naya Baras!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   23/12/2014, 17:52

Magnifique coucher de soleil...pas un nuage...les étoiles vont bientôt briller pour éclairer votre douce soirée!

UN PEU DE POESIE DU MONDE...

Je t'aime sans trop savoir comment
Ou même d'où, depuis quand
Je t'aime de tout mon coeur d'un amour modeste et pur
Ainsi je t'aime car je ne sais que t'aimer
Nous sommes tels que tes mains de mes doigts se prolongent
Si proches que lorsque tu fermes les yeux, le sommeil me gagne...

Pablo neruda ( Chili)
                                                        *********

J'ai en moi deux amours
qui embaument mon chemin
de leurs guirlandes fleuries;
l'un des deux qui m'attendrit
et l'autre qui me rend forte,
 l'un qui m'apporte la vie,
l'autre qui m'apporte la mort.

j'ai en moi deux amours
confondus en une seule
interminable et étrange
chaîne de fulgurances.

       Dora GomezBueno de Acuna ( Paraguay )

                                                        *********
PEU A PEU le soleil, dans son domaine,
prit possession des eaux, et mit l'ombre
dans l'écume, créa le grand vide des vagues.
Ecroulées et soudaines, les vagues
saluaient le soleil et renaissaient.
De hautes lueurs dansaient sur la mer d'été.
Les dieux souriaient sur les eaux brillantes.
Qu'ils ne meurent pas ces dieux. Qu'ils sourient
dans l'éternel, la mer soit leur sourire.

Andrés Sanchez Robayna (Espagne)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Klary Like a Star @ heaven



_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5946
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Flammèches   23/12/2014, 18:24

Coucou Klary,
tu as vu que les 57 pages sont revenues lhw:

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   23/12/2014, 19:40

Bonsoir cher Briard...oui , hier soir nous avons oeuvré de concert avec Gibet qui a passé en revue tous les petits dérèglements pour y mettre bon ordre...nous avons ensemble finalisé le portail...et maintenant tout est prêt pour ouvrir la porte à l'année nouvelle...qu'elle nous soit faste, amis!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   24/12/2014, 07:03

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Lysli@ne

avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 15/03/2014

MessageSujet: Re: Flammèches   26/12/2014, 09:52

J'espère que ce Noël s'est très bien passé pour vous tous , qu'il vous aura porté la paix intérieure et l'espérance de meilleurs lendemains c'était le but au départ Wink
Très bonne journée à vous
lili

_________________
Psaume 1: verset 1 qui dit:

Heureux est l'homme, celui-là qui ne va pas au conseil des impies, ni dans la voie des égarés ne s'arrête, ni au banc des rieurs ne s'assied
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5946
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Flammèches   26/12/2014, 23:53


_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11606
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Flammèches   27/12/2014, 04:05

Chère Klary

Bonhomme de neige réussi...et ceci grâce à toi car je n'en ferai sans doute pas à Pont-Aven où la neige est rare

Mais du 23 au 31 janvier je serais dans les Alpes avec mes petits enfants alors je saurai m'y prendre grâce à toi

J'hésite entre celui-ci

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]   ou celui-ci      [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mais si j'écoute ma petite fille ..ce sera plutôt celui-ici

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Olaf ! l'ami de la Reine des neiges ...que j'ai eu le droit de regarder plusieurs fois avec elle !! Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11606
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Flammèches   27/12/2014, 04:16

Merci Briard pour cet excellent moment passé aux caisses. Tellement rare qu'il méritait sa place d'honneur en cette fête de Noêl

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   27/12/2014, 11:28

Bonjour mes chers amis...j'ai dû rentrer à Genève en cata pour soigner Sara, l'une de mes petites filles, restée seule en raison de son travail, alitée avec grosse fièvre donc bonnet de laine troqué contre toque Croix- rouge!
Mais rassurez-vous la livraison  attendue a bien été effectuée! Un père Noël plein d'ardeur  malgré le froid...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Bravo pour l'entraînement aux bonshommes de neige, cher Gibet...moi aussi j'aime bien celui de la Reine des Neiges!

Ici la bise a ramené neige et froid même en plaine...bises à vous en forme de flocons!


_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11606
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Flammèches   27/12/2014, 15:32

Merci chère Klary de m'offrir cette reine des neiges ...en revanche ici pas de Neige!

Te voila devenu une mamie Noël avec thermomètre et bouillotte pour soigner ta petite fille. Nous lui souhaitons un prompt rétablissement  ... et pour toi de bonnes fêtes de fin d'année et bien sûr une année 2015 pleine de bonheur et de santé mais aussi de tendresse et d'amitié.
Plein de bisous bretons de Laine et Gibet

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   27/12/2014, 18:20

Merci chers Laine et Gibet pour vos bons vœux qui me vont droit au cœur...
A mon tour je formule  mes meilleurs souhaits de santé et bonheur  pour vous et tous les vôtres...que l'an nouveau annonce un horizon aux couleurs de l'arc-en-ciel, du ciel étoilé et de l'aurore flamboyante!

Que chaque jour de l'an neuf soit, pour nous tous, une perle-bulle irisée de reflets-bonheur
qui complètera notre grand collier de vie 2015!
Klary I love you

Horizon de l'an nouveau  

L'horizon infini de l'an nouveau
Ravi notre regard émerveillé
Laissant croire que ce qui est le plus beau
Est ce qui est le plus éloigné.

Si nécessaire à décider nos pas
L'horizon ouvre le chemin
Mais chaque instant contient déjà
Ce que nous offre le destin.

A l'horizon lointain se superpose
Celui du présent généreux
Dont on saura cueillir la rose
Surgie au milieu du ciel bleu
T.Tournebise

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11606
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Flammèches   27/12/2014, 20:17

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La plainte du bois

Dans l'âtre flamboyant le feu siffle et détone,
Et le vieux bois gémit d'une voix monotone.

Il dit qu'il était né pour vivre dans l'air pur,
Pour se nourrir de terre et s'abreuver d'azur,
Pour grandir lentement et pousser chaque année
Plus haut, toujours plus haut, sa tête couronnée,
Pour parfumer avril de ses grappes de fleurs,
Pour abriter les nids et les oiseaux siffleurs,
Pour jeter dans le vent mille chansons joyeuses,
Pour vêtir tour à tour ses robes merveilleuses,
Son manteau de printemps de fins bourgeons couvert,
Et la pourpre en automne, et l'hermine en hiver.
Il dit que l'homme est dur, avare et sans entrailles,
D'avoir à coups de hache et par d'âpres entailles
Tué l'arbre ; car l'arbre est un être vivant.
Il dit comme il fut bon pour l'homme bien souvent,
Qu'à nos jeunes amours et nos baisers sans nombre
Il a prêté l'alcôve obscure de son ombre,
Qu'il nous couvrait le jour de ses frais parasols
Et nous berçait la nuit aux chants des rossignols,
Et qu'ingrats, oubliant notre amour, notre enfance,
Nous coupons sans pitié le géant sans défense.

Et dans l'âtre en brasier le bois geint et se tord.

Ô bois, tu n'es pas sage et tu te plains à tort.
Nos mains en te coupant ne sont pas assassines.
Enchaîné, subissant l'entrave des racines,
Tu végétais au même endroit, sans mouvement,
Et conjoint à la terre inséparablement.
Toi qui veux être libre et qui proclames l'arbre
Vivant, tu demeurais planté là comme un marbre,
Captif en ton écorce ainsi qu'en un réseau,
Et tu ne devinais l'essor que par l'oiseau.
Nous t'avons délivré du sol où tu te rives,
Et te voilà flottant sur l'eau, voyant des rives
Avec leurs bateliers, leurs maisons, leurs chevaux.
Ô les cieux différents ! les horizons nouveaux !
Que de biens inconnus tu vas enfin connaître !
Quel souffle d'aventure étrange te pénètre !
Mais tout cela n'est rien. Car tu rampes encor.
Qu'on le fende et le brûle, et qu'il prenne l'essor !
Et le feu furieux te dévore la fibre.
Ah ! tu vis maintenant, tu vis, te voilà libre !
Plus haut que les parfums printaniers de tes fleurs,
Plus haut que les chansons de tes oiseaux siffleurs,
Plus haut que tes soupirs, plus haut que mes paroles,
Dans la nue et l'espace infini tu t'envoles !
Vers ces roses vapeurs où le soleil du soir
S'éteint comme une braise au fond d'un encensoir,
Vers ce firmament bleu dont la gloire allumée
Absorbe avec amour ton âme de fumée,
Vers ce mystérieux et sublime lointain
Où viendra s'éveiller demain le frais matin,
Où luiront cette nuit les splendeurs sidérales,
Monte, monte toujours, déroule tes spirales,
Monte, évanouis-toi, fuis, disparais ! Voici
Que ton dernier flocon flotte seul, aminci,
Et se fond, se dissout, s'en va. Tu perds ton être ;
Aucun oeil à présent ne peut te reconnaître ;
Et toi qui regrettais le grand ciel et l'air pur,
Ô vieux bois, tu deviens un morceau de l'azur.

PartagerPartager
Imprimer Offrez à un ami

Jean RICHEPIN

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11606
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Flammèches   28/12/2014, 01:41

La neige
I

Qu'il est doux, qu'il est doux d'écouter des histoires,
Des histoires du temps passé,
Quand les branches d'arbres sont noires,
Quand la neige est épaisse et charge un sol glacé !
Quand seul dans un ciel pâle un peuplier s'élance,
Quand sous le manteau blanc qui vient de le cacher
L'immobile corbeau sur l'arbre se balance,
Comme la girouette au bout du long clocher !

Ils sont petits et seuls, ces deux pieds dans la neige.
Derrière les vitraux dont l'azur le protège,
Le Roi pourtant regarde et voudrait ne pas voir,
Car il craint sa colère et surtout son pouvoir.

De cheveux longs et gris son front brun s'environne,
Et porte en se ridant le fer de la couronne ;
Sur l'habit dont la pourpre a peint l'ample velours
L'empereur a jeté la lourde peau d'un ours.

Avidement courbé, sur le sombre vitrage
Ses soupirs inquiets impriment un nuage.
Contre un marbre frappé d'un pied appesanti,
Sa sandale romaine a vingt fois retenti.

Est-ce vous, blanche Emma, princesse de la Gaule ?
Quel amoureux fardeau pèse à sa jeune épaule ?
C'est le page Eginard, qu'à ses genoux le jour
Surprit, ne dormant pas, dans la secrète tour.

Doucement son bras droit étreint un cou d'ivoire,
Doucement son baiser suit une tresse noire,
Et la joue inclinée, et ce dos où les lys
De l'hermine entourés sont plus blancs que ses plis.

Il retient dans son coeur une craintive haleine,
Et de sa dame ainsi pense alléger la peine,
Et gémit de son poids, et plaint ses faibles pieds
Qui, dans ses mains, ce soir, dormiront essuyés ;

Lorsqu'arrêtée Emma vante sa marche sûre,
Lève un front caressant, sourit et le rassure,
D'un baiser mutuel implore le secours,
Puis repart chancelante et traverse les cours.

Mais les voix des soldats résonnent sous les voûtes,
Les hommes d'armes noirs en ont fermé les routes ;
Eginard, échappant à ses jeunes liens,
Descend des bras d'Emma, qui tombe dans les siens.

II

Un grand trône, ombragé des drapeaux d'Allemagne,
De son dossier de pourpre entoure Charlemagne.
Les douze pairs debout sur ses larges degrés
Y font luire l'orgueil des lourds manteaux dorés.

Tous posent un bras fort sur une longue épée,
Dans le sang des Saxons neuf fois par eux trempée ;
Par trois vives couleurs se peint sur leurs écus
La gothique devise autour des rois vaincus.

Sous les triples piliers des colonnes moresques,
En cercle sont placés des soldats gigantesques,
Dont le casque fermé, chargé de cimiers blancs,
Laisse à peine entrevoir les yeux étincelants.

Tous deux joignant les mains, à genoux sur la pierre,
L'un pour l'autre en leur coeur cherchant une prière,
Les beaux enfants tremblaient en abaissant leur front
Tantôt pâle de crainte ou rouge de l'affront.

D'un silence glacé régnait la paix profonde.
Bénissant en secret sa chevelure blonde,
Avec un lent effort, sous ce voile, Eginard
Tente vers sa maîtresse un timide regard.

Sous l'abri de ses mains Emma cache sa tête,
Et, pleurant, elle attend l'orage qui s'apprête :
Comme on se tait encore, elle donne à ses yeux
A travers ses beaux doigts un jour audacieux.

L'Empereur souriait en versant une larme
Qui donnait à ses traits un ineffable charme ;
Il appela Turpin, l'évêque du palais,
Et d'une voix très douce il dit : Bénissez-les.

Qu'il est doux, qu'il est doux d'écouter des histoires,
Des histoires du temps passé,
Quand les branches d'arbres sont noires,
Quand la neige est épaisse et charge un sol glacé !
Alfred de VIGNY


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Lysli@ne

avatar

Messages : 489
Date d'inscription : 15/03/2014

MessageSujet: Re: Flammèches   28/12/2014, 11:17

Merci à vous pour ces magnifiques poèmes , j'espère Klary que ta petite fille va mieux on aurait  presque envie de se sentir mal pour être pouponnée par une mamie pareille .

Pas de neige non plus dans mon ariège du moins en plaine et il y'a des décennies que je n'ai pas eu l'occasion de faire des bonhommes de neige , ça m'étonnerait que cette année il y'en ait suffisamment pour ça encore une fois .

En tout cas la température est bien hivernale et au rendez vous .

Je vous souhaite un bon dimanche au coin du feu ou non .
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   28/12/2014, 15:17

Mes petits lutins Tessy et Raphaël ont pensé à vous...
                                                                  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Merci chère Lili...comme tu sembles également apprécier les bulles d'or qui défilent sur notre forum,
merci à toi Gibet...convions Briard- le-Champenois et tous nos amis à lever notre coupe...
Bonne année nouvelle à tous!

Que l'an 2015 soit nimbé du scintillement de ces bulles espiègles,
A peine notre coupe remplie, la magie opère...
notre regard ne peut se détacher de cette vague d'or,
si pétillante que nous n'osons la porter à nos lèvres
de crainte que ce sortilège ne cesse,
ce ballet mouvant, plein de grâce...
Ne pouvant y résister nous laissons alors
ce nectar explorer nos papilles,
savourant avec délice son premier balbutiement.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5946
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Flammèches   28/12/2014, 18:49

J'ai presque honte de dire que......j'aime pas le champagne :gwowg:
Un comble pour un Champenois pure souche lhw:

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11606
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Flammèches   28/12/2014, 21:04

Ah Thibault de Champaigne?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ou  Thibaud de Champagne dit Thibaud le Chansonnier ... et Roi de Navarre?

On savait alors parler aux dames et courtiser était un art!!

Merci chère Klary de nous le rappeler

Et puisque notre ami Briard n'apprécie pas la brillance du champagne offrons lui sans hésiter l'or de notre amitié

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Et pour vous deux, Mesdames, acceptez la brillance d'un cœur

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

GIBET

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   28/12/2014, 21:53

Brillance d'un cœur rutilant...quel bel hommage, ami Gibet!

Messire Briard si le champagne vous fait tort
permettez-moi alors de vous faire offrande
d'un autre breuvage tout aussi couleur d'or
plein de bulles moussantes et émoustillantes,
que pour vous seul aussitôt je quémande!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Douce nuit à vous, mes chers amis!
Klary Like a Star @ heaven

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11606
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Flammèches   29/12/2014, 02:50

Douce nuit à toi chère Klary ...et que ce conte Africain te berce:

Et le ciel recula


Il y a longtemps, bien longtemps, avant que nos ancêtres ne viennent s’établir dans cette contrée, le Ciel et la Terre, non seulement vivaient en bonne compagnie, mais résidaient à proximité l’un de l’autre. Ils pouvaient ainsi se concerter lors de décisions importantes à prendre qui concernaient la survie de l’humanité aussi bien que des animaux, des plantes, des roches et minéraux dont le rayonnement apportait tant de bienfaits.  Le Ciel penchait bien souvent son regard bienveillant vers les êtres vivant juste en dessous de lui. Il se courbait si fort qu’il lui arrivait de frôler la cime des manguiers et des fromagers. Parfois même, des vieux très grands de taille, comme ceux qui habitent les bords du fleuve, sentaient un frisson parcourir leur crâne aux cheveux soigneusement rasés. Ils savaient alors que le ciel leur témoignait une attention toute spéciale. Ils en retiraient un sentiment encore plus aigu de leur importance et de leurs responsabilités.  Un jour, une jeune femme, saisit une jarre de terre cuite et la plaça sur les trois pierres qui constituaient le foyer. Le bois avait déjà donné de hautes flammes. A présent, les braises rougeoyaient en sifflant harmonieusement, comme pour donner le maximum de leur chaleur. La femme s’activait, maniant avec dextérité la longue spatule de bois qui servait à remuer le mélange d’eau et de farine fermentée dans l’eau, afin d’obtenir une pâte homogène, à la surface bien lisse. Elle réalisait toutes ces opérations en silence. Car la concentration était nécessaire à une pleine réussite de cet art demeurant délicat même s’il se répétait quotidiennement.  Après avoir fini de cuire la pâte de maïs qui constituait l’essentiel du repas familial, la jeune femme racla soigneusement le fond de la marmite pour la débarrasser des morceaux qui y restaient attachés. Elle y versa deux ou trois calebasses d’eau qu’elle prit d’un énorme récipient, de terre cuite également, placé près du puits pour contenir la réserve pour la journée.  Malencontreusement, elle remua la marmite en tout sens, puis, d’un geste distrait, elle lança le contenu bien haut, de toutes ses forces.  Malheur ! L’eau s’éleva si haut qu’elle s’en vint cogner la voûte céleste.  Le Ciel, bien entendu, se mit en colère. Il gronda de plusieurs coups de tonnerre sans qu’il fasse réellement de l’orage. Mais cela ne suffit point à l’apaiser.

- Que ferais-je pour manifester mon mécontentement ? dit-il à nouveau, dans un roulement sourd.

-  Tomber de toute ma puissance sur cette femme et l’écraser ? Cela ne convient pas à ma grandeur. Je ferais mieux tout simplement de me mettre désormais hors de la portée des humains.  Depuis ce jour, le Ciel se retira loin, bien loin de la Terre. Il ne consentit plus jamais à descendre jusqu’à une distance de contact avec les humains.  Quelques morceaux de pâte de maïs flottaient dans l’eau qui le toucha. Ils y restèrent collés et forment aujourd’hui les étoiles.

C’est ainsi que par l’inadvertance d’une femme la face du monde fut irrémédiablement changée.

Extraits du "Caméléon bavard" de Dominique Aguessy,éditions Lharmattan (Bénin et Sénégal)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Briard
Admin
avatar

Messages : 5946
Date d'inscription : 05/02/2010
Age : 61
Localisation : CHAMPAGNE

MessageSujet: Re: Flammèches   29/12/2014, 09:37

Quelle que soit la culture, c'est toujours la femme qui fout le brin tgw:

_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter
F Fenelon
« Une heure glorieuse vaut une éternité obscure. »
Alan SEEGER

Bonjour à toi Invité
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   29/12/2014, 09:57

Mon cher Briard...je me demande si tu l'auras ta chope ou alors sans mousse!!! lwq:


Et si le ciel semble si loin parfois...ce serait encore la faute d'une femme !!!...
pauvres de nous, chère Lili!...heureusement il nous reste les étoiles, toujours prêtes à exaucer l'un de nos voeux.

Etoiles filantes

Dans les nuits d’automne, errant par la ville,
Je regarde au ciel avec mon désir,
Car si, dans le temps qu’une étoile file,
On forme un souhait, il doit s’accomplir.

Enfant, mes souhaits sont toujours les mêmes :
Quand un astre tombe, alors, plein d’émoi,
Je fais de grands voeux afin que tu m’aimes
Et qu’en ton exil tu penses à moi.

A cette chimère, hélas ! je veux croire,
N’ayant que cela pour me consoler.
Mais voici l’hiver, la nuit devient noire,
Et je ne vois plus d’étoiles filer.

François Coppée, L’Exilée (1877)

Et moi pourtant, j'en vois cependant depuis le fond de mon Coeur!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]





_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   29/12/2014, 11:03

Justice et Charité...de H.Chantavoine
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je ne suis pourtant pas à Pise! Very Happy

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11606
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Flammèches   29/12/2014, 15:09

Ah Hannibal tu es un vrai poète...et finalement j'apprécie ton effort d'associer ta poésie aux nôtres
Et en remerciement permets moi de t'offrir ces vers de Gomberville

Sur la solitude

Cesse d'aimer le siècle et ses fausses maximes,
Quitte un bien passager pour un bien éternel,
Et, t'offrant à ton Dieu par un vœu solennel,
Brûle du feu sacré qui brûle ses victimes.

Ne livre plus ton âme à l'horreur de tes crimes,
Dépouille le vieil homme et son esprit charnel,
Et, fuyant les plaisirs du monde criminel,
Défend même à tes sens les plaisirs légitimes.

Lasse-toi d'inviter la colère des cieux,
Cours à la pénitence et viens dans ces saints lieux
Où les cœurs n'ont que Dieu pour objet de leur flamme.

Mais n'attends pas de toi ces généreux efforts
Si Dieu ne rend ton corps esclave de ton âme,
Ton âme est pour jamais esclave de ton corps

Gomberville (1600-1674)

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11606
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Flammèches   29/12/2014, 15:13

Et pour toi chère Klary celui-ci:

Roses de Hongrie


Sainte Elisabeth, 19 novembre.

Un chacun de vous aime et prie
A mains jointes, d'un cœur fervent,
Sainte Elisabeth de Hongrie
Qui fut un miracle vivant.

Dieu, pour elle, un jour, fit des roses,
Dieu fit des fleurs de paradis :
On a jadis conté ces choses,
Et moi, chrétiens, je les redis.


* * *

Elisabeth étant duchesse,
Femme d'un baron de haut lieu,
Ayant puissance, honneur, richesse,
Aimait les pauvres du bon Dieu.

De son manoir en la chaumière
La sainte descendait souvent,
Comme un doux rayon de lumière,
Un rayon de soleil levant.

Elle pansait, d'une main sûre,
Les membres qu'un long mal meurtrit ;
Elle répandait sans mesure
L'or et la paix de Jésus-Christ.

Un jour, où la brise d'automne
Glaçait les pauvres jusqu'aux os,
Et que sa plainte monotone
Faisait peur aux petits oiseaux ;

La sainte, seule, par la plaine
S'en allait d'un pas diligent,
Portant dans son manteau de laine
Des fruits, du pain, des sous d'argent.

Tout à coup, une voix résonne :
C'est le fier baron, son époux ;
Elisabeth pâlit, frissonne :
« Dans ce manteau que portez-vous ? »

« Dénouez ce manteau. » - « Je n'ose. »
« - Je veux !… » D'une tremblante main
Elisabeth l'ouvre : une rose
S'en échappe et tombe au chemin.

En odorantes avalanches
Il en tombait, tombait, tombait,
Des roses rouges et des blanches,
Du grand manteau d'Elisabeth.

Le baron cria : « Quel mystère !
Quel miracle Dieu fait pour nous !… »
Et se courbant jusques à terre,
Il cueillait des fleurs à genoux.

Voilà mon histoire des roses :
On me la dite et je la dis ;
Doux miracle !… Héla, de ces choses,
On n'en voit plus qu'en Paradis.

Victor Delaporte, S.J.

In "Le Messager du Cœur de Jésus", Novembre 1898

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11606
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Flammèches   29/12/2014, 15:16

Et celui-ci pour tous:

La bonté

Vivre en soi, ce n'est rien ;
il faut vivre en autrui.
A qui puis-je être utile
et agréable, aujourd'hui ?
Voilà, chaque matin,
ce qu'il faudrait se dire.
Et, le soir, quand des cieux
la clarté se retire,
heureux à qui son coeur
tout bas a répondu :
"Ce jour qui va finir,
je ne l'ai pas perdu.
Grâce à mes soins, j'ai vu,
sur une face humaine,
la trace d'un plaisir
ou l'oubli d'une peine".

Auteur inconnu

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   29/12/2014, 17:36

Merci pour ces  poèmes apaisants  car si bien choisis, cher Gibet!

C'EST L'H'EURE DUN PETIT GOÛTER AUTOUR DES 13 DESSERTS ET DE BULLES DOREES... QU'ELLE QU'EN SOIT LEUR NATURE...POUR LEVER NOS VERRES à NOTRE AMITIË SINCERE!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

En partage aussi ce magnifique champ de lavande pour embaumer votre soirée, mes amis!
Klary :heart
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11606
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Flammèches   30/12/2014, 05:00

Quelle belle image ce sera la dernière pendant 3 jours car je pars demain pour un réveillon Vendéen et je rentre le trois
Je serais démunis de PC ...Mais pas de cœur alors je penserai à vous
Je dépose ici mes affectueux bisous pour 2015...n'oubliez pas de vous servir le 1erjanvier à 00h00
GIBET

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   30/12/2014, 08:37

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Bonne année à toutes les choses,
Au monde, à la mer, aux forêts.
Bonne année à toutes les roses
Que l’hiver prépare en secret.

Bonne année à tous ceux qui m’aiment
Et qui m’entendent ici-bas.
Et bonne année aussi, quand même,
À tous ceux qui ne m’aiment pas.

Rosemonde Gérard

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Voici la nouvelle année
Souriante, enrubannée,
Qui pour notre destinée,
Par le ciel nous est donnée :
C’ est à minuit qu’ elle est née.
Les ans naissent à minuit
L’un arrive, l’autre fuit.
Nouvel an ! Joie et bonheur !

Tristan Derème

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   1/1/2015, 02:09

Une vague est passée, une autre arrive...
Je souhaite qu'elle vous berce, tout au long de cette nouvelle année et revigore nos échanges.
Bonne Année, santé et prospérité pour vous et vos proches.
Klary I love you
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   3/1/2015, 09:52

Bonjour , mes chers amis!
Sur les pétales de la rose pourprée
j''ai cueilli le givre  du 1er janvier...
en formulant mille voeux de sérénité et de paix
pour accompagner fidèlement l'humanité.
Klary

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven

Raffolant des contes et des traditions, je vous invite à relire des souvenirs de Frédéric Mistral

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   3/1/2015, 12:07

Incontournable musique du 1er de l'an!


_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11606
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Flammèches   3/1/2015, 20:01

Ben voila grâce à Klary ... tout est dit ou presque!!

L’Histoire du Nouvel an

La célébration du Nouvel An est la plus vieille célébration au monde. La toute première daterait de plus de 4000 ans et était célébrée à Babylone. La nouvelle année commençait alors avec la première Nouvelle Lune qui suivait le solstice de printemps.

Le début du printemps est en effet un moment logique pour commencer la nouvelle année. Car après tout c’est la saison de la renaissance, le moment où l’on plante la nouvelle récolte et où les plantes refleurissent. Les célébrations babyloniennes du Nouvel An duraient onze jours. On y célébrait le dieu Mardouk qui protégeait les récoltes. Chaque jour avait sa propre célébration, et il est certain que nos festivités modernes de la Saint-Sylvestre sont bien pâles en comparaison.

En 46 Av. J-C, Jules César, établi le Calendrier Julien, le 1er janvier représente alors le jour du Nouvel An et pour synchroniser le calendrier avec le soleil, César a dû créer une année de 445 jours. Les Romains dédiaient ce jour à Janus, Dieu des portes et des commencements.

A la chute de l’empire romain, cette tradition tend à disparaître pour reprendre au Moyen Âge. Mais les dates sont différentes selon les pays, pour les Anglais le nouvel an avait lieu en mars, pour les Français le dimanche de Pâques et pour les Italiens à Noël.

Il faut attendre l'instauration du calendrier grégorien par le pape Grégoire XIII en 1582 pour que l'année commence le 1er janvier sans avoir à jouer avec les dates.

Les Traditions autour du nouvel an

Les bonnes résolutions : C’est l’une des plus importantes traditions de cette période. Là aussi cette coutume date des Babyloniens. Si nos résolutions modernes les plus populaires sont celles d’arrêter du fumer ou de faire du sport, sous Babylone, la résolution la plus populaire était celle de rendre l'équipement agricole emprunté.

L’échange de présents : Dans la Rome antique on s'échangeait des pièces et des médailles à l'occasion du changement d'année. Ces présents étaient des échanges de bons présages pour l'année à venir et des gages d'amitié entre romains.

Les cartes de vœux : C’est au Moyen âge que la carte de vœux fait son apparition. On envoyait alors un petit présent à sa famille en l'accompagnant d'une lettre de vœux peinte à la main. Cette tradition a complètement disparu au XVI ème siècle pour revenir en force XVIII ème siècle.

La première carte de vœux moderne est anglaise. Elle date de 1843 et a été dessinée par John Calcott. Dès 1860 l'envoi des cartes de vœux remporte un franc succès et se généralise partout.

S’embrasser sous le gui : Ce geste est lui aussi un héritage des traditions et croyances anciennes. Le feuillage vert et persistant du gui lui conférait des pouvoirs surnaturels, car son feuillage « ne mourrait jamais ». Pour les druides le gui portait bonheur. Il avait aussi d’autres pouvoirs qui permettaient aux femmes d’avoir des enfants, qui garantissaient de bonnes récoltes et protégeait du mauvais sort. Aujourd’hui, nous avons gardé l'habitude de nous embrasser sous le gui, le soir du réveillon de la nouvelle année, afin de connaître le bonheur sentimental et le mariage pour les célibataires.

Manger certains produits : Beaucoup de cultures pensent que manger quelque chose en forme d'anneau apporterait la chance. En effet le cercle symbolise l’achèvement du cycle d'une année. Ainsi, les hollandais mangent des beignets ronds (les donuts) le jour de l’an afin d’avoir de la chance durant toute l’année.

En Espagne : A chaque coup des 12 coups de minuit, on mange un grain raisin.

En Italie : On mange des plats spéciaux, censés apporter richesse et abondance. Ces sont en général des brioches, des plats de lentilles ou des gâteaux enrobés de miel.

En Russie : Pendant les 12 coups de minuit, on boit du champagne. Ensuite, à la fin des 12 coups, on ouvre la porte ou la fenêtre afin que le nouvel an entre dans la maison.


Les Nouvels Ans du bout du monde


En Chine : Le nouvel an est fêté entre le 21 janvier et le 20 février. Comme le calendrier chinois est un calendrier luni-solaire, la date du Nouvel An chinois varie d'une année sur l'autre.

Au Cambodge : Le Nouvel An est fêté du 13 au 15 avril.

Le nouvel an persan : Norouz, est célébré depuis au moins 3000 ans et découle de rituels et de traditions du Zoroastrisme. Aujourd'hui, cette fête est célébrée dans les pays qui ont été soit conquis soit influencés par l'Empire Perse. On trouve bien sûr l'Iran, mais aussi l'Irak, l'Afghanistan, certaines parties du Moyen-Orient ainsi qu’au Tadjikistan, en Ouzbékistan, en Azerbaïdjan, au Kazakhstan, et au Kyrgyzstan. Cette fête est aussi célébrée par les Parsis zoroastriens d’Inde et de Turquie. Certaines communautés la célèbre le 21 mars, d'autres le jour de l'équinoxe vernal, qui a lieu le 20, 21 ou 22 mars.

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11606
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Flammèches   3/1/2015, 20:08

En ce premier jour de l'An on va donner moult baiser ...mais savez vous d'où vient le baiser?

   L'origine du baiser

       
   « Des manifestations qui ressemblent au baiser, soit dans le but d'exprimer l'affection, soit dans celui d'exprimer l'émotion sexuelle, se discernent dans toute la série animale, depuis les animaux inférieurs jusqu'à l'homme.
   Lorsque des limaçons et certains insectes se caressent de leurs antennes, pendant les rapports sexuels, cette action est de la nature du baiser.
   Les oiseaux se servent de leur bec pour une sorte de caresse. En parlant des guillemots et de leur habitude de se mordre aux pattes l'un l'autre, et de l'intérêt que le mâle prend toujours à ce procédé, qui soulage probablement l'irritation causée par les insectes, Edmond Selous remarque : « Lorsqu'ils se mordent et se nettoient les plumes mutuellement, je suppose qu'on est en droit de dire qu'ils se choient et se caressent, l'expression et la pose de l'oiseau qui subit ce traitement étant souvent béates. »

   ( E. Selous, Bird Uwatching, 1901, p. 191. Cet auteur ajoute: «Il semble, en effet, probable que l'obtention d'un bénefice pratique pareil ait été l'origine de la caresse dans la nature tout entière.»(N. D. A.)).

   Chez les mammifères, par exemple chez le chien, nous observons des actes qui ressemblent de près au baiser. Le chien qui renifle, lèche et mord gentiment son maître ou une chienne, combine la plupart des activités sensorielles impliquées dans les formes si variées du baiser humain.
   Le baiser pratiqué par les hommes implique surtout soit le sens tactile, soit le sens olfactif. Parfois il implique à quelque degré ces deux éléments sensoriels

   (Tylor appelle le baiser «la salutation par le goût» et d'Enjoy le definit comme «une morsure et une succion». Mais il semble qu'il n'y ait pas de preuves que le baiser contienne aucun élément gustatif au sens strict du mot).

   Le baiser tactile est sans doute très ancien et primitif. Il est commun chez les mammifères en général. Le bébé humain possède, à un degré très marqué, I'impulsion de porter à sa bouche, de lécher et d'essayer de goûter toute chose. Compayré a supposé que cela vient probablement d'un souvenir de l'action des lèvres qui s'efforcent de saisir le mamelon maternel (Compayré, L'Évolution intellectuelle et morale de l'enfant, p. 9).
   Un enfant affectueux, dit Mantegazza, n'applique pas seulement des objets inanimés à ses lèvres ou à sa langue, mais il lèche de lui-même les personnes qu'il aime (Mantegazza, Physiognomy and Expression. p. 144).
   Stanley Hall, en examinant une grande quantité d'informations sur ce point, trouva que « certains enfants tiennent à lécher les joues, le cou, les mains des personnes qu'ils désirent caresser », ou qu ils aiment à se faire lécher par des animaux.

   (Comme on l'a vu, c'est par la bouche que l'enfant entre d'abord, et pendant quelque temps exclusivement, en contact avec le monde - d'où la notion freudienne de stade oral réceptif puis agressif, couvrant approximativement la premiere année de la vie. On ne doit donc pas s'étonner que ce mode de relation demeure préponderant chez certains peuples, même à des périodes ultérieures de l'existence (N. D. É.)).

   On peut rapprocher cette impulsion des enfants de l'impulsion maternelle des animaux à lécher leurs petits. "La méthode de lécher les petits, pratiquée par la mère, dit S.S. Buckman, serait cause que l'action de lécher soit associée à des sensations agréables. De plus, le frottement permet le soulagement de l'irritation causée par les parasites et devient ainsi agréable. Il est même possible que le désir de la mère de lécher ses petits ait été produit en premier lieu par le désir de procurer à sa progéniture un plaisir qu'elle avait ressenti elle-même" Il est donc possible de regarder l'impulsion d'un enfant à lécher comme une manifestation éphémère d'une impulsion animale plus fondamentale (Dans certaines parties du monde, l'impulsion persiste jusqu'à la vie adulte. Sir S. Baker, Ismailia, p 472, rapporte qu'on lèche les yeux comme une marque d'affection. (NDA)), manifestation qui est susceptible d'apparaître dans la vie adulte sous l'empire d'une forte émotion sexuelle.
   Cette association est importante, s'il est vrai, comme il y a lieu de le croire, que le baiser de l'amour sexuel est à l'origine le développement du baiser plus primitif que la mère donne à son enfant, car parfois on trouve que le baiser maternel est pratiqué là où le baiser sexuel est inconnu. L'impulsion à mordre forme aussi une partie de l'élément tactile qui se trouve à la base du baiser.
   Stanley Hall constate que les enfants aiment à mordre, mais pas toujours comme une marque d'affection. Mais on peut constater dans l'action de mordre une origine distinctement sexuelle, car chez beaucoup d'animaux les dents (et chez les oiseaux le bec) servent au mâle pour saisir plus fermement la femelle pendant les rapports sexuels.
   L'héroïne de Penthesilea de Kleist remarque que "le baiser (Kusse) rime avec la morsure (Bisse), et celui qui aime de tout son cÏur peut facilement confondre les deux".
   Le baiser, tel qu'il existe en Europe, s'est développé sur une base sensorielle, qui est surtout tactile, bien que parfois il puisse y coexister un élément olfactif. Le baiser ainsi compris n'est pas très répandu et on ne le rencontre pas, d'ordinaire, chez les peuples rudes et non civilisés.
   Nous pouvons suivre la trace du baiser dans l'antiquité aryenne et sémitique mais non pas sous une forme précise. Homère l'a à peine connu, et les poètes grecs en parlent rarement. De nos jours, on peut lire que le baiser est connu partout en Europe, sauf en Laponie. Même en Europe, c'est probablement une découverte relativement moderne ; et Rhys affirme que dans aucune des langues celtiques il n'existe pas de terme pour "baiser"; le mot dont on se sert est toujours dérivé du mot latin "pax" (W. Moore et J. Rhys, Book of common player in Manx Gaelic,1895). Mais, à une période historique assez reculée, les Celtes du Pays de Galles tout au moins ont appris à connaître le baiser, mais il était regardé comme une chose sérieuse et on en usait avec modération ; la loi ne permettait le baiser qu'en des occasions spéciales, comme par exemple à l'occasion d'un jeu qui s'appelait le jeu des cordes, ou dans des festins ; une femme qui, en dehors de ces occasions embrassait un homme autre que son mari pouvait être répudiée.
   Dans toute l'Asie orientale, le baiser est inconnu. Dans la littérature japonaise, les baisers n'ont pas de place. "Au Japon, le baiser est tout à fait inconnu comme marque d'affection, dit Lafcadio Hearn, si nous exceptons le seul fait que les mères japonaises, comme les mères de tous les pays, embrassent et étreignent parfois leurs bébés. Après la première enfance, il n'y a plus d'embrassement ou de baiser ; ces actions sont considérées comme inconvenantes, sauf dans le cas de bébés. Jamais des jeunes filles ne s'embrassent mutuellement ; jamais les parents n'embrassent leurs enfants qui ont déjà appris à marcher (Les mères annamites remplacent actuellement le baiser à leur enfant en le respirant, comme on fait d'une fleur qui sent bon). Cela est vrai, a été vrai toujours, pour toutes les classes ; la poignée de main est tout aussi inconnue. Lorsque les Japonais se rencontrent après une longue absence, ils sourient, peut-être ils crient un peu, il peut même arriver qu'ils se frappent, mais c'est tout. L'affection japonaise est démontrée surtout par des actes de courtoisie et d'amabilité exquises." (L. Hearn, Out of the East, 1895, p. 103.)
   Chez presque routes les races noires de l'Afrique, les amants ne s'embrassent jamais, ni, d'ordinaire, les mères leurs bébés (W. Roth, Ethnological Notes among the Queensland aborigines, p. 184).
   Chez les Amérindiens, le baiser tactile est le plus souvent inconnu, bien que çà et là, comme chez les Fuégiens, les amants se frottent les joues l'une contre l'autre ( Hyades et Deniker, Mission scientifique du Cap Horn, t. Vll, p. 245).
   Les Malais ignorent le baiser.
   Au Queensland septentrional, dit Roth, les mères (mais non pas les pères) embrassent les bébés, et le baiser est aussi pratiqué entre gens mariés. Mais Roth ne peut pas dire s'il s'agit d'une coutume introduite ; il ajoute que la langue pitta-pitta possède un mot pour désigner le baiser.
   Mais il faut remarquer que, dans plusieurs parties du monde où le baiser tactile, comme nous le comprenons, est considéré communément comme inconnu, il existe tout de même entre la mère et le bébé, et cela semble confirmer l'opinion de Lombroso que le baiser des amants est issu du baiser maternel. Ainsi les Zoulous Angoni du nord du Zambèze embrassent leurs petits enfants sur les deux joues, et chez les Fuégiens, dit Hyades, les mères embrassent leurs bébés.
   Il paraît même qu'au début du Moyen Age le baiser n'était pas très répandu en Europe comme expression d'amour sexuel ; il était plutôt un raffinement de l'amour, pratiqué seulement par les classes plus cultivées. Dans la vieille ballade de Glasgerion, la dame soupçonna son visiteur secret de n'être qu'un rustre, et non le chevalier qu'il prétendait être, parce qu'en venant au lieu de son maître pour passer la nuit avec elle il ne donna de baiser ni en arrivant ni en partant, mais la rendit simplement enceinte.
   Ce n'est que dans un état de civilisation relativement élevé que le baiser s'est développé dans l'art de l'amour. L'auteur arabe du Jardin parfumé, par exemple, ouvrage qui révèle l'existence d'un haut degré de culture, insiste sur la grande importance du baiser, surtout de celui appliqué à l'intérieur de la bouche, et il cite un proverbe : "Un baiser humide est meilleur qu'un coït précipité. "
   Les auteurs érotiques, hindous, latins et plus modernes, font fréquemment des allusions à ces baisers, ainsi qu'à ceux sur la bouche en général comme méthode la plus efficace pour inspirer l'amour.
   Le fait que dans l'Orient antérieur le baiser était largement monopolisé pour des usages sacrés a pu constituer un empêchement pour le développement du baiser dans la direction sexuelle. De sorte qu'on n'en a pas facilement distingué la puissance érotique.
   Chez les anciens Arabes, les dieux étaient adorés au moyen d'un baiser (Osée Xlll, 2 ; I Rois , XIV, 18). C'était la manière ordinaire de saluer les divinités de la maison en entrant ou en sortant (Wellhausen, Reste Arabischen Heidenthums, p. 109).
   À Rome, le baiser était un signe de vénération et de respect, beaucoup plus qu'une méthode d'excitation sexuelle (Les Romains reconnaissaient au moins trois sortes de baisers : l'osculum pour l'amitié, donné sur le visage ; le basium, pour l'affection, sur les lèvres ; le suavium entre les lèvres, réservé, aux amants (N. D. A.)).
   Chez les chrétiens primitifs, le baiser avait une signification presque sacramentelle. Il conserve son sens ancien et sérieux dans plusieurs usages des églises d'Occident et plus encore de celles d'Orient ; les reliques des saints, le pied du pape, les mains des évêques reçoivent des baisers autant que les images des dieux chez les Grecs anciens. Nous avons encore dans notre entourage un cxemple légalement reconnu du caractère sacré du baiser, dans la forme du serment prêté en baisant le Nouveau Testament.
   Jusqu'ici nous nous sommes surtout occupés du baiser tactile, qu'on suppose parfois avoir pris origine, dans des temps éloignés, à l'est de la méditerranée, où le vassal embrassait son suzerain et où le baiser d'amour était connu des Hébreux, comme nous l'apprenons par le Cantique des Cantiques. Ce baiser tactile a conquis maintenant presque la totalité de l'Europe.
   Mais une autre sorte de salutation, le baiser olfactif, règne sur une bien plus grande partie du monde et mème dans un coin de l'Europe, en Laponie, et chez les Yakouts de Sibérie. Ce baiser varie de forme dans les différentes régions et ressemble parfois à un baiser tactile, mais comme il existe en Chine, où il a été soigneusement étudié par d'Enjoy, on peut dire qu il consiste en trois phases : 1° le nez est appliqué à la joue de la personne aimée ; 2° il y a une longue aspiration nasale, accompagnée d'un abaissement des paupières; 3° il y a un léger claquement des lèvres sans application de la bouche à la joue qu'on embrasse.
   Le processus entier, dit d'Enjoy, est fondé sur le désir sexuel sur le désir de nourriture, l'odorat étant le sens employé dans les deux cas. Dans la forme décrite par d'Enjoy, nous avons la variété mongole du baiser olfactif.
   Pour les Chinois, le baiser européen est répugnant ; ce baiser les fait penser à des cannibales voraces, et dans les colonies françaises les mères jaunes font peur à leurs enfants en les menacant de leur donner le baiser du blanc. Les Chinois regardent leur propre baiser comme exclusivement voluptueux : il n'est convenable qu'entre amants, et non seulement les pères évitent d'embrasser leurs enfants, sauf tant que ces enfants sont très jeunes, mais même les mères ne donnent à leurs bebés que des baisers rares et furtifs.
   On rencontre le baiser olfactif chez certaines tribus des collines du sud-est de l'lnde; le nez est appliqué sur la joue pendant la salutation, avec une forte inhalation. Au lieu de dire "embrasse-moi" on dit "renifle-moi".
   Un correspondant médical de Ceylan m'informe que les Tamils ne se donnent pas de baiser pendant le coït, mais on se frotte le nez et on se lèche la bouche et la langue l'un de l'autre.
   Le baiser olfactif est connu en Afrique. En Gambie, dans l'Afrique occidentale, un homme qui salue une femme prend la main de cette femme, la porte au nez et en sent deux fois le dos.
   Chez les Jekris de la Nigérie, les mères frottent leurs bébés de leur joue ou de leur bouche, mais sans baiser : les amants ne connaissent pas non plus le baiser, mais ils se serrent l'un contre l'autre et se caressent (Journal Amhr. Inst. août et novembre 1898, p.107).
   Chez les Swahilis, il y a un baiser olfactif et on apprend aux garçons en très bas âge à soulever leurs vêtements devant des visiteuses qui sentent alors le pénis avec enjouement ; cette action de l'enfant s'appelle "donner du tabac" (Velten, Sitten und Gebraüche, etc., p. 142).
   Il semble que chez une grande partie des Amérindiens on ne donne pas de baisers aux enfants. Im Thurn constate que le baiser est inconnu des indigènes de la Guyane, et à l'autre bout de l'Amérique du Sud, Hyades et Deniker constatent qu'il est inconnu des Fuégiens.
   Dans l'Amérique du Nord, le baiser olfactif est connu des Esquimaux, et on l'a rencontré chez quelques tribus d'Amérindiens, comme les Pieds Noirs. La même chose est vraie pour la Polynésie.
   À Samoa, le baiser se faisait en sentant (Turner. Samoa, p. 45). En Nouvelle-Zélande, le hongi, ou serrement des nez, était le baiser de bienvenue, de deuil et de sympathie (Tregear. Journal Amhr. Inst. ,1889). Dans l'archipel malais, on dit que le même mot signifie "saluer" et "sentir". Chez les Dayaks de l'archipel malais, l'usage du baiser est inconnu, d'après Vaughan Stevens (Zeischrift für Ethnologie, 1896, fasc. 4, p, 272).
   À Bornéo, dit Breitenstein (Breitenstein, 21 Jahre in Indien, t. 1, p. 224) , baiser c'est sentir et est désigné par le mot qui signifie "sentir "; mais cet auteur n'a jamais vu un homme embrasser une femme ; cela se fait toujours dans l'intimité.
   On voit donc que le baiser olfactif est beaucoup plus répandu que le baiser tactile de l'Europe, ou plutôt de la Méditerranée. Mais dans son développement le plus complet, le baiser olfactif se trouve surtout chez les peuples de race mongole, ou chez les peuples jaunes qui leur sont plus ou moins apparentés.»

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le baiser de Gustav Klimt

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3856
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Flammèches   3/1/2015, 20:54

Bon retour, cher gibet...merci pour avoir partagé les traditions du Nouvel an et la belle analyse du baiser! Il est des poètes qui ont admirablement décrit le baiser en liant ses deux aspects tactile et olfactif.


Baiser
Quand ton col de couleur rose
Se donne à mon embrassement
Et ton oeil languit doucement
D’une paupière à demi close,

Mon âme se fond du désir
Dont elle est ardemment pleine
Et ne peut souffrir à grand’peine
La force d’un si grand plaisir.

Puis, quand s’approche de la tienne
Ma lèvre, et que si près je suis
Que la fleur recueillir je puis
De ton haleine ambroisienne,

Quand le soupir de ces odeurs
Où nos deux langues qui se jouent
Moitement folâtrent et nouent,
Eventent mes douces ardeurs,

Il me semble être assis à table
Avec les dieux, tant je suis heureux,
Et boire à longs traits savoureux
Leur doux breuvage délectable.

Si le bien qui au plus grand bien
Est plus prochain, prendre ou me laisse,
Pourquoi me permets-tu, maîtresse,
Qu’encore le plus grand soit mien?

As-tu peur que la jouissance
D’un si grand heur me fasse dieu?
Et que sans toi je vole au lieu
D’éternelle réjouissance?

Belle, n’aie peur de cela,
Partout où sera ta demeure,
Mon ciel, jusqu’à tant que je meure,
Et mon paradis sera là.

JOACHIM DU BELLAY (1542)

...et un second que j'aime particulièrement

Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce?
Un serment fait d'un peu plus près, une promesse
Plus précise, un aveu qui peut se confirmer,
Un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
C'est un secret qui prend la bouche pour oreille,
Un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille,
Une communion ayant un goût de fleur,
Une façon d'un peu se respirer le coeur,
Et d'un peu se goûter au bord des lèvres, l'âme!

Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, Acte III, scène 10

Belle nuit à vous , amis...et doux rêves!
Klary Like a Star @ heaven
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11606
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Flammèches   4/1/2015, 02:56

Ah Klary...Cyrano de Bergerac je l'avais oublié celui là!!


_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Flammèches   

Revenir en haut Aller en bas
 
Flammèches
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 15 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» Flammèches

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Mains :: ARTS ET BEAUTE :: La Main des poètes-
Sauter vers: