Nos Mains

Forum de discussion entre amis portant sur l'actualité, la politique, la société et tous les sujets que nous prendrons en Main ensemble.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion












Répondre au sujet
Partagez | 
 

 Commentaire de films

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Commentaire de films   21/2/2010, 18:50

Je crois plutôt que j'abuse trop de la bouteille la nuit... drunken
Je vais trinqué avec Quantat pour la peine Wink
Revenir en haut Aller en bas
Carolis

avatar

Messages : 813
Date d'inscription : 28/01/2010

MessageSujet: Re: Commentaire de films   21/2/2010, 21:05

EddieCochran a écrit:
30 -

Une note super féminine ne saurait faire de mal.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




Et comme le CSA nous impose la parité des temps de passage des courants politiques :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

===============

Eddie, Eddie, tssss, tsss, vous êtes vraiment imprudent. Mon petit doigt me dit qu'ils sont certainement soufflés à l'hélium. Attention de vous envoler avec, je dirais que votre passeport serait mal choisi pour une arrivée toute cordiale. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Carolis

avatar

Messages : 813
Date d'inscription : 28/01/2010

MessageSujet: Re: Commentaire de films   21/2/2010, 21:07

Mara-des-bois a écrit:
un artisan a écrit:
incontestablement ,il prône l'ouverture à tous les courants...d'air

Il va surtout falloir que quelqu'un se sacrifie pour faire la SarkozyGirl, parce que Notre Glorieuse Magnificence va nous faire un drame, là...


Mab -qui se devoue ?-

=================

Ben moi, j'ai pas l,accent ! Faut chercher ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Commentaire de films   21/2/2010, 23:25

Bon pour reprendre le topic dans sa ligne droite.

Dernier film vu : De l'or pour les braves ( c'est du bon, surtout avec le cinglé pirat )
Zombieland : J'reste sur ma fin, ça vaut pas un Roméro n'est ce pas Zinck ? Wink
Le dernier OSS 117 Rio ne répond plus, qui est à mourir de rire ..

Et c'est déjà pas mal !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Commentaire de films   21/2/2010, 23:52

Je l'ai Zombieland Ami Troska sur mon ordi .
Sinon il y a:
_ 30 jours de nuit (pas mal)
_Mutant version 2009( pas mal)
_Quarantine ( alias REC) une grosse merde !!
_Zombie streppers ( pas mal ) !
_28 jours plus tard. (Pas mal )
_Une nuit en enfer il y a 3 films ( le 1 est 3 sont pas mal) le 2 est à bannir!
_The rage (pas mal)
_28 semaines plus tard ( pas mal)
_Diary of the dead ( nul) !!
_Dead snow ( un peu plus que la moyenne)!
_Plane dead (Pas mal)
_Résident Evil le un et deux ( pas mal) mais le 3 une grosse daube!
_Les revenants ( une grosse merde)


Sinon pour sortir un peu du registre :
_Vertige 2009 (Excellent de belles images, du suspense et de l'horreur)
_Dérive mortel ( excellent ) suspense et je ne sait quoi !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Commentaire de films   22/2/2010, 08:16

Pour ma fille (la petite derniere, l'enquiquineuse), l'indispensable, c'est "Slumdog Millionnaire" :





Au rayon souvenir, c'est "Benny & Joon" :





Mab
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Commentaire de films   7/3/2010, 17:11

Un de mes chouchous, "Master & Commander",





Mab
Revenir en haut Aller en bas
Carolis

avatar

Messages : 813
Date d'inscription : 28/01/2010

MessageSujet: Re: Commentaire de films   7/3/2010, 20:08

Mara-des-bois a écrit:
Pour ma fille (la petite derniere, l'enquiquineuse), l'indispensable, c'est "Slumdog Millionnaire" :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Au rayon souvenir, c'est "Benny & Joon" :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

==============

Et le film est tellement bon. J'ai adoré ! Il vaut le déplacement. Je vous le recommmande chaleureusement



Mab
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Commentaire de films   7/3/2010, 20:14

Ciel, toi aussi Carolis tu es fan de Slumdog Millionnaire ?
Avez vous francisé ou traduit le titre du film, au Quebec ?

J'ai constaté que les versions françaises et quebecoises des productions zetanzuniennes differaient légèrement, chers cousins, vous etes plus rigoureux dans la traduction.


Mab
Revenir en haut Aller en bas
Carolis

avatar

Messages : 813
Date d'inscription : 28/01/2010

MessageSujet: Re: Commentaire de films   7/3/2010, 21:54

Mara-des-bois a écrit:
Ciel, toi aussi Carolis tu es fan de Slumdog Millionnaire ?
Avez vous francisé ou traduit le titre du film, au Quebec ?

Le titre était le Millionnaire pouilleux. J'ai aimé voir les bidonvilles de l'Inde, voir comment les gens se débrouillent, les paysages.

J'ai constaté que les versions françaises et quebecoises des productions zetanzuniennes differaient légèrement, chers cousins, vous etes plus rigoureux dans la traduction.
Ça fait plaisir d'entendre cela. TU sais, le français est constammment menacé ici. Nous sommes entourés d'une mer de 350 millions d'anglos. La culture américaine nous submerge. Ce n'est pas pour rien que Anglos et Francos se cotoient peu. Ils ne connaissent rien à notre culture, à nos chanteurs, même des sommités. À Mtl, la langue anglaise est encore en train de gagner du terrain et ce, malgré la loi 101.
Les immigrants et les francophones fortunés qui veulent que leurs enfants soient complètement bilingues les envoient à l'école anglaise privée. Il leur en coûte entre 15 et 20 000 $. Puis après deux ans, les enfant s sont acheminés dans le système public anglophone et la scolarité est gratuite. Comment contourner la loi 101 !!!
Ceci étant dit gentiment : nous trouvons très choquant que les Français utilisent autant d'anglicismes par pur snobisme, nous, l a langue française est un souci de tous les instants.

Mab
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11634
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Commentaire de films   8/3/2010, 03:10

Bravo Carolis moi aussi je me bat tant pour notre langue commune. Il est difficile de fa faire comprendre au petit français qu'une langue c'est le plus beau trait d'union avec notre culture et nos ancêtres.
Les anglicismes et autres barbarismes se multiplient chez nous aussi par fainéantise de bien parler sa langue.
Aidez-nous à la garder pure car un jour c'est chez vous que nous irons l'apprendre!

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Carolis

avatar

Messages : 813
Date d'inscription : 28/01/2010

MessageSujet: Re: Commentaire de films   8/3/2010, 20:49

GIBET a écrit:
Bravo Carolis moi aussi je me bat tant pour notre langue commune. Il est difficile de fa faire comprendre au petit français qu'une langue c'est le plus beau trait d'union avec notre culture et nos ancêtres.
Les anglicismes et autres barbarismes se multiplient chez nous aussi par fainéantise de bien parler sa langue.
Aidez-nous à la garder pure car un jour c'est chez vous que nous irons l'apprendre!

Là, ce serait le comble de l'impertinence ! Savais-tu que vers 1759, le français que nous parlions ici était plus pur que le vôtre ? Ben oui, le français dans toute sa pureté se parlait uniquement à la Cour. Dans les autres régions de la France, chacune avait son dialecte. Mais après la Conquête de la NOuvelle-France, les nobles, les Français instruits et autres notables sont retournés en France et il n e resta ici que la lie et ceux qui comprirent qu'il se serait facile de grimper dans l'échelle sociale. Mais ce fut le haut clergé qui gagna les sommets et qui nous mit sous sa férule. C'était un brin d'histoire ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Commentaire de films   11/3/2010, 13:49

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18378009&cfilm=109342.html

Pas trouvé de video directe, merci Allociné !


Mab
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Commentaire de films   23/8/2010, 19:59

Pendant les vacances, faute de programmes tv convenables, on se coltine en DVD les trilogies et compagnie (surtout compagnie).

Toujours au rayon bateaux, fantomes ou nom,




Mab
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11634
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Commentaire de films   23/8/2010, 20:34

Carolis a écrit:
GIBET a écrit:
Bravo Carolis moi aussi je me bat tant pour notre langue commune. Il est difficile de fa faire comprendre au petit français qu'une langue c'est le plus beau trait d'union avec notre culture et nos ancêtres.
Les anglicismes et autres barbarismes se multiplient chez nous aussi par fainéantise de bien parler sa langue.
Aidez-nous à la garder pure car un jour c'est chez vous que nous irons l'apprendre!

Là, ce serait le comble de l'impertinence ! Savais-tu que vers 1759, le français que nous parlions ici était plus pur que le vôtre ? Ben oui, le français dans toute sa pureté se parlait uniquement à la Cour. Dans les autres régions de la France, chacune avait son dialecte. Mais après la Conquête de la NOuvelle-France, les nobles, les Français instruits et autres notables sont retournés en France et il n e resta ici que la lie et ceux qui comprirent qu'il se serait facile de grimper dans l'échelle sociale. Mais ce fut le haut clergé qui gagna les sommets et qui nous mit sous sa férule. C'était un brin d'histoire ...
Oui sauf le cas du Centre de La France (Orléans) royaume franc tout petit où donc les gens prétendent avoir détenu depuis le début le privilège de parler le "franc ...ais"'"

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
gébé



Messages : 255
Date d'inscription : 28/10/2012

MessageSujet: Re: Commentaire de films   5/11/2012, 19:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Stalker de Tarkovski ci-dessus( et tous ses peu nombreux films: Andreï Roublev,..)
Opening the night de Cassavetes ( d° )
La soif du mal d'Orson Welles ( d°)
White materials de Claire Denis ( d° )
mauvais sang de Léos carax ( d° )

_________________
<"Celui qui reçoit une de mes idées la reçoit sans m'en priver, comme celui qui éclaire sa bougie grâce à la mienne reçoit la lumière sans me plonger dans le noir."
Thomas Jefferson


Bonjour à toi Invité >
Revenir en haut Aller en bas
gébé



Messages : 255
Date d'inscription : 28/10/2012

MessageSujet: Re: Commentaire de films   10/1/2013, 17:05

L'année a merveilleusement commencé puisque l'on m'a offert le dernier film de Léos Carax, "Holy Motors" qui est un pur chef-d'oeuvre.

Le thème est puissant, déjà entrevu: celui du réel et du virtuel, mais Carax y ajoute sa pinte de pure création poétique: la part d'unique, d'identité, de geste parfait que nous serions prêts à verser dans chaque hypothèse de trajet, pour se nourrir comme d'une expérience salutaire.

Il en ajoute d'autres, bien sûr, comme la frontière, la limite entre le jeu et l'authentique, le manque de risque dans chaque phase de parcours actuel qui fait courir à l'être humain, un risque de disparition..non pas physique ( s'il n'était que de cela!...) mais beaucoup plus grave, de ne plus se coltiner au temps ( car tout ou presque devient immédiat, instantané ), ..

C'est à mon sens, un des films les plus forts apparus sur la scène du cinéma mondial et que dire du jeu de Denis Lavant, proprement hallucinant dans sa démesure, ses métamorphoses.

Merci Léos, c'est vraiment du sang ( non pas mauvais ) mais stimulant qui bat sur l'écran, une connexion entre le questionnement que nous vivons constamment ,et sa mise en image, la recherche du firmament de la beauté.
Lui qui affirme qu'il ne serait plus vivant s'il n'avait été heurté par le cinéma ( et de quelle manière!), nous sommes quelques uns à répondre que nous ne sommes plus tout à fait mêmes, quand nous sommes sortis de ses songes, et que la soif de la beauté du geste dont il est pétri, nous a touché par ricochet, également.


_________________
<"Celui qui reçoit une de mes idées la reçoit sans m'en priver, comme celui qui éclaire sa bougie grâce à la mienne reçoit la lumière sans me plonger dans le noir."
Thomas Jefferson


Bonjour à toi Invité >
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11634
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Commentaire de films   11/1/2013, 03:06

Pour nos amis qui ne connaissent pas la bande annonce quoi que très parcellaire qualifie bien l'ambiance de ce film que tu as merveilleusement évoqué

Tu as l'art de faire vivre l'image avec des mots et de fouiller dans le coeur et l'esprit d'une oeuvre

Merci cher Gébé

[youtube][/youtube]

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
gébé



Messages : 255
Date d'inscription : 28/10/2012

MessageSujet: Re: Commentaire de films   1/3/2013, 16:26

Je sors d'un songe, et récupère mes unités physiques et autres, quelque peu dérangées à la vision et contemplation de " Mort à Venise" de Luchino Visconti.
Le sujet, découpé en plusieurs strophes, est fascinant.
Pour ma part, je l'ai visionné en DVD plusieurs fois, me suis brûlé au feu des images, à la mise en scène toute picturale, foisonnante et travaillée.

Un compositeur de musique classique ( joué par le délicat, tout en coupures, Dirk Bogarde ) séjourne à Venise dans un grand hôtel.
Il arrime à ses pas, un passé humain, fait de douleurs: perte d'une enfant et aussi de strates mélancoliques, d'échanges capiteux avec des amis artistes.
Car l'assise du film repose sur plusieurs axes ( à mon avis ): tout d'abord, Aschenbach ( traduit: rivière de cendres ), énonce fortement que l'oeuvre d'art est une composition, émanation de l'esprit , détachée des sens humains( d'où une certaine supériorité).
Là, il enregistre une défaite de la chair, par la meurtrissure sévère infligée suite au décès de son enfant.
Cette chute se vérifie aussi dans la perte de maîtrise, lors de concerts de musique délivrés par la suite.
La chute de l'artiste ( et de l'homme ) est semblable à celle du sable d'un sablier, où le glissement s'opère grain à grain, sans que l'on n'y prenne garde, sauf quand on est arrivé à destination.
Ici, la puissance artistique n'est plus en auréole au-dessus de l'artiste, mais le suit dans sa chute physique ( et mentale ).

L'artiste cherche à Venise, une revanche, ou une compensation, sur la chair.
Elle s'offre à lui, sous les traits d'un beau jeune homme, qui le trouble et l'attire.
Mais,même comme dit Socrate, si " la beauté est la seule idéale pensée que nous puissions saisir de nos yeux de chair", elle n'est pas pour autant atteignable: non seulement elle se refuse, mais la beauté humaine n'est qu'un aspect de l'être, donc incomplète, et ne pourrait satisfaire un artiste assoiffé d'idéal.Le désir homosexuel agrandit encore le fossé entre l'Apollon convoité et l'homme en rémission.

Si l'artiste a "échoué" à Venise, c'est parce que cette ville est caractérisée notamment par ses apparats carnavalesques, ses grimages, maquillages,.. et en celà complaît à Aschenbach, dans son désir ( maintenant en accomplissement ) d'épouser tous les tressauts de son émotion, sa sensibilité, en faisant subir à son corps toutes les transformations nécessaires à ce voyage.
Cette quête est double car épouse,en voulant la cacher,dissimuler difficilement, une lutte contre le temps ravageur; son corps est trompé, par mimétisme courant derrière le modèle ( le jeune homme, personnifiant également son oeuvre ) tout en n'évitant pas la confrontation à la galerie de portraits d'individus ravagés par l'âge, la maladie, jusqu'à la chute finale.

Un chef-d'oeuvre saisissant, grisant, euphorisant.

_________________
<"Celui qui reçoit une de mes idées la reçoit sans m'en priver, comme celui qui éclaire sa bougie grâce à la mienne reçoit la lumière sans me plonger dans le noir."
Thomas Jefferson


Bonjour à toi Invité >
Revenir en haut Aller en bas
Patriote-Incorruptible

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 06/06/2011
Age : 28
Localisation : France

MessageSujet: Re: Commentaire de films   3/3/2013, 03:48

Conan le Barbare de John Milius et Robocop 1 de Paul Verhoeven
loin de la réputation que certains pourrait leur faire ces deux films sont excellent bien qu'ayant pas mal vieilli surtout conan. Tout deux brille déjà par leur musique composée par Basil Poledouris qui a fait un excellent travail sur robocop et quelque chose de sublime sur Conan. Les deux sont superbement réalisés et interprété (quoique dans le Conan le cas de Arnold Schwarzeneger est discutable). Hélas même si Conan n'est pas à la hauteur des romans qui sont redoutables bien écrit et là encore loin de l'idée que l'on pourrait s'en faire il aborde pas mal de thématique notamment sur le plan religieux et psychologique, quant à robocop c'est une assez sympathique critique du système et une belle reflexion sur l'homme et qui a hélas à l'époque réussi à prédire ce qu'est la ville de Détroit aujourd'hui au niveau de sa criminalité.

Revenir en haut Aller en bas
gébé



Messages : 255
Date d'inscription : 28/10/2012

MessageSujet: Re: Commentaire de films   10/12/2013, 17:02

Je sors d'une salle obscure, mais encore toute éclairée par le génie de James Gray.
Son dernier film " The immigrant " conserve toute la tension de ses autres merveilles que sont " the yards", "two lovers",

Dans le rôle majeur au féminin, Marion Cotillard illumine par sa sobriété, ses vibrations dans le malheur de débarquer en 1921, à Ellis Island avec sa soeur, et de subir tous les tracas des policiers.
Sa peine s'accroît par la séparation de sa soeur, atteinte de tuberculose.
Et la descente, la glissade commence, par les rencontres aléatoires, les besognes atroces, la prostitution.
Dans ce tunnel, brille une petite lueur, personnifiée par son tuteur-proxénète qui possède la puissance, les relations,..et l'amour pour elle.
Ces 2 êtres ( Ewa et Bruno, habité par Joaquin Phenix, acteur fétiche de J.Gray ) tissent entre eux un pont de lumière et d'incandescence, de destruction: Bruno souille et abaisse Ewa au rang de chose, tout en la lavant de ses fautes antérieures.
De même; Ewa renvoie à son dominateur une flamme non consumée, car elle aime le cousin, Orlando.

C'est à un échange de douleur-passion que nous assistons, ainsi qu'à un don complet, proche du sacrifice.
En effet, afin de préserver la blancheur d'Ewa, Bruno prend tous les risques, blessures,...et la laisse partir seule rejoindre sa soeur.
Oui, même dans le plus vil, demeure une étincelle, une possibilité de rachat semble ponctuer ce chef-d'oeuvre brillamment filmé, avec une reconstruction d'époque toute élogieuse.
" Tu n'es pas rien " sont les derniers mots de Marion Cotillard à son ex-souteneur.

Non, l'homme n'est pas rien, et ce film non plus.

_________________
<"Celui qui reçoit une de mes idées la reçoit sans m'en priver, comme celui qui éclaire sa bougie grâce à la mienne reçoit la lumière sans me plonger dans le noir."
Thomas Jefferson


Bonjour à toi Invité >
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3868
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Commentaire de films   10/12/2013, 22:30

Quelle bonne critique de film, Gébé!...j'avais vu la bande-annonce de ce film déjà bien tentant, en outre avec ton commentaire, tu nous as mis "l'eau à la bouche"!...donc film à voir!
Merci à toi!
Klary

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11634
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Commentaire de films   12/12/2013, 02:10

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
gébé



Messages : 255
Date d'inscription : 28/10/2012

MessageSujet: Re: Commentaire de films   3/1/2014, 17:36

J'ai touché le gros lot aux étrennes: un coffret DVD des films d'Andrei Tarkovski, qui fut et reste certainement l'un des plus grands cinéastes du monde.
Non seulement, la beauté artistique de ses films ( au nombre de 7 longs métrages seulement ) est fulgurante, inoubliable, mais c'est une œuvre profonde, teintée fortement de mysticisme certes, mais qui intervient dans nos quotidiens, nos quêtes.

Je viens de revoir " Le sacrifice", grand poème empli jusqu'à plus soif , de métaphores, de comètes irradiantes.
Ses thèmes de prédilection reviennent comme des globules d'un sang rouge vif: la perte du sens, l'enfouissement de l'homme sous la "civilisation" et ses déchets, la recherche de puissance,..
Ici, s'ajoutent de manière plus forte, la volonté d'y croire, de provoquer le sursaut.
S'image la transmission d'un père à son fils du message de la nature, de la vie toujours triomphante si l'on veut bien l'arroser, comme un arbre mort toujours transfigurable.

Là aussi, comme dans "Stalker", un autre chef-d'oeuvre, la transmission est permise, facilitée par les non-forts; ceux qui ne possèdent ni la culture, la richesse, ..mais quelque chose de plus pur, non courbable, comme l'eau.

" Le sacrifice" s'appuie sur un désordre, une guerre, un chaos,..que les humains veulent dépasser et où ils veulent revenir à l'état d'avant, de paix, d'harmonie.
Ce prix ( le sacrifice ) ne peut s'accomplir, par exemple, qu'en allant dormir avec la bonne, transgressant ainsi un ordre imposé.
Plus profondément, vaincre la peur ( de la mort ) ne peut s'accomplir que pacifié, ayant réglé ses comptes avec ce qui nous embarrasse, pèse: la possession matérielle, symbolisée ici par l'incendie volontaire de la maison familiale par le personnage principal. Ainsi, la parole essentielle n'est pas bloquée par un quelconque barrage.

Dans tous les films de Tarkovski, bouillonnent les sens visibles et à demi-cachés, comme si ses films exigeaient plusieurs lectures, ou comme si la vie demandait plusieurs passages pour en appréhender toute la richesse, à moins de posséder son œil de "voyant".

_________________
<"Celui qui reçoit une de mes idées la reçoit sans m'en priver, comme celui qui éclaire sa bougie grâce à la mienne reçoit la lumière sans me plonger dans le noir."
Thomas Jefferson


Bonjour à toi Invité >
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3868
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Commentaire de films   3/1/2014, 21:48

Le film de Tarkovski, qui m'avait marquée, a été "L'ENFANCE D'IVAN"...(film terminé en 1962)
avec cet idéal de l'enfance perdue qui se heurte au monde cruel et déshumanisé de la guerre.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11634
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Commentaire de films   4/1/2014, 13:49

J'ai ouvert une rubrique vidéothèque ici [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour y placer les vidéos de film qui appartiennent à la collection des classiques
Ici ce seront les commentaires de film

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
gébé



Messages : 255
Date d'inscription : 28/10/2012

MessageSujet: Re: Commentaire de films   4/1/2014, 17:02

Très bien, Gibet.

Je partage ton avis, Klary: je viens de revoir "l'enfance d'Ivan", le 1° film de Tarkovski et montent en germe ses principaux motifs, développés plus intensément par la suite: la pureté, préservation de la nature, ..sur un fond artistique de première force.

En fait, Ivan a été roué à toutes les violences de la guerre, ce qui provoque chez un enfant ( entre 11 et 12 ans ici ) un 1° choc terrible; et la guerre l'a privé de ses parents ( massacrés par les nazis ), ce qui démultiplie la violence du viol, quasiment.
Il s'est écarté de tous les sentiments humains, même ceux des soldats ( peur, faim, froid,..) et devient une bête de guerre, n'aspirant qu'à la vengeance, la violence.Autour de lui, les passions, flirts entre militaires hommes et femmes continuent, avec même des émissions de jalousie, mais Ivan passe au travers.

Du haut de ses 3 pommes, il refuse de rejoindre l'arrière, mais commande presque aux adultes ( dont certains sont gradés ) ce qui est bon pour lui, mais aussi pour eux: ne pas fumer,..et ils obéissent!
On peut même supposer qu'il est privé d'intelligence, de ruse, car au cours d'une mission, ses collègues soldats retournent à leur poste, le laissant aller seul mener l'opération pour laquelle il s'est déclaré volontaire, tout en n'ignorant rien des dangers encourus.On ne le reverra jamais vivant.

Les dernières images montrent la fin de la guerre, la libération, et parmi les cendres encore fûmantes du Reichstag, la photo d'Ivan retrouvé mort. C'est une fin "heureuse", car comment aurait survécu un inhumain au milieu d'une paix et d'une harmonie retrouvée ?

A sa sortie, le film a été apprécié en URSS comme l'hommage aux jeunes  héros soviétiques, alors qu'il relate toute autre chose: bien sûr, la guerre cause des dommages terribles, même chez les survivants( civils et militaires ), mais dresse les très jeunes à devenir des monstres. Non seulement, la guerre produit chez eux un séïsme décuplé, mais aussi grille les étapes nécessaires à un temps obligatoire pour une perte d'innocence progressive.

_________________
<"Celui qui reçoit une de mes idées la reçoit sans m'en priver, comme celui qui éclaire sa bougie grâce à la mienne reçoit la lumière sans me plonger dans le noir."
Thomas Jefferson


Bonjour à toi Invité >
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11634
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Commentaire de films   4/1/2014, 18:43

Cher Gébé tu es "voyant"!
Non pas ceux qui prétendent lire l'avenir ou le passé. Mais de ceux beaucoup plus rares qui ne regardent pas avec leur yeux seulement mais avec leur esprit qui associe dans une parfaite harmonie l'intelligence, le bon sens, la raison et la sensibilité.
C'est rare d'être aussi en harmonie de mots que je le suis avec toi. C'est comme si j'avais vu le film à travers tes yeux et ton propos 
Merci cher ami
GIBET

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3868
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Commentaire de films   10/1/2014, 13:10

"TEL PERE, TEL FILS"

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

imagesCA1KCDII.jpg

Une exploration des liens familiaux par le cinéaste Hirokazu Kore-Eda

Deux bébés échangés à leur naissance, le sujet n’est pas nouveau. Mais c’est le traitement intelligent, subtil et sensible du cinéaste Hirokazu Kore-eda, ajouté à une excellente interprétation, qui en fait l’originalité, la force et la séduction.

Et cela sans basculer dans le mélodrame psychologique, ni occulter la souffrance de parents effondrés et de gosses déboussolés en apprenant la nouvelle six ans après,

Dans Un long fleuve tranquille par exemple, Etienne Chatiliez cherchant avant tout l’effet comique, avait choisi deux milieux radicalement opposés pour compliquer au maximum la situation des protagonistes. Avec Tel père, tel fils, le talentueux réalisateur japonais évite lui la caricature, en mettant face à face deux familles d’un niveau social simplement un peu différent.

Dans l’une Ryota, un père très sérieux, avare de sourires, beau gosse, obsédé par la réussite professionnelle, gagne bien sa vie. Il n’a que peu de temps à consacrer à son fils unique à qui il tente surtout d’inculquer sa mentalité de gagneur.

Dans l’autre, on découvre un papa moins gâté par la nature, bohème déjà nanti de deux enfants. Gai, joueur, adroit de ses mains, il fait la joie de sa progéniture en réparant tous les jouets. Tenant une petite boutique, il se contente d’un revenu assez modeste que pourraient éventuellement agrémenter quelques indemnités pour le tort subi.

Au début quand les familles se rencontrent, la tension est palpable entre les deux hommes, se regardant un peu en chiens de fusil. Surtout Ryota, le plus choqué par la révélation soudaine de l'échange et qui va jusqu’à proposer d’élever les deux enfants, mettant en avant des moyens financiers plus importants. Il reviendra aux femmes de jouer l’apaisement.

Mais Hirokazu Kore compte surtout sur l’aptitude au bonheur des enfants pour tenter de trouver une issue heureuse à un problème apparemment insoluble. Il propose ainsi un film formidable et plein d’émotion sur la paternité, la prédominance ou non des liens du sang sur ceux du cœur. Cette perle à ne manquer sous aucun prétexte avait décroché logiquement le Prix du jury au dernier Festival de Cannes.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
gébé



Messages : 255
Date d'inscription : 28/10/2012

MessageSujet: Re: Commentaire de films   10/1/2014, 16:33

J'ai entendu beaucoup de bien sur ce film; notamment au "Masque et la Plume" de dimanche dernier.

_________________
<"Celui qui reçoit une de mes idées la reçoit sans m'en priver, comme celui qui éclaire sa bougie grâce à la mienne reçoit la lumière sans me plonger dans le noir."
Thomas Jefferson


Bonjour à toi Invité >
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11634
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Commentaire de films   11/1/2014, 16:29

C'est un vrai sujet humains de fond qui est abordé là...et honnêtement, sans voir vu le film, j'ai beaucoup réfléchi à la question en l'abordant sous tous ses angles. Pourtant je ne sais toujours pas répondre à cette problématique si j'avais dû la croiser.
Pour moi un enfant n'est pas un héritage génétique, car biologiquement son héritage est tellement ancien que la part est somme toute assez marginale sur sa personnalité. Un enfant est une partie de soi dès qu'on l'a élevé et ceci quel que soit son géniteur! Alors je n'arrive pas à me faire une conviction.
Ce film pourrait-il vraiment m'aider?
GIBET

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3868
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Commentaire de films   27/1/2014, 21:43

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
gébé



Messages : 255
Date d'inscription : 28/10/2012

MessageSujet: Re: Commentaire de films   8/10/2014, 10:23

Bonjour,

Je suis allé, au Ciné-Club de quartier, assister à la projection d'un film de Bob Fosse " Lenny" de 1974.
Basé sur une histoire vraie, ce film traite notamment, de la dénonciation de l'hypocrisie de la société américaine, capable par exemple de tuer ses propres enfants en les envoyant au Viêt-Nam, et bien sûr de massacrer les populations vietnamiennes, tout en trouvant injurieux et scandaleux les propos tenus sur la révolution des mœurs, sexuelle,..
Et la forme stylistique de ce chef-d'oeuvre ( en noir et blanc ), l'enveloppe d'un halo vénéneux, fiévreux. C'est à un véritable tour de force, de magie cinématographique que se livre Bob Fosse, par ses contre-champs, profondeurs de champs, frénésie d'images syncopées, rappelant par moments celle de John Cassavetes ( "shadows", "faces",..).
De plus, il constitue un canevas de lices et trames entrechevêtrées, par l'œil, les témoignages ajustés des différents contributeurs à cette épopée: Lenny Bruce fut un artiste de la scène américaine qui la troua de ses envolées lyriques et comiques, ironisant sur la face de la tromperie affichée par la société bien-pensante.
Il en usa jusqu'à ses plus extrêmes limites, s'appuyant sur tous les adjuvants licites et il: alcool, drogues,..y laissant la vie, une fin en somme synonyme de non-abdication.
Bob Fosse continua sa route exigeante par le sublime "All that jazz"( que le spectacle commence ), où un maître de ballet consume jusqu'à leur recouvrement total, sa passion pour l'art et les flammes de la vie comme nourriture inspiratrice.

_________________
<"Celui qui reçoit une de mes idées la reçoit sans m'en priver, comme celui qui éclaire sa bougie grâce à la mienne reçoit la lumière sans me plonger dans le noir."
Thomas Jefferson


Bonjour à toi Invité >
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11634
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Commentaire de films   8/10/2014, 15:10

Il est difficile de croire que cette société américaine ait généré à la fois les plus grands patrons d'industrie, les plus grands puritains, ls peuple le plus ignorant croyant à 40% au créationnisme... Ce peuple passe, d'un instant à l'autre, de la générosité ou de l'altruisme...au pire égocentrisme et au fascisme nationaliste!
Une population d'immatures qui dominaient le monde dont ils ont été un modèle.

Merci chère Klary Gébé (corrigé grâce à Klary voir ci-dessous) de nous faire profiter de ce moment de plaisir en ciné-club.
J'ai du mal à imaginer que 1974 appartienne déjà à l'histoire cinématographique 

1974 ma fille Angélique naissait!! ...et notre couple avant 1 an!!
Bon sang c'était hier!!!...Appartenons-nous déjà à l'Histoire?
Allez le chemin vers l'horizon est encore devant nous!
Merci Gébé ta superbe présentation m'a fait réfléchir sur la vie
GIBET

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)


Dernière édition par GIBET le 8/10/2014, 17:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3868
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Commentaire de films   8/10/2014, 16:34

Mon cher Gibet cet excellent commentaire sur "Lenny" n'est pas de moi mais de notre ami Gébé!
Merci à lui pour ses précieux partages!
Klary

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11634
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Commentaire de films   8/10/2014, 17:03

Je suis un âne !!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Merci à toi cher Gébé pour ce commentaire et pardonnes moi d'être un si piètre lecteur

Merci Klary de m'aider à lire

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je suis devenu tête de linotte.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

GIBET

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
klary
Admin
avatar

Messages : 3868
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Haute-Savoie

MessageSujet: Re: Commentaire de films   8/10/2014, 17:28

Mais Gibet...tu t'es trompé de classe!!!...viens vite!!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11634
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Commentaire de films   8/10/2014, 17:35

Photo réelle de souvenir? 

Sais-tu que moi je n'ai jamais eu de photo d'école en couleur?...même au lycée!!
Pourtant je te jure qu'ils avaient déjà inventé la photo couleur Very Happy Very Happy Very Happy



Premiere photo couleur au monde James Clerk Maxwell en 1861


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
gébé



Messages : 255
Date d'inscription : 28/10/2012

MessageSujet: Re: Commentaire de films   11/11/2014, 19:00

Je viens de visionner un chef-d'oeuvre du western noir, comme neige : "la chevauchée des bannis" d'André de Toth.
Ce film est à l'opposé, ou plutôt en dehors, de toutes les règles du genre.
Il se déroule dans un décor somptueux, les neiges de l'Orégon, qui diffuse déjà le signe de la nature vengeresse du blanc sur le noir des personnages, eux-mêmes traversés par leur propre raison. Ici intervient le fameux " chacun a ses raisons" de la Règle du jeu.
La trame relate l'intrusion d'une bande de malfrats dans un village, lui-même déjà traversé par les passions, les jalousies,..
Le héros ( Starett, campé par l'extraordinaire Robert Ryan ) défend l'ouest aventureux contre le sédentaire, sorte de rentier avant l'heure, marié avec Madame Crane ( Tina Louise ) dont Starett est amoureux.
Sur ce clivage qui sépare le village de Bitters en 2, intervient la bande commandée par le capitaine Bruhn.Un 1° deal intervient entre Starett et Bruhn, celui de pas violenter le village, contre les soins apportés par Starett à Bruhn ( blessé par une balle ).
A ce 1° découpage, succèdent bien d'autres: tous les personnages sont découpés, montrant leur partie faible et forte, suivant les situations où ils sont exposés.
Par exemple, Tina Louise, amoureuse de Starett, cache sa passion et la camoufle en sacrifice, afin que Starett ne touche à aucun cheveu de son mari; Starett refusera et le don physique et la violence contre M.Crane.

Ce film est bourré de finesse, d'études de caractères: dernier exemple, une femme du village est amoureuse d'un jeune malfrat ( qui le lui rend bien ), et au moment où toute la troupe de bandits quitte le village, elle préfère dénoncer le chemin hazardeux qu'ils empruntent sous la houlette de Starett qui veut les perdre, quitte à voir le héros se faire exécuter, plutôt que de ne plus jamais voir son amoureux.

Dire aussi la forme du film, toute ' dreyrienne", nue, dépouillée, afin de ne faire ressortir ( des êtres ) que leur mobile, leur passion.
L'auteur s'est évertué aussi, à ne faire s'exprimer les différents acteurs, même au paroxysme du sentiment, que sur un ton juste de voix, sans en rajouter dans la grandiloquence.

Pour terminer, j'ajouterais que la scène du bal est parcourue de la plus haute tension: De Toth a divulgué quelques traits de cette scène aux hommes; les bandits dansent avec les villageoises, en imprimant fortement leurs désirs, à quelques centimètres du viol, individuel et collectif ; mais en a caché le caractère violent aux actrices féminines, afin que leur terreur soit la plus authentique possible.

Egalement, toujours dans le même souci, une bagarre oppose Starett à un malfrat: la scène avait été succinctement décrite par le cinéaste et les 2 acteurs se livrent donc à une bagarre réelle, à poings nus, afin d'en préserver toute la sauvagerie brute.

La dernière scène montre le départ des bandits dans la neige, entraînés par Starett, où la rapacité monte à son point extrême, et où les gangstergs s'entretuent dans le silence des neiges.
Il faut noter que le héros ( Starett ), ne tire aucun coup de fusil dans le film, et non seulement éloigne le danger en allant noyer les bandits dans la neige, et refuse le baiser au vainqueur.

Faut-il préciser que ce bijou est en noir et blanc ?

_________________
<"Celui qui reçoit une de mes idées la reçoit sans m'en priver, comme celui qui éclaire sa bougie grâce à la mienne reçoit la lumière sans me plonger dans le noir."
Thomas Jefferson


Bonjour à toi Invité >
Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11634
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Commentaire de films   12/11/2014, 01:40

UN aperçu pour tous, un souvenir pour Gébé:




_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Commentaire de films   

Revenir en haut Aller en bas
 
Commentaire de films
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» BDD de films
» offre de stage marseille indexation de films
» les 100 films qu' il faut avoir vus dans sa vie...
» Quels sont vos dix films de chevet ?
» Mise en commun de films

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Nos Mains :: ARTS ET BEAUTE :: Cinéma et Vidéothèque-
Répondre au sujetSauter vers: