Nos Mains

Forum de discussion entre amis portant sur l'actualité, la politique, la société et tous les sujets que nous prendrons en Main ensemble.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion












Partagez | 
 

 Un grand écrivain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aramis

avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 25/08/2010
Age : 51
Localisation : Verneuil/Seine

MessageSujet: Un grand écrivain   23/2/2013, 01:20

Je n'ai pas trouvé d'espace pour les nouvelles.
Je vous en propose une ici. En attente chez mon éditeur... Parution prévue fin 2013. Si la maison d'édition survit à la crise.


UN GRAND ECRIVAIN

C’était hier, c’était il y a longtemps…
Dans la nuit du 22 au 23 septembre 1978 pour être précis.

Il est deux heure du matin, et j’suis assis à la table du salon à noircir du papier. J’suis le meilleur écrivain que ce siècle ai jamais vu et comme tous les génies de 20 ans, j’suis en train de raconter ma vie. Elle est passionnante ma vie. Pleine d’histoires d’amour formidables, qui évidemment se terminent toutes très mal, parce que bien sur les femmes sont toutes des salopes, et que de toutes façons, personne comprend rien à mon art.
Une fois écrit cela, en une quinzaine de lignes, le Grand Ecrivain tourne en rond dans l’appartement, allume clopes sur clopes, et bien sur, se verse un énième verre de whisky.
Rien à raconter, putain… J’ai le feu sacré, et j’ai pas d’histoires sérieuses à écrire. Mon dépucelage ? Qu’est-ce qu’on en a à foutre ?
Remarque que j’dis pas ça pour le lecteur. J’m’en tape du lecteur. Un écrivain ne doit pas écrire pour ses lecteurs. J’suis pas un représentant de commerce, et j’ai pas de camelote à fourguer. Moi, j’suis Simon Brodsky, écrivain maudit et torturé…

Malgré moi, insidieusement, reviennent à mon esprit les mots d’un chanteur à la mode qui répondait sentencieusement à un journaleux que les jeunes qui essayaient d’écrire le faisaient marrer. Paraît qu’à 20 ans, on a rien à raconter, parce qu’à cet âge, on a pas vécu. « Vivez votre vie qu’il disait, vous la raconterez après… ». Mais j’t’emmerde connard !!! Y en a marre de ces vieux singes qui prétendent être les seuls à pouvoir grimacer. Moi, j’ai du talent, un immense talent, j’le sais, c’est tout. Et c’est pas les leçons à dix balles d’un type qui se prend pour un avion sans ailes qui vont me faire renoncer à la grande carrière d’écrivain à laquelle j’me destine.

Des cris dans la rue. Une bagarre de poivrots… Génial, j’vais me foutre à la fenêtre et regarder, ça me fera un truc à raconter.

Donc, trois étages plus bas, y a deux types qui en tabassent un autre. Ceux qui cognent sont des clodos d’élevage, j’les vois souvent faire la manche devant la superette. J’me demande comment ils tiennent encore debout à cette heure, vu ce qu’ils éclusent toute la journée. L’autre doit pas faire parti de leur monde. Il a un vague costard, mais tout déchiré, et à l’évidence, il est beaucoup plus saoul que les deux autres. L’un des clodos a prit un couvercle de poubelle et tente de cogner avec. Et là, surprise, le murgé l’esquive et lui colle une droite digne d’un pro du ring. Couvercle de poubelle s’étale, et l’autre, du coup, hésite un peu. Alors batling pochtron se met en garde et hurle à son adresse : « Fuck you, bastard !!! »
L’autre se relève et laisse son couvercle. Il met sa main dans sa poche et en sort un couteau. Là, j’me mets à flipper pour mon pote le pochtron. Alors j’crie par la fenêtre : « C’est fini ce bordel ou j’appelle les flics !!! »
Putain… Héroïque que j’suis…
Mais ça suffit, les deux clodos détalent. L’autre se retourne, lève les yeux vers moi, me cherche, finit par me trouver, et m’envoie : « Mer-ci, beau-coup » avec un putain d’accent américain.
- Don’t move que j’lui fait. Et j’descends quatre à quatre les escaliers pour le retrouver…

C’est un truc à la con, mais ça se vérifie toujours. Quand un type sauve la vie d’un autre, celui qui s’attache le plus, qui est le plus reconnaissant, c’est toujours le premier. Moi, j’me sens soudain envahi par une bouffée d’amour incontrôlable pour mon pochtron américain et j’décide de lui offrir de passer la nuit chez moi le temps qu’il dessaoule. Lui, il me dit « Yes… I’m ok. » Et moi, j’le fais monter comme si ce mec était Dieu lui-même.

On entre dans l’appart’. En fait, c’est pas mon appart’, c’est celui de Sammy, mon grand père. Comme ça chauffe en ce moment à la maison, j’me suis réfugié chez lui, vu qu’il m’a laissé les clefs et qu’il est parti en Israël. Sammy est juif, mais pas moi. Enfin, maman l’est mais P’pa est catho, et il m’a fait baptisé à la naissance. Depuis, il est fâché avec Sammy. Alors quand j’me suis embrouillé avec P’pa suite à la découverte de ma vocation, Sammy a dit que j’pouvais venir chez lui un moment. Le seul truc chiant, c’est qu’il faut que j’l’accompagne à la synagogue quand il est là. Mais pour l’instant, il est pas là. Quartier libre… Fermez la parenthèse.

Donc, on entre dans l’appart’. Mon nouveau pote marche pas droit, c’est le moins qu’on puisse dire. Il marque une pause devant la bibliothèque de Sammy et lorgne les bouquins. L’intégral du Talmud, les commentaires de Maimonide, la Kabbale… J’m’excuse par avance : It’s the books of my grand father, que j’dis. J’sais pas si c’est rapport aux livres ou à mon anglais, mais il est mort de rire.

- Do you know Hemingway ?
- Of course I know, man. The old man and the see and … Pour qui sonne le glas.
- ???
- I know Hemingway. It’s my favorite writer, and i want to be writer moi aussi. And i want to be the new Hemingway que j’lui dit en lui montrant ma table de travail.

Il jette un œil et aperçoit la bouteille de whisky.

- That’s a good start if you want to be a writer qu’il répond en me montrant la bibine. Un bon dé-but…

Il me fait signe qu’il veut boire un coup. J’lui dit ok et j’lui trouve un verre. Et on écluse… On vide la bouteille. Il a une bonne tête malgré ses yeux bouffis et son nez de poivrot. J’me rend compte qu’il est grand et baraqué, pas étonnant qu’il ait mis la branlée aux deux tocards de la supérette. On essaie de parler un peu, mais j’ai trop peu de notion d’anglais, et le français doit pas être enseigné chez lui.
Il finit par s’écrouler dans le canapé et se met à ronfler comme un tractopelle. J’lui retire ses pompes pour pas salir le tissus et pas me faire engueuler par Sammy. L’enfoiré pue des pieds… Un fou rire me prends. J’suis heureux, euphorique, comme si j’avais fumé un joint. Enfin, j’imagine que ça doit faire cet effet là, parce que malgré ma grande gueule, j’ai jamais fumé un joint. Même les clopes, j’les crapote. J’crapote un paquet par jour, pour faire genre. Parce qu’un grand écrivain, forcément ça fume. Et moi, je suis le nouveau Hemingway bordel… J’me dis qu’il faudra que j’m’achète une pipe.
J’me fous au pieu avec la satisfaction du devoir accompli. J’viens de vivre un truc pas banal. Demain, j’pourrai me coller sans crainte devant ma feuille blanche. J’ai un truc à raconter. On va voir ce qu’on va voir, bordel. J’vais écrire LA nouvelle de l’année, primée par France Inter, encensée par la critique. « Le poivrot du nouveau monde » ça s’appellera. Et P’pa téléphonera pour s’excuser, et il me dira que c’est moi qui ai raison, que désormais il croit en moi, que j’peux rentrer à la maison, qu’il s’en tape désormais que j’devienne pas ingénieur dans les roues de brouettes ou dans les manches de casseroles. Que j’suis un vrai artiste, et que putain… (non il dira pas « putain »), il est vachement fier de moi.

J’me réveille sur les 10h du matin. Mon poivrot s’est tiré, sans faire de bruit. J’me sens envahit d’une indicible terreur : Et si il avait piqué quelque chose ?
J’fais le tour de l’appart’. Tout est en ordre. Enfin, en bordel. Le même bordel que la veille. Y a juste un mot griffonné sur mon papier à écrire. Mais c’est écrit en anglais. Autant essayer de traduire l’hébreux des bouquins de Sammy. On verra ça plus tard…

J’range l’appart’,j’avale un café, et j’descends à la librairie. Il faut que j’achète une ramette de papier, j’ai plein de trucs à écrire, et j’ai une putain d’inspiration aujourd’hui. J’prends le mot avec moi pour demander au libraire de traduire, vu qu’on est en bon terme avec toute la thune que j’lui laisse.

Après avoir payé, j’lui sors mon papier. Il chausse ses lunettes et lit :

Mon pote,

Cherche pas à devenir Hemingway. C’était un foutu mauvais boxeur, et j’ai toujours trouvé qu’il était surcoté. En plus, il connaissait rien aux chevaux, et j’ai connu une femme qui prétendait qu’il assurait pas au lit.
Cherche pas non plus à devenir écrivain.
Sauf si tu considères que la vraie vie, c’est de crever la dalle, de picoler pour noyer tes chagrins, de te castagner dans les rues avec des clodos armés de couvercles de poubelles et de finir tes nuits n’importe où, parfois dans la rue, parfois dans les hôpitaux, parfois en cellule, mais presque jamais dans le lit d’une môme pas trop moche qui saura voir en toi le Prince tombé des étoiles que tu seras devenu.
La vérité, c’est que j’ai rencontré beaucoup de petit gars comme toi qui, 10 ans plus tard étaient devenus des petits branleurs arrivistes ayant renoncés à vivre, pour avoir la satisfaction de se prélasser dans une villa superbe, avec une grosse bagnole, une greluche perchée sur des hauts talons, et un boulot à la con.

Finalement, je te souhaite de crever la dalle…


C’était pas signé. J’me rends compte que j’connais même pas le nom de ce type, et qu’on aurait eu lui et moi des tas de choses à se dire. Mais c’est trop tard. Ce fut une rencontre fugitive comme on dit…
Et c’est en me retournant pour sortir que j’le vois. Il est là, devant moi… EN PREMIERE PAGE DU JOURNAL DU MATIN.

« SCANDALE CHEZ PIVOT ! » titre la une du canard. On le voit en gros plan, avec sa trogne toute cabossée, en train de vider une bouteille de pinard sur le plateau d’Apostrophe. J’en crois pas mes yeux…
- C’est lui ! Que j’dis au libraire.
- Qui ça lui ?
- Le mec qu’était chez moi hier, qui m’a laissé ce mot… C’est le type de la photo.
- Bukowski ? Ce gros porc, chez toi ? Tu t’fiches de moi ?
- Bien sur que non…
- Et tu ne l’as pas reconnu ?
- J’le connais pas, que j’réponds. J’ai jamais rien lu de lui. J’savais même pas qu’il était écrivain.

Le libraire me regarde bizarrement. Puis il hausse les épaule et part dans les rayons. Il revient et me tend un petit bouquin avec une femme à poil en couverture. « Contes de la folie ordinaire » ça s’appelle. Un monceau d’obscénité qu’il dit…
Puis, comme je franchis la porte :

- Simon… Pas un mot à Sammy. S’il apprend que tu as ce genre de fréquentations, tu retournes chez ton père, et moi, je perds un client…




Revenir en haut Aller en bas
GIBET
Admin
avatar

Messages : 11593
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 70
Localisation : Finistère

MessageSujet: Re: Un grand écrivain   23/2/2013, 02:09

SANTE Monsieur ... et merci pour l'honneur, ami écrivain!
Tu vois moi aussi je viens d'en rencontrer un!
Malheureusement je ne pourrai pas regarder Pivot demain pour savoir!
Aujourd'hui on a la télé du 21è siècle!
Putain je vais reprendre un whisky.
Je n'saurai donc jamais qui a frappé à notre porte ce soir!! Wink
GIBET

_________________
" Si tu ne sais pas quoi faire de tes mains, transforme les en caresses" (Jacques Salomé)
Revenir en haut Aller en bas
 
Un grand écrivain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel nom pour le grand stade du HAC?
» La grand-place de Mons le 16 décembre 07
» Le Grand Paris
» Article sur le Grand emprunt.
» Quel siège pour un grand bébé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos Mains :: ARTS ET BEAUTE :: LE BEAU-
Sauter vers: